Le Venezuela

Cuba reporte à 2021 sa résolution annuelle contre l'embargo américain

Cuba a décidé de reporter à mai 2021 la présentation aux Nations Unies du projet de résolution pour mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis pendant 60 ans.

Cela a été annoncé par le vice-chancelier de Cuba, Anayansi Rodríguez, qui a expliqué que la décision était uniquement due aux conséquences épidémiologiques générées par la pandémie de Covid-19 et à son impact direct et pratique sur le travail du siège des Nations Unies à New York, revue Prensa Latina.

Il a également souligné que Cuba ne cessera pas de dénoncer le blocus dans tous les scénarios possibles, tant que cette politique contre l'île perdurera.

«Loin d'augmenter comme le prétend la communauté internationale, il s'est aggravé même en ces temps de pandémie. Pour la vingt-neuvième fois consécutive, Cuba présentera son projet de résolution contre le blocus à l'Assemblée générale des Nations Unies, pour laquelle nous comptons sur l'appui soutenu et écrasant de la communauté internationale », a-t-il souligné.

Rodríguez Camejo a rappelé que la résolution que son pays a soumise à l'ONU chaque automne depuis 1992, et qui n'est pas contraignante, "a eu le soutien de la communauté internationale année après année, qui appelle à la quasi-unanimité à la levée de l'embargo" .

Cependant, à l'automne de cette année, la situation épidémiologique de la ville de New York ne peut être prédite: << plutôt, les prévisions indiquent qu'il y aura une recrudescence de la maladie, de sorte que les mesures sanitaires et épidémiologiques continueront d'être appliquées dans le siège des Nations Unies qui, entre autres, limite au minimum la présence de délégations dans ses installations », a-t-il déclaré.

Avec le changement de date, l'île des Caraïbes espère "garantir le bon déroulement du débat et du vote, dont les résultats positifs sont suivis de près par le peuple cubain et la communauté internationale".

Le vice-chancelier espère que Cuba obtiendra «un soutien soutenu et massif de la communauté internationale» en mai de l'année prochaine, lorsque la résolution sera présentée «pour la vingt-neuvième fois consécutive».

UN SOUTIEN MAJORITAIRE

Depuis près de trois décennies qu'elle présente cette initiative à l'ONU, l'île a obtenu le soutien de la majorité dans sa condamnation des sanctions unilatérales que Washington maintient depuis soixante ans et que l'administration Donald Trump a durcies depuis son arrivée au pouvoir, EFE fait référence.

Traditionnellement, seuls les États-Unis et certains de leurs alliés, comme Israël, ont voté contre la résolution, bien qu'en 2016, lors de la phase de «dégel» diplomatique avec Barack Obama à la Maison Blanche, Washington se soit abstenu. L'arrivée de Donald Trump signifiait un retour au vote contre.

Le vote le plus récent, en novembre de l'année dernière, a été approuvé par 187 des 192 pays membres.

Les nouveautés à cette occasion ont été le vote contre le Brésil et l'abstention de la Colombie, reflétant la détérioration de ses relations avec Cuba après que Jair Bolsonaro et Iván Duque ont respectivement assumé la présidence de ces pays.

Le gouvernement cubain publie chaque année un rapport dans lequel il évalue les pertes causées par l'embargo américain depuis 1960 et qu'en 2019, il a ajouté 138.843 millions de dollars aux prix courants et 922.630 millions de dollars à prix constants, selon ses calculs.

Vous pourriez également aimer...