Le Brésil

Invisible dans le recensement de la ville de São Paulo, la population des rues de la périphérie n'est vue que par la police

São Paulo – Jeudi après-midi (30), Paloma Helena Gomes da Silva, 33 ans, a posé une question au maire de São Paulo, Bruno Covas (PSDB). Sur quel matelas passerait-elle la nuit, après avoir perdu le sien lors d'une action de conciergerie menée des heures plus tôt sur le trottoir où elle se réfugie? «Maintenant, je n'ai même plus de matelas pour dormir. Je suis en colère contre lui.

Il pleuvait vers 8 heures du matin et la température n'était que de 13 ° C, lorsque Paloma a été réveillée par l'appel de son amie Celso, mettant en garde contre une autre journée de nettoyage urbain sur l'Avenida Amador Aguiar, dans le quartier Jardim Rincão, district de Jaraguá, au nord-ouest de la capitale paulista. Ce qui leur a indiqué, ainsi qu'aux autres compagnons de rue, l'imminence d'une autre opération – avec de nouvelles pertes pour eux – était la présence de soldats de la police militaire et de membres du Metropolitan Civil (GCM) et des gardes de l'environnement. Ils ont suivi l'arrivée des balayeurs de rue qui, à leur tour, ont apporté un tracteur. A quelques mètres de là, Paloma s'abritait du froid sous une toile étalée sur des morceaux de bois.

Au moins depuis 2003, la jeune femme vit sur un trottoir à Amador Aguiar. Entre une action de conciergerie et une autre, il se déplace d'un côté à l'autre de la route. Depuis l'âge de 16 ans, elle n'a pas de toit ou a subi un changement d'adresse important.

Un autre collègue de Paloma, Nilson Lourenço, 44 ​​ans, vit dans la rue encore plus longtemps, depuis 2001. En ces jours d'opération urbaine, il préfère utiliser le temps qu'il faudrait pour essayer d'empêcher l'action en débattant avec la police, pour sauver ses affaires avant être à nouveau «balayé».

Ils ont tout pris et où sont-ils ici maintenant?

Hier, sentant que ce serait pour ainsi dire l'après-midi le plus froid de l'année à São Paulo, Nilson a privilégié le bois et la toile. Quelques heures après l'opération, il a également protesté. «Ils ont tout pris. Ce que nous pouvons prendre, c'est ici. Ils ont fait tout cela et où est-ce que quelqu'un vient ici maintenant. Voir si quelqu'un vient nous demander si nous avons besoin de nourriture, d'une allocation de logement, si nous voulons voir notre famille? Ils ne font pas ça.

«La façon dont nous vivons ici n'est pas correcte, nous sommes sur le trottoir, en face d'un parc qui est important pour la communauté. Et je ne mentirai pas, la plupart sont des utilisateurs (drogues). Mais il y a un père de famille, une mère de famille, des malades, des gens qui ont besoin d'assistance, d'attention. Au moins envoyer quelqu'un pour avertir (d'action), un travailleur social, disant «vous allez rester là-bas, ou nous allons voir les documents pour vous aider. Mais non, leur ignorance est comme ça, regardez notre condition », a-t-il déploré.

Ce que la ville de São Paulo considère comme des gravats, c'est tout ce qu'une cinquantaine de personnes sur ces trottoirs ont après avoir perdu leurs liens familiaux et émotionnels, ainsi que des biens matériels, principalement pour le crack. Les hommes et les femmes, pour la plupart jeunes et noirs, sont attachés les uns aux autres et à ce qu'ils collectent pour le recyclage dans les rues du quartier.

Dans quatre mois

Pour cette raison, lorsque le RBA arrivé sur le site, quelques heures après l'opération de nettoyage, les a trouvés en colère et avec des plaintes similaires. Le plus grand d'entre eux, le fait qu'ils ne connaissent l'État que par des forces armées ou des actions de conciergerie, qui viennent montrer que ce qu'ils font est "sale".

«Ils ne pensent pas à nous emmener pour les emmener ailleurs (équipement public). Ils ne viennent ici que pour nous emmener par temps pluvieux, quand il pleut, et ils prennent tout. Ici tu dors, quand tu te réveilles, les gars (gardiens) sont au dessus de toi », décrit Andreia, 35 ans, qui vit dans les lieux depuis 12 ans. Elle renforce la plainte: «Personne n'est un animal, nous sommes des êtres humains. Nous avons besoin de notre environnement ».

À 53 ans, Claúdio, le «Bigode», a construit des cabanes d'un endroit à un autre à São Paulo au cours de la dernière décennie. Sa vie de nomade a commencé après avoir perdu son emploi d'agent de sécurité. Lors de la dernière adresse à Rincão, il a profité du ruisseau qui se trouve juste derrière où il s'abrite, pour cacher quelques morceaux de bois. Ils sont précieux pour Moustache. Ce sont eux qui se transforment en pieds pour soutenir leur toile en plastique sur le dessus et faire du trottoir un dortoir.

