Le Brésil

Heures supplémentaires: comment fonctionne ce droit?

Dans l'image, un équilibre équilibrant l'argent d'un côté et le temps de l'autre. Contenu des heures supplémentaires.

L'un des droits du travail les plus connus de notre Constitution fédérale est le heures supplémentaires. Grâce à lui, il est possible de prolonger et de compenser la journée d'un travailleur. Mais que signifient ces deux termes en pratique? Ensuite, nous vous expliquerons!

Ceci est le deuxième texte d'une piste de contenu sur le droit du travail. Découvrez les autres:

  1. Heures d'ouverture
  2. Pauses de repos
  3. Repos hebdomadaire payé

1) JOURNÉE DE TRAVAIL PROLONGÉE

Les heures supplémentaires ne sont rien de plus que la matérialisation de l'extension de la journée de travail. En d'autres termes, dans la pratique, grâce à eux, le salarié peut travailler plus que prévu pendant ses heures de travail normales. Cependant, lorsque cette augmentation de la durée du travail – autorisée exceptionnellement par l'article 7, XVI, de la Constitution fédérale (CF) – se produit, une rémunération «due, au moins, à hauteur de cinquante pour cent par rapport à la normale» est due. Cette rémunération s'appelle heures supplémentaires.

Pour illustrer

Imaginez un employé X qui travaille 8 heures par jour ou 44 heures par semaine (c'est-à-dire du lundi au samedi). Ainsi, nous avons un total de 220 heures par mois. Imaginons également que le salaire de l'employé soit de 2 200 R $. Ainsi, chaque heure travaillée coûte 10,00 R $. Ainsi, si l'employé X travaille un jour donné 1 heure de plus que la normale, cette heure supplémentaire sera 50% plus élevée que le temps normal, atteignant, dans le cas sous analyse, 15,00 R $.

Pour mieux comprendre comment les heures supplémentaires sont appliquées dans notre vie quotidienne, il est nécessaire de comprendre deux manières d'allonger la journée de travail présentes dans notre système juridique du travail: o Accord de prolongation des heures de travail et le Prolongation des heures de travail en raison d'un besoin impératif. Si ces noms ont été confondus pour vous, calmez-vous ce que nous avons déjà expliqué.

Qu'est-ce que l'accord de prolongation de la journée de travail?

Il s'agit de l'accord de prolongation le plus courant dans la relation de travail. Il est dans le Art. 59 Consolidation des lois du travail (CLT). Cet article montre que heures de travail quotidiennes des heures supplémentaires peuvent être ajoutées, dans un nombre n'excédant pas deux, par convention individuelle (accord entre l'employeur et le salarié), convention collective (convention entre deux ou plusieurs syndicats) ou convention collective de travail (convention entre syndicats et employeurs). Autrement dit, à partir de ces instruments, il est possible que jusqu'à 2 (deux) heures de travail puissent être ajoutées en plus des heures de travail normales d'un certain employé.

Ainsi, l'aspect le plus pertinent de cette figure est celui de rémunération les heures supplémentaires, c'est-à-dire ce qui est dû au salarié si sa journée de travail est prolongée. Conformément au § 1 de l'article 59 de la CLT, et conformément à notre Constitution, la rémunération des heures supplémentaires doit être au moins 50% plus élevée que les heures normales. Par conséquent, à titre d'exemple, si une heure travaillée par un employé spécifique vaut 10,00 R $, la rémunération des heures supplémentaires effectuées par le même employé doit être d'au moins 15,00 R $.

Et quelle est la prolongation de la journée en raison d'un besoin impératif?

C'est une façon un peu moins courante de prolonger notre vie quotidienne, mais toujours possible et présente. Du Art. 61 CLT, en cas de besoin impératif, la durée des travaux peut dépasser la limite légale stipulée, c'est-à-dire que les heures supplémentaires peuvent même dépasser la limite de 2 (deux) heures par jour.

