Le Venezuela

Bonnes nouvelles

Au Venezuela depuis 2014 et en Amérique latine un an plus tard, une fureur conservatrice, néolibérale et réactionnaire s'est déchaînée qui a forcé la résistance dans les tranchées conquises, à se défendre, à espérer une meilleure situation et à revenir à l'offensive. Dans l'art militaire, la défense n'est pas moins importante que l'attaque, c'est juste une autre forme que prennent les actions combatives. Dans l'art de la politique, ce n'est pas différent.

Dans ces conditions, nous nous sommes presque habitués aux mauvaises nouvelles. Dans le désir de survivre sous l’idée qu ’« un soldat vivant est utile pour la prochaine bataille », ces dernières années, nous nous sommes attachés à résoudre les imprévus qui surgissent, surtout motivés par l’agression impériale permanente et de plus en plus suffocante, en particulier contre le Venezuela et Cuba. Les Cubains ont déjà 60 ans d'expérience, nous apprenons au Venezuela.

Mais cette année et ces derniers jours, nous avons commencé à avoir de bonnes nouvelles qui soufflent comme de l'air frais au milieu de la chaleur oppressante de la pression impérialiste. Ces événements, qui peuvent être sans importance s'ils sont considérés dans une perspective isolée, pourraient indiquer une nouvelle direction, une tendance d'un signe différent dans le développement des luttes populaires dans la région, si elles sont considérées comme un tout.

Voyons voir:

  • L'élection de Mohammed Irfaan Ali du Parti progressiste du peuple (PPP) comme nouveau président de la Guyane, vaincre l'empreinte néolibérale et la subordination impériale aveugle de son prédécesseur.
  • Le retrait par la Cour fédérale suprême du Brésil de la plainte de l'action judiciaire contre l'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva.
  • Refus d'Interpol de diffuser une alerte rouge contre l'ancien président Rafael Correa comme demandé par le gouvernement équatorien.
  • La décision d'un juge de la Cour contentieuse électorale de l'Équateur qui a annulé les mesures de suspension conservatoire qui pesaient contre le mouvement Force d'engagement social, qui regroupe les partisans de l'ancien président Correa.
  • L'accord du gouvernement argentin avec les obligataires de Wall Street qui permet de restructurer la dette de ce pays et de fournir un allégement significatif, donnant au gouvernement progressiste d'Alberto Fernández plus de marge de manœuvre.
  • L'augmentation au mois de juillet de l'approbation populaire – contre toute attente – du gouvernement d'Andrés Manuel López Obrador au Mexique malgré la campagne virulente contre lui de la part de la droite néolibérale et de la grande communauté d'affaires nationale.
  • L'arrestation d'Álvaro Uribe Vélez pour les crimes de corruption et de fraude procédurale.
  • La rébellion du peuple mapuche contre l'agression du gouvernement chilien qui a même atteint la tentative désespérée de contrôler le pays en nommant un nazi comme ministre de l'intérieur après avoir perdu le vote au Congrès pour approuver la réforme constitutionnelle qui permet le retrait de 10 % des fonds déposés par les travailleurs dans le système de retraite privé.

Comme je l’ai déjà dit, il s’agit de problèmes isolés, mais considérés ensemble, ils pourraient ouvrir la voie à une nouvelle voie pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

L'entrée Good news a d'abord été publiée dans Latest News.

Vous pourriez également aimer...