Clara Assunção / RBA
Cláudio (bonnet blanc) soulève à nouveau sa «cabane» de toile après l'action du concierge de São Paulo. Et se plaint du manque d'action sociale de l'Etat

«Nous avons besoin d'un endroit pour vivre dans la réalité. Vivre ici est mauvais, il n'y a pas d'eau, il faut courir après, il n'y a pas d'énergie. Je tire de l'eau d'un robinet qui appartient à la mairie, c'est dans la ruelle. Nous sommes exposés à tout. Et nous ne nous inscrivons à rien ni au CDHU (Société de logement et de développement urbain de São Paulo). Nous restons ici. Puis ils (la police et la mairie) reviendront. Dans trois, quatre mois, ils reviendront et le sortiront à nouveau », prédit-il.

Les plaintes sont répétées

Les plaintes selon lesquelles des biens personnels sont enlevés lors des actions de conciergerie sont également répétées dans d'autres régions de la capitale, selon le Mouvement d'État de la population de la rue (MEPRSP). Par la loi, la pratique est interdite par le décret 59.246 / 2020, sanctionné en février par le maire Bruno Covas. La mesure interdit la soustraction, la destruction, la destruction ou la saisie de sacs, de médicaments, d'ustensiles de cuisine et de restauration. Même matelas, couvertures, instruments de travail, entre autres objets. Mais ce n'est pas pour cela qu'il a été respecté, comme le conteste le mouvement, qui prétend avoir été représenté au ministère public de São Paulo (MP-SP).

«En période de pandémie, le slogan est« qui a un chez-soi, reste à la maison », on enlève les couvertures de ceux qui n'ont pas de chez-soi. Ils emportent les tentes, même les médicaments du peuple en période de pandémie et de basses températures », prévient le président du MEPRSP, Robson Mendonça.

Çcomment ça a été

Sur le trottoir de l'avenue Amador Aguiar, Eduardo Alberto Miranda, 54 ans, est l'Allemand. Pour lui, le quartier Jardim Rincão est divisé en deux par le pont qui passe sur le ruisseau du Rio do Fogo. Il y a le côté des sans-abri, comme lui, et de la communauté. Il ne traverse le pont que pour rendre visite à sa famille, lorsqu'il devient Eduardo.

Alemão recueille également les périodes où il s'est déplacé d'un trottoir à l'autre. Depuis la voie publique, il a été témoin et souffert des opérations de conciergerie et GCM menées par les cinq dernières administrations municipales. Parmi tous, il considère les plus récents, ceux de João Doria et Covas, comme «les plus truculents».

«Dans le passé, une ordonnance du tribunal était intervenue une quinzaine de jours plus tôt. Pas dans l'administration actuelle de la ville, mais quand c'était l'autre maire, le (Fernando) Haddad (PT). Une ordonnance du tribunal est venue en premier, dans cinq jours (nettoyage urbain) «Viens», les travailleurs sociaux sont venus demander si quelqu'un voulait aller dans une auberge, s’il voulait sauver quelque chose, ils ont prêté attention. Maintenant, ils arrivent, prennent et au revoir », résume-t-il.

Clara Assunção / RBA
«Au moins, envoyez quelqu'un pour avertir (de l'action), un travailleur social, en disant 'vous allez rester là-bas, ou nous allons voir les documents pour pouvoir vous aider. Mais non, leur ignorance est comme ça, regardez notre condition », se lamente un habitant

"Situation aggravante"

Alemão répète souvent l'expression «la situation s'aggrave». C'est le moyen qu'il a trouvé pour synthétiser une scène d'utilisation de substances psychoactives qui ne fait que grandir, emmenant les gens des centres et des quartiers, des endroits où la santé, l'assistance sociale et l'éducation n'atteignent pas. Il manque de suivi.

«D'une manière ou d'une autre, l'État est en faute. Nous sommes aussi coupables parce que nous nous laissons emporter par la drogue, mais si nous avions de l'attention … Et il n'y a pas besoin de fournir une maison, une voiture et un service, mais un accompagnement psychologique, une conversation. Peut-être que cela ne résoudrait pas le problème, mais il serait facile d’avoir moins d’utilisateurs, car chaque jour cela augmente, à part ceux qui commencent à devenir accro, le père de famille saute par là. La situation s'aggrave », insiste-t-il.

