Le Brésil

Des actions mondiales progressent contre la traite des êtres humains et le travail des esclaves

São Paulo – Au cours des 20 années du soi-disant Protocole de Palerme, adopté par les Nations Unies, les inspecteurs, juges, procureurs et autres personnes impliquées dans le thème ont souligné la nécessité d'actions conjointes pour lutter à la fois contre la traite des êtres humains et le travail des esclaves. Tel est le thème du direct organisé ce jeudi (30, journée mondiale contre la traite des personnes) par le Syndicat national des auditeurs du travail (Sinait).

Le Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée relatif à la prévention, la répression et la répression de la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, a été ratifié par le Brésil en 2004. Décret 5017 – signé par le président d'alors, Luiz Inácio Lula da Silva, et par l'ambassadeur Samuel Pinheiro Guimarães Neto – sont entrés en vigueur le 12 mars de cette année.

• Le travail des esclaves contemporain n’apporte pas de chaînes, il fait d’une personne une «chose»

"Il est urgent d'avancer dans l'éradication de ce crime, qui affecte tous les pays", a déclaré le président de Sinait, Carlos Silva, qui a coordonné la table d'ouverture de la vivre. "Il n'y a aucun moyen de ne pas en discuter comme un agenda intersectoriel prioritaire, qui implique tous ceux qui, au nom de l'Etat brésilien, se soucient de donner de la dignité aux personnes, à l'environnement de travail."

Il a rappelé que les groupes mobiles d'inspection du travail des esclaves venaient d'achever 25 ans d'expérience au Brésil. À ce jour, plus de 55 000 personnes ont été retrouvées dans une situation similaire à l'esclavage et libérées. Cette année, malgré la pandémie, les actions d'inspection ont sauvé 231 travailleurs.

Crime international

La présidente de l'Association brésilienne pour la défense des femmes, des enfants et des jeunes (Asbrad), Dalila Figueiredo, a rappelé les premiers pas de l'organisation en accueillant des femmes qui avaient reçu des propositions de l'étranger pour travailler comme nounous ou accompagnatrices pour les personnes âgées. "Mais ils ont fini par être contraints de se prostituer, se sont fait saisir leurs passeports, ont accumulé des dettes", a-t-il ajouté.

Ou d'hommes exploités principalement dans l'industrie du jus et des réfrigérateurs à l'étranger. Le protocole est devenu, selon elle, le principal outil de lutte contre la criminalité internationale.

Le directeur du bureau brésilien de l'Organisation internationale du travail (OIT), Martin Hahn, a cité la Convention 29, sur le travail forcé, comme l'une des règles fondamentales de l'entité. La pratique atteint des secteurs tels que la fabrication et les services domestiques, y compris l'exploitation sexuelle.

Selon les calculs de l'OIT, le travail forcé dans le secteur privé rapporte jusqu'à 150 milliards de dollars par an. Cela vient de ceux qui profitent de la «vulnérabilité et du désespoir» des gens.

D'une jungle à l'autre

Le président de la Confédération ibéro-américaine des inspecteurs du travail (Ciit), l'Uruguayen Sérgio Voltolini, a également défendu les actions intégrées entre les différents organismes publics dans la lutte contre ces pratiques. Et il a évoqué la difficulté au Brésil, où les contrôleurs fiscaux sont confrontés à de faibles budgets. De plus, ils n'ont pas eu d'appel d'offres public depuis des années, ce qui entraîne une pénurie de main-d'œuvre.

Les vice-présidents de l'Anamatra (magistrats du travail), Luiz Antônio Colussi, et de l'ANPT (procureurs), Lydiane Machado e Silva, ont participé à l'ouverture. Outre eux, Glícia Salmeron, du Barreau brésilien, Daniela Muradas et Hugo Melo Filho, de l'Association latino-américaine des juges du travail.

Suite à l'événement, l'auditeur fiscal Vera Jatobá a fait l'historique de la performance avant même la création des groupes mobiles. Il a rappelé que cela permettait d'améliorer la notion de travail forcé, y compris du point de vue juridique. Et une avancée pour le "pacte civilisateur", a-t-il rappelé.

«Nous devions avoir un autre regard. Ce n'était pas seulement le droit du travail. Nous avons découvert qu'il y avait de la sollicitation, qu'il y avait de la fraude, une série de crimes », a commenté le vérificateur. Vera a noté que les changements dans le monde du travail ont également affecté la pratique de l'exploration, qui a pris de nouvelles formes. Ne pas se limiter uniquement aux zones rurales. «L'exploitation du travail persiste et est sophistiquée dans ses formes. Ce que nous avons vu dans la jungle amazonienne a commencé à le voir dans la jungle urbaine.

Vous pourriez également aimer...