Mais, après tout, quel serait un besoin impératif? Dans quels cas la limite de 2 heures supplémentaires par jour peut-elle vraiment être extrapolée? Il existe donc deux types de besoins impératifs:

  • Motif de force majeure, à titre d'exemple, un vent fort qui atteint une partie d'un immeuble en construction et finit par «forcer» les employés de cet ouvrage à continuer leurs services pour effectuer les réparations du bâtiment.

  • Services qui ne peuvent pas être reportés ou dont le non-respect peut entraîner un préjudice manifeste: à titre d'exemple, les employés d'une chaîne d'abattoirs qui ne peuvent tout simplement pas laisser de la viande exposée même si leur voyage est déjà terminé, et doivent la récupérer. En d'autres termes, c'est ce service qui n'a pas la possibilité de reporter son achèvement au lendemain.

Cependant, bien que cette possibilité d'extension soit nettement plus libérale, le paragraphe 2 de l'article 61 fixe une limite de 12 heures travaillées par jour, c'est-à-dire que dans une journée de 7 heures, les heures supplémentaires ne peuvent pas être supérieures. que 5 (cinq).

2) RÉMUNÉRATION DES JOURS DE TRAVAIL

le compensation des jours de travail c'est une sorte de prolongation du trajet de l'employé dans quelques jours pour pouvoir le réduire dans d'autres, de sorte qu'à la fin, le trajet soit obéi dans le délai normal, sans payer d'heures supplémentairess. En d'autres termes, il y aura une redistribution des heures, n'étant pas due aux 50% supplémentaires déjà expliqués ci-dessus, puisque le travail effectué au-delà des heures normales certains jours sera compensé par la réduction des heures de travail les autres jours.

Exemple: l'employé Y a une journée de 8 heures. Un jour donné, il travaille 9 heures par jour, ce qui va au-delà de son trajet ordinaire. Mais, pour compenser, lui, le lendemain, par exemple, travaille 7 heures par jour.

Soit dit en passant, ce chiffre est une garantie constitutionnelle, puisque la Constitution fédérale de 1988, dans son article 7, XIII, stipule que «la durée normale du travail ne dépasse pas huit heures par jour et quarante-quatre heures par semaine, compensation des heures et réduction des heures de travail, par convention collective ou convention».

Par conséquent, conformément aux dispositions de la Consolidation des lois du travail (CLT) et aux études doctrinales, nous pouvons appeler cette «rémunération des heures» comme Banque d'heures. Ce chiffre comporte certaines modalités prévues dans notre législation:

  • Banque d'heures annuelles

  • Banque d'heures semestrielle

  • Banque d'heures mensuelle

LES Banque d'heures annuelles, basé sur l'article 59, §2 de la CLT, est un régime de compensation dans lequel l'apurement compensatoire interviendra dans un délai maximum d'un an, à compter de la fourniture du service. Il est nécessaire qu'elle soit prévue dans une convention collective ou convention, car il s'agit d'une situation plus grave pour le travailleur, et doit respecter les Limite quotidienne de 10 heurespar conséquent, un maximum de deux heures prolongées par jour. Il est important de souligner que, même si la journée de travail normale du salarié est inférieure à huit heures par jour, la limite maximale d'heures prolongées par jour doit être respectée.

En ce qui concerne rémunération semestrielle et mensuelle, prévue respectivement aux articles 59, §5 et 6, de la CLT, la première était une nouveauté apportée par la réforme du travail (loi n ° 13.467 / 2017), qui constituait la possibilité d'établir une banque d'heures par accord individuel écrit entre salarié et employeur, avec indemnité due dans un délai maximum de six mois. La seconde, cependant, peut se faire au moyen d'un accord individuel tacite ou écrit, toujours dans le respect de la limite maximale de dix heures par jour et l'indemnisation doit être faite le même mois.

Un autre point très intéressant et d'occurrence possible dans la vie quotidienne concerne la possibilité de Résiliation alors qu'il reste des heures à indemniser. Dans ce cas, le travailleur aura droit au paiement des heures supplémentaires non rémunérées, c'est-à-dire qu'il aura droit à des heures plus 50% supplémentaires sur l'heure normale de travail. De plus, ces heures supplémentaires doivent être calculées en fonction du montant de la rémunération de l'employé à la date du licenciement, tel que prévu à Article 59, §3 du CLT.

