La Colombie

Alertes de peste

22 juillet 2020-11: 50 p. m.
Pour:

Medardo Arias Satizábal

La grippe porcine d'il y a environ 11 ans au Mexique était une alerte au monde qui est passée inaperçue dans de nombreuses régions de la planète. C'est arrivé il y a un peu plus de 10 ans. Ensuite, le gouvernement de Felipe Calderón n'a initialement reconnu que 20 décès dans le D.F. Certains pays ont annulé des vols vers le Mexique, les cours ont été suspendus. La contagion a été stoppée par la sélection naturelle – qui est attendue aujourd'hui avec le coronavirus – mais elle a laissé une piste funéraire d'environ 1000 morts et 70000 infectés. Depuis lors, les Mexicains se sont habitués à se promener dans les rues avec une jugulaire et à se laver les mains avec un savon antibactérien, ce qui dans les circonstances actuelles est utile.

Ainsi, des États-Unis, j’ai écrit ce texte sous le titre «Los nuevos plaguedos»:

"On ne se souvient peut-être plus que la peste bubonique ou la peste noire a décimé plus de la moitié de l'Europe aux XIVe, XVe et XVIe siècles et que la fièvre jaune a empêché de peu l'inauguration du canal de Panama le 15 août 1914, lorsque des centaines de travailleurs, pour la plupart des Asiatiques, avaient été enterrés dans la boue de ce, un autre jour voisin de la province colombienne de Chocó.

Nous voyons comment, maintenant, chaque année apporte son empressement, son propre fléau. Un autre jour a été le Sars et la grippe aviaire à Hong Kong et dans une grande partie de la Chine. Désormais, la panique règne dans le pays des nouveaux tourmentés de la terre: les Mexicains.

Je tiens à respecter les annonces que l'Organisation mondiale de la santé, l'OMS, fait fréquemment aujourd'hui, élevant de temps en temps le «  niveau '' des attentes face à la nouvelle punition qui pèse sur l'espèce humaine, mais ces alertes me paraissent excessives, sœurs de l'environnement de terrorisme qui règne dans le monde depuis huit ans.

Il faut voir les nouvelles mexicaines pour savoir ce qui s'y passe; Des milliers de personnes descendent les avenues masquées, comme dans un récit de science-fiction, tout en confirmant l'annulation des activités scolaires, gymnases, clubs, piscines, théâtres et, bientôt, le gouvernement envisage la paralysie de toute activité économique. Je veux dire, pas à la vie, tout le monde à la maison, à cause de la panique de mourir, cette autre forme de mort.

Pour ceux d'entre nous qui n'ont jamais professé de peur de la mort, et qui pensent d'ailleurs que personne ne meurt la veille, cela se présente davantage comme une tragi-comédie où la vie d'un peuple comme le Mexicain, se transforme soudain en cauchemar. .

Même l'activité touristique a été gravement blessée. Ceux qui, ces jours-là, avaient des vacances à Puerto Vallarta, Cancun, Veracruz, Acapulco ou Playa del Carmen, ont dû annuler leurs vols. L'activité hôtelière est sur le terrain, et à tout cela s'ajoute la guerre que le président Felipe Calderón Hinojosa mène contre les cartels de la drogue dans les villes frontalières.

La Colombie a également reçu ces alertes du monde à de multiples reprises, ravagée qu'elle soit par des bandes de trachetos, des guérilleros kidnappeurs ou la fleur de l'ivrogne.

Pour l'instant, l'alerte porte le numéro quatre. Et on dit que quand ils en chantent six, ils parleront d'une «pandémie», la même qui ravage l'Afrique depuis vingt ans, avec le virus du sida, indépendamment de Londres ou de Washington.

Ces mêmes alarmes devraient être intronisées chaque fois qu'un être humain est kidnappé ou qu'un enfant est victime de mines «briseur de pieds». Ou à chaque fois que l'épidémie de faim augmente, la même qui ne permet pas à la lumière du jour nouveau de voir tant d'enfants dans nos pays pauvres.

L'injustice sociale, la corruption, les abus, l'arrogance des plus privilégiés sur les faibles et les humbles, ronge le monde, non plus avec les caractéristiques d'une pandémie, mais d'une endémie catastrophique. C'est la peste qui mettra fin à l'humanité et celle qui a déclenché votre alerte six pendant un moment ».

Suivez sur Twitter @cabomarzo

Vous pourriez également aimer...