La Colombie

Dilian Francisca Toro parle de Benedetti, Barreras et de l'avenir du parti

"Le président Duque est une personne très ouverte et me connaît. Lorsqu'il était à l'intérieur et qu'il n'était pas d'accord avec quelque chose, il l'a clairement exprimé." C'est ainsi que Dilian Francisca Toro explique la relation qu'il a déjà commencé à établir avec le président colombien depuis un certain temps deux semaines, lorsqu'il a assumé la direction du Parti de l'unité nationale.

Il explique que la communauté continuera de faire partie de la coalition gouvernementale, mais qu'elle ne renoncera pas à son drapeau de paix.

Une paix qu'il espère aussi cultiver dans son parti, mais qui a été affectée par le départ de Roy Barreras et Armando Benedetti.

«Ils ont démissionné il y a plus de trois semaines, mais j'ai appris vendredi que le parti, avant mon arrivée, les avait expulsés pour ne pas s'être conformés aux décisions de la magistrature», explique-t-il pour expliquer qu'il attend une consultation juridique pour savoir comment agir devant les sièges qu’ils occupent au Sénat.

L'ancien président de Valle del Cauca s'est prononcé en faveur de l'abrogation de la loi des garanties et a annoncé qu '«il mettra ses dents» dans la réforme de la santé qui passe par le Congrès de la République.

Vous recevez une correspondance dont on a même dit qu'elle risquait de disparaître. Quelles sont les stratégies pour le renforcer?

Pour apporter sa contribution au pays, nous devons avoir un agenda législatif que nous construirons à partir d'un centre de réflexion que nous renforcerons avec les recherches menées par l'académie, qui me semblent fondamentales, et, bien sûr, avec ce qui est palpable dans les régions, avec les problèmes rencontrés par nos employés. En conséquence, nous allons proposer des solutions, mais en tenant compte des recherches projetées dans la société, et nous allons avoir un agenda social qui consulte les demandes de la communauté. J'ai déjà parlé avec des recteurs d'université qui ont aimé le sujet et nous allons commencer un travail de coopération, sans dire que l'université va appartenir au parti, mais plutôt qu'ils nous soutiennent pour pouvoir générer les solutions nécessaires. dans le pays. La deuxième chose est de renforcer les initiatives parlementaires du parti. Il y en a pour le moment des revenus très intéressants et pertinents, comme le revenu des femmes et l'économie de la prise en charge, d'autant plus que l'on observe le déclin des femmes sur le marché du travail et l'augmentation des écarts entre les hommes et les femmes.

L'autre chose importante est la communication, vous devez être connecté non seulement avec les membres du parti, mais avec le reste de la communauté. Nous allons travailler dur pour obtenir une meilleure rétroaction sur ce qui se passe. Et l'autre chose est d'avoir l'inclusion et la diversité dans le jeu. À l'heure actuelle, dans la direction, il a été réalisé que les membres des Afro-descendants, les peuples autochtones, la population LGTB et la question des femmes et des jeunes que nous allons renforcer avec une formation continue, nous voulons créer des centres de formation au leadership et à la politique dans chaque région et donc le parti il se démocratise davantage et améliore son interaction avec la communauté.

De plus, elle a le défi d'être la première femme à diriger un match.

Oui, je comprends que je suis le premier directeur d'un parti politique. Ce qui se passe, c'est que les femmes ont une vision plus sociale, du consensus, de l'unité, de l'organisation. Je pense qu'il est important, étant donné les circonstances que nous voyons dans le pays, qu'il y ait un regard de femmes, pas seulement d'hommes. Que nous pouvons nous compléter dans ce qui nous caractérise en tant que femmes et en tant qu'hommes et générer un développement beaucoup plus global. C'est un très grand défi, mais je suis un défi et les femmes le sont, vous devez donc les relever et essayer de faire de votre mieux.

Parlant de défis, vous avez dit que les besoins que la pandémie a montrés doivent être résolus, comment le faire?

Comme je l'ai dit, la première chose est de ressentir la situation dans notre pays. Le parti doit être un instrument pour que, de concert avec tous les secteurs: académique, commercial, communautaire et gouvernemental, nous soyons capables de soutenir de vraies solutions qui réduisent la pauvreté, les inégalités, l'informalité et tous les problèmes que nous connaissons en ce moment. . Je pense que c'est ce que le parti doit faire. Comment? Par le biais de projets, par exemple, maintenant, lorsque le président présentait le projet d'accompagnement des entreprises dans le paiement de leur masse salariale, il fallait bien sûr le soutenir. Qu'est-ce qui est venu du gouvernement? Oui, mais cela résout un problème que connaît le pays. Que fallait-il faire d'autres propositions qui restaient en suspens et qui devaient également payer la masse salariale des plus de moins de trois ou quatre employés? Bien sûr, cela manquait. Justement, le parti doit voir ce qui se passe, et nous, qui sommes régionaux, regardons comment nous pouvons contribuer pour qu'il y ait une solution aux problèmes que nous ressentons ici et que souvent le gouvernement central ne les touche pas. C'est plutôt l'instrument qui aide à trouver des solutions qui réduisent les problèmes que nous avons et qui atteignent l'équité et de bonnes conditions de vie. Et si nous parlons de paix, c'est le seul moyen de parvenir à la paix et à la réconciliation que nous souhaitons.

Après le départ à la retraite de Roy Barreras et Armando Benedetti, le parti U revendiquera-t-il les sièges qu'ils occupent au Sénat?