En savoir plus sur CLT!

Et que signifie «12 x 36 jours»?

La réforme du travail (loi n ° 13,467 / 2017) a fait exception à l'article 59 de la CLT le voyage 12 x 36, un type d'indemnité de jour de travail prévu Art. 59-A du CLT. Dans ce modèle de système, l'employé travaille au-delà des 8 heures autorisées, restant 12 heures à fournir des services. Cependant, il bénéficie d'un repos prolongé de 36 heures consécutives. Ce système peut être établi au moyen d'une convention individuelle écrite, d'une convention collective ou d'une convention collective de travail.

Les pauses intrajournalières d'un jour de 12 x 36 peuvent être accordées ou compensées par l'employeur. De cette manière, l'employé peut fournir 12 heures de travail continu sans aucune pause, recevoir ultérieurement un montant à caractère indemnitaire pour l'intervalle non accordé.

Quant à la rémunération de cette hypothèse de rémunération, à la lecture du seul paragraphe de la Art. 59-A nous pouvons comprendre que la rémunération mensuelle résultant de cette journée de travail différenciée (12 × 36) comprend déjà les paiements du repos hebdomadaire payé et du reste les jours fériés, et les jours fériés et prolongations de travail de nuit, le cas échéant, inclus dans cette journée de travail différenciée seront considérés comme compensés. .

3) MODIFICATIONS CONCERNANT LE MP 927/20

Compte tenu de l'état de calamité publique que nous subissons en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, au début de cette crise ici au Brésil, le gouvernement fédéral a publié le MP 927 le 22 mars. Cependant, ce député n'a pas été voté au Sénat fédéral dans les 120 jours et a perdu sa validité le 20 juillet. . Malgré cela, il convient de souligner certaines innovations, liées au sujet en question, qui se sont produites pendant la durée de cette mesure, car elles ont eu un impact sur les relations de travail pendant cette période et certains accords fondés sur ce PM peuvent encore être en vigueur.

  • L'article 26 du MP 927 autorisait les établissements de santé, même en cas d'activités insalubres et pendant 12 x 36 jours, et par accord individuel écrit, à s'étendre au-delà de la limite légale ou convenue. En d'autres termes, il a établi une exception à l'article 61 déjà mentionné du CLT.

  • L'article 14 du MP autorisait l'interruption des activités par l'employeur et la constitution d'un "Banque d'heures spéciales", en faveur de l'employeur ou du salarié, établie par convention collective ou individuelle formelle, contre indemnisation dans un délai maximum de 18 mois, à compter de la date de clôture de l'état de calamité publique. En d'autres termes, il a autorisé qu'une banque d'heures puisse être compensée en 18 mois par accord individuel, établissant ainsi une nouvelle exception aux dispositions de l'article 59 du CLT.

Par conséquent, enfin, il convient de noter que ces modifications apportées par le MP 927 ne peuvent plus être appliquées, car la mesure a perdu sa validité, bien que les accords et conventions conclus au moment de sa validité soient toujours pleinement en vigueur.

Avez-vous aimé le contenu? Partagez votre opinion dans les commentaires!

Publié le 9 octobre 2020.

Victor Carvalho

Piauiense et étudiante en droit à l'iCEV – Instituto de Ensino Superior. Il estime que l'éducation est la base de la prospérité d'une société et que nous devons encourager la participation démocratique de tous, à travers une bonne information et un contenu didactique.

Isadora Machado

Étudiant en droit à iCEV – Institut d'enseignement supérieur. Il estime que l'accès à l'information et la liberté d'expression sont essentiels pour l'épanouissement de citoyens consciencieux.

LES RÉFÉRENCES

Constitution fédérale, CLT, MP 927/20, Manuel du droit du travail (Gustavo Garcia), Jusbrasil.

Vous pourriez également aimer...