La Colombie

Caravanes de la mort

21 octobre 2020-11: 45 p. m.
Pour:

Paola Gomez

"C'est une ville sans Dieu et sans loi." La phrase du gardien du groupe où j'habite résume l'impuissance face à une scène terrifiante que l'on vit fréquemment dans ce quartier et dans bien d'autres de la ville, en présence des caravanes funéraires qui sèment la peur au passage. Hier à 10 h 50 Dans le secteur de l'Avenida Guadalupe avec la Calle Primera, c'était impressionnant: une équipe à plein volume qui sonnait "tu es mon frère de l'âme vraiment l'ami", à égalité avec les sifflets assourdissants et les tirs que si de blanc ou de Qu'ils l'étaient, ils ne se sont pas arrêtés pendant plusieurs minutes, et je sais qu'ils venaient de plusieurs pâtés de maisons.
En état d'alerte, nous nous sommes retrouvés, sentant depuis nos appartements qu'ils étaient éternellement garés devant le complexe. Puis vint le concert avec trompettes ou cornets ou autre, comme s'il s'agissait d'un défilé ou d'un spectacle massif.

Après les longues minutes qu'a duré l'événement, j'ai parlé avec le portier qui m'a dit qu'il avait appelé la police, mais qu'il pouvait voir qu'à la fin il y avait une patrouille et des policiers à moto. Comment penses-tu! Comme si nous n'avions pas assez de problèmes de sécurité à Cali, nous devons assigner la Force publique pour surveiller ces actes anarchiques afin que rien ne se passe. Pendant ce temps, les conversations dans les groupes de quartier de la région ont été répétées «comment vas-tu, je suis terrifiée», «combien j'ai peur et que je dois sortir», ainsi que les états Instagram d'étudiants stupéfaits qui reçoivent des cours virtuels de chez eux des plaintes sur les réseaux sociaux de divers points de passage du cortège.

Incroyable. Il ne peut y avoir une scène plus révélatrice et terrifiante du pire qui se passe à Cali que les caravanes de la mort semant la terreur dans leur sillage. Avec des bus pleins de monde, buvant et fumant de la marijuana et tirant comme s'ils étaient dans l'Ouest, avec le CAI de la police à côté, qui ressemblent à des ornements. Et le pire, c'est qu'ils, comme tant d'autres choses dans cette ville, sont devenus un paysage et il a fallu se résigner et avaler ce crapaud, car quelle peur. Les antisociaux font et cassent même pour emmener leurs morts au cimetière, gaspillant cette traqueta et la culture criminelle qui sont restées douloureusement ancrées dans l'âme de Cali.

Mardi, c'est arrivé dans un autre secteur du sud et ils ont même réussi à faire de la vidéo. Et cela s'est produit la semaine dernière et le dernier et continuera de se produire, malgré les multiples plaintes déposées il y a longtemps.

Il est temps d’établir des sanctions et des réglementations sérieuses interdisant par la force ces caravanes de la mort à Santiago de Cali. Il est temps pour ces émissions qui font ressortir les démons de notre bien-aimée Cali, qui ne mérite pas de vivre sous l'emprise de la criminalité et de la délinquance, répandant l'angoisse, comme si nous vivions dans un film infernal pour s'arrêter. Il ne manquait plus rien!

Suivez sur Twitter @pagope

Vous pourriez également aimer...