Je dois d'abord dire qu'ils ont démissionné il y a plus de trois semaines, mais vendredi j'ai appris que le parti, avant mon arrivée, les avait expulsés pour ne pas avoir suivi les décisions du banc. Sur ce, eh bien, je vais poser une question sur ce qui suit légalement, donc je ne peux pas vous dire ce que nous allons faire tant que nous n’aurons pas la réponse à cette question, ce que nous avons déjà fait, pour savoir ce que le parti doit faire.

Lire ici: Benedetti et Roy Barreras ont été expulsés de La U, avant leur démission

Et que pensez-vous de l'arrivée de Benedetti dans la Colombie humaine de Gustavo Petro?

Eh bien, il me semble que Benedetti a fait un virage très forcé à gauche. Évidemment, on ne peut pas être là où ils ne veulent pas, et leur décision doit être respectée, mais à mesure que certains partent, d’autres arrivent, et nous travaillons sur la question. J'ai toujours parlé de continuer dans l'union et la réconciliation, sans polarisation.

En tant que nouveau président du parti, avez-vous déjà eu un rapprochement avec le président Duque?

Bien sûr, je lui ai déjà parlé des enjeux de l'agenda, pas pour l'année prochaine, mais maintenant, et je lui ai dit que le parti est un parti gouvernemental, c'est ainsi que le banc l'a établi depuis le début de son gouvernement, mais qu'il ne veut pas disons que nous n'avons pas de désaccords et que lorsque nous le ferons, nous en parlerons. C'est une personne très ouverte et il me connaît, quand j'étais au gouvernement et que je n'étais pas d'accord avec quelque chose, je l'ai clairement exprimé. Il est nécessaire d'exprimer les choses clairement et de conclure des accords, et nous sommes dans ce but. Par exemple, il y a une loi sur la santé sur laquelle je pense qu'il faut faire beaucoup plus de travail, à l'écoute de tous les problèmes qui existent dans le secteur afin de mener une vraie réforme structurelle, et nous allons le faire à travers des propositions de loi . Donc, nous allons nous entendre sur des choses avec lesquelles nous ne sommes pas d'accord et il est également important de dire que la paix est le drapeau du parti U, donc, bien sûr, nous ne serons pas sur cette question, mais pour le reste, quoi que ce soit pour bien du pays, nous devons nous unir et travailler main dans la main.

Alors cette réforme du système de santé serait pour cette année?

Oui, ce projet a un message urgent. J'ai déjà participé à l'audition publique et avec les bancs, j'ai déjà le travail d'organiser les propositions et de les présenter en tant que parti de l'U cette année, car je pense que le parti doit commencer à parler des positions qu'il prend sur chaque question en question. au Congrès de la République.

Soit dit en passant, quelle est votre position sur l'éventuelle abrogation de la loi sur les garanties qui y sera discutée dans les prochains jours, dans le cadre de la réforme du code électoral?

Je comprends les deux positions: il y a des gens qui ont des problèmes régionaux et qui ne veulent aucune sorte d'ingérence de l'exécutif dans les élections, et cela arrive. Mais si vous me demandez, on a certaines limites. Pour dire, j'avais beaucoup de choses que je terminais et que je voulais inaugurer, mais j'étais quatre mois sans pouvoir sortir pour montrer mes œuvres, donc c'était à mon tour en décembre et mi-novembre d'essayer de montrer ce que j'avais pu montrer en quatre ou cinq mois, et cela génère également beaucoup d'interruptions dans la partie administrative, nous devons donc présenter la discussion, mais je pense que nous devrions mettre fin à la loi des garanties.

Vous avez dit qu'il était trop tôt pour parler d'une candidature à la présidentielle, mais étant déjà à la direction du parti, cette possibilité est plus proche …

Comme je l'ai dit, chaque jour apporte son empressement. Maintenant j'essaye d'aider le parti et nous verrons l'année prochaine. Je pense que cela dépend de notre situation et de la situation dans le pays. Ce que je souhaite, c'est contribuer à partir de là à de meilleures conditions de vie.

Je change la question, Roy Barreras, Alexánder López, Jhon Milton Rodríguez et Carlos Holmes Trujillo ont deux choses en commun: ils sont de la Valle del Cauca et ont exprimé leur désir d'être présidents. Que pensez-vous de cette liste, dont beaucoup vous incluent?

Vous ne savez pas à quel point c'est important, que vous pouvez voir qu'il y a un leadership régional qui peut atteindre la présidence de la République. Je pense que c'est fondamental. Nous n'avons jamais vu ces aspirations régionales, nous pensons toujours à qui aspire du centre du pays, mais nous ne pensons jamais qu'il y a des dirigeants régionaux et c'est un moment très important pour que ces dirigeants soient projetés et puissent aspirer à la présidence de la République, cela pour moi c'est très clair.

À propos de la paix

En plus de ne pas soutenir les projets qui vont à l'encontre de la paix, vont-ils prendre l'initiative contre le meurtre de leaders sociaux et d'anciens combattants?

C'est un projet sur lequel nous travaillons déjà et il a à voir avec la politique publique de protection des dirigeants sociaux en général, même avec Carlos Negret, qui est du parti, et avec Roosvelt (Rodríguez) et d'autres personnes très intéressées par cela et il me semble que c'est un travail fondamental qui doit sortir du parti. J'en ai aussi parlé avec le président et il l'a aimé, il m'a dit qu'il trouvait très bien que nous puissions travailler sur ce projet, ainsi qu'avec l'Universidad Javeriana.

Vous pourriez également aimer...