Le Brésil

Bolsonaro doit s'excuser pour avoir attaqué la journaliste Bianca Santana

São Paulo – Les attaques fréquentes du président de la République, Jair Bolsonaro, contre les professionnels de la presse ont entraîné une nouvelle rétractation. Cette fois, elle est allée voir la journaliste Bianca Santana. Chroniqueur de magazines Culte, gamma et blog Ecoa-Uol, Bianca a été accusée par Bolsonaro d'être l'auteur d'un «faux» texte qu'elle n'a jamais écrit.

Lisez aussi:

L'OEA reçoit une plainte concernant les attaques de Bolsonaro contre la presse

Aucun 'amorce' ne change la vérité: Bolsonaro, le plus grand ennemi de la presse et de la liberté d'expression

La position de Bolsonaro envers la presse est «une caractéristique distinctive des gouvernements autoritaires»

Le journaliste a intenté une action en dommages-intérêts pour tort moral contre Bolsonaro et deux mois plus tard, mercredi (28), le président a dû s'excuser dans un nouveau vivre. La précédente, dans laquelle la fausse accusation a été faite, a été retirée.

Bianca, prévient-elle, maintiendra le procès et, en cas de condamnation de Bolsonaro, "le montant de l'indemnité sera reversé, en totalité, à des projets de recherche de vérité et de justice sur le meurtre de Marielle Franco et Anderson Gomes".

Dans son compte Instagram, la journaliste Bianca Santana affirme que Bolsonaro n'a pas fait une simple erreur. «Et il dit qu'il n'a aucun problème à faire des erreurs, ni à reconnaître des erreurs, et qu'il aurait dit mon nom parce qu'il était« là-bas »sur la même page. Mais la mention de mon nom n'était pas simplement une erreur. Sur la page où est publiée l'actualité lue par Jair Bolsonaro, il n'y a pas mon nom. Pourquoi le président insiste-t-il, avec d'autres fausses informations? », Demande le journaliste.

Les attaques sont courantes

Le suivi effectué par la Fédération nationale des journalistes (Fenaj), publié le 2 juillet, rapporte que Jair Bolsonaro a commis 245 attaques contre le journalisme au premier semestre 2020. "Il y a près de dix attaques contre le travail journalistique par semaine, cette année", indique le sondage.

Pour Fenaj, en plus des chiffres,
les données montrent que les informations sur les actions du gouvernement ou la position du gouvernement
le président fait de la presse son ennemi. «Avec la construction d'un
récit d'attaques dans le but de promouvoir le discrédit du travail
le journalisme et la crédibilité de la production de nouvelles, parfois
président fait de la presse et des journalistes des «ennemis du pays», car
des revêtements qui ne l'aiment pas.

Vous pourriez également aimer...