Le Venezuela

Enquête ouverte pour occupation illégale du parc national de Yacambú

L'utilisation de bois à la suite de la culture sur brûlis, ainsi que l'occupation illégale du parc national de Yacambú, situé dans le sud-ouest de l'État de Lara, font l'objet d'une enquête du 23e bureau du procureur pour la défense de l'environnement.

Cela a été rapporté par Héctor Bravo, président de l'Institut d'écosocialisme de l'entité (Inecolara), qui, avec d'autres responsables de la sécurité, a confirmé la survenue de ces crimes, le réservoir naturel.

Bravo a précisé qu'au cours de la semaine de détente, il a inspecté le parc avec des responsables de la pépinière environnementale de la Garde nationale bolivarienne (GNB), des Forces d'actions spéciales (FAES), ainsi que du personnel du ministère du Pouvoir populaire pour l'écosocialisme ( MINEC) et le ministère public, réalisant la capture des occupants illégaux.

"Les trois citoyens détenus sont du secteur de Los Pozos, via Barro Negro, ils ne sont pas des villages bordant le parc, et ils occupaient illégalement six hectares avec des maisons de fortune où ils gardaient du carburant, des semences, des tuyaux d'irrigation, des machettes et des haches", dit-il, Bravo.

Les personnes impliquées dans les événements, en particulier dans le secteur de Los Pozos, sont Pascual A. Escalona, ​​Carlos J. Colmenares et Pedro Fernández, tous trois sous le commandement du ministère public.

Il a ajouté que dans l'audit, ils ont identifié 15 hectares déboisés et l'abattage de 3100 arbres, y compris le laurier, aguacatillo, yagrumo, guácimo, ils ont également mis fin à l'abri des bryophytes et des lichens (plantes non vasculaires) et de l'habitat naturel de l'ours frontal.

Le parc national de Yacambú couvre 14580 hectares de la paroisse du même nom et de la paroisse adjacente appelée Pio Tamayo dans la municipalité d'Andrés Eloy Blanco, dont l'écosystème abrite également les singes casqués, araguato, cachicamos, cerfs et différents types d'oiseaux, ainsi qu'un important Réservoir de la forêt nuageuse, qui fournit de l'eau de la rivière Yacambú à la rivière Orénoque.

Il y a des arbres comme les bucares, les chênes, les araguaney, les mousses, les broméliacées, les bâtons de barbe, des espèces qui conservent l'humidité pour le ruissellement de la rivière Yacambú.

Avec les parcs nationaux de Dinira et Terepaima, les Yacambú, ils forment une seule unité géographique, Inecolara a donc proposé la diffusion et la promotion de son riche écosystème, ainsi que la protection de sa flore et de sa faune.

Les 12 gardes du parc qui travaillent dans la commune d'Andrés Eloy Blanco appliquent des stratégies de soins et de surveillance permanentes, afin d'alerter rapidement les autorités et ainsi minimiser l'impact des délits environnementaux.

Vous pourriez également aimer...