Le recensement ne voit pas, la police fait

En avril, le RBA a montré que le quartier constitue l'une des principales critiques des mouvements sociaux à propos du recensement municipal des sans-abri de São Paulo, organisé en 2019. Selon la Fraternidade Missionária Emaús (FME) – une entité qui travaille dans la distribution de nourriture et de vêtements pour les sans-abri à Rincão, il y en a un nombre allant de 60 à 80 personnes dans les rues du quartier. Dans le même temps, pour tout le district de Jaraguá, le recensement ne fait état que de neuf personnes dans cet état. Qualitest Science and Technology – responsable de la recherche – a lancé l'enquête en août de l'année dernière.

Lis: La population des rues de São Paulo et le coronavirus: «Nous ne l’attrapons pas parce que nous sommes invisibles»

L'image ci-dessous, capturée en mai de la même année par la ressource Street View, de Google Maps, indique également que cette population était déjà là lorsque le recensement a commencé. Mais, en octobre, l'équipe technique a parcouru les rues de la ville sans appliquer les questionnaires. Au total, la municipalité nomme près de 25 000 sans-abri dans la capitale de São Paulo. Pour les mouvements sociaux, le nombre dépasse 30 mille.

Google Maps / Lecture
En jaune, l'image capturée en mai 2019 montre que la population de la rue était déjà avant août de la même année, lorsque l'enquête de recensement a commencé à être réalisée

"Recensement? Je n'ai jamais entendu parler de ce recensement. Nous ne sommes pas comptés dans la société », déclare Eduardo, l'Allemand.

Rodrigo da Silva, 30 ans, dit qu'il est arrivé dans le quartier après la fin de son mariage et qu'il n'avait nulle part où aller. À Rincão, il garantit sa vie en tant que cueilleur. En plus du recensement, selon lui, qui ne se sont pas non plus présentés dans la région, il y avait des agents de l'assistance sociale municipale, ce qu'il appelle des «droits de l'homme». «Cela n'est jamais venu», dit-il. «Le seul qui vient ici est le missionnaire, l'oncle qui apporte de la nourriture et d'autres entités. Et la police, qui vient ici pour aider, parce qu'elle veut en savoir plus sur la traite, ces choses, alors elle passe tout son temps.

Apportez une couverture?

L '«oncle missionnaire», auquel Rodrigo fait référence, est le membre du FME Ernandes Teone, qui, avec le soutien de la Pastorale do Povo de Rua, distribue environ 150 boîtes à lunch dans cette partie et dans d'autres parties de la région aux gens dans les rues. Hier matin, il surveillait également l'opération de conciergerie pour tenter d'éviter tout conflit avec les agents de sécurité. Bien que l'action se soit terminée sans troubles ni représailles, Teones souligne que la marque qui est restée après elle est toujours la violence.

"Ils (PM, GCM, environnement et mairie) viennent comme s'ils allaient faire la guerre. Truculence la taille du monde. Voulez-vous plus de violence que vous n'arrivez et mettez la machine dans la maison du gars pour l'abattre? »Demande-t-il.

Pendant deux ans accompagnant la région, le missionnaire dit que les agents de l'Unité de santé de base (UBS) n'ont assisté à cette population de rue que des semaines après le rapport de la RBA, en avril, qui a interrogé le secrétariat du secteur sur le manque de service à l'un des groupes les plus vulnérables au covid-19.

C'était un combat de la Fraternité, qui rêve maintenant de construire un centre communautaire pour retrouver l'estime de soi des sans-abri. Pendant ce temps, Teones est remplacé par d'autres demandes urgentes. Après avoir distribué des boîtes à lunch et des vêtements hier après-midi, il est reparti avec plusieurs demandes de couvertures. "Apportez-m'en un, s'il vous plaît, car il n'y avait pas le temps de prendre le mien", a déclaré Rodrigo.

Clara Assunção / RBA
La Fraternité Missionnaire Emmaüs distribue des boîtes à lunch aux sans-abri

L'autre côté

Dans un communiqué, la ville, au nom des Secrétariats d'Assistance et de Développement Social (Smads) et de Sécurité Urbaine (SMSU), a contesté la version démographique, affirmant qu'une équipe du Centre de référence pour l'assistance sociale (Cras) Jaraguá était présente la veille du action de conciergerie, offrant un abri aux familles sur place et aucune n'a accepté l'offre. À l'époque, selon la municipalité, l'équipe proposait également une inscription à CadÚnico pour des prestations de transfert de revenus, des paniers alimentaires de base et des services Caps AD (Centre de soutien psychosocial – Alcool et drogues) et leur a été refusée.

La note ajoute que «sur les 43 cabanes présentes, seules quatre étaient habitées. Ceux-ci ont pu récupérer leurs affaires ». Et que la présence du GCM était «d'offrir une protection aux agents de la sous-préfecture, visant à garantir la sécurité des employés et de la population. En ce qui concerne les résidents en situation de vulnérabilité, GCM, dans les actions de conciergerie des Sous-Préfectures, suit les règles du Décret n ° 59.246, du 28 février 2020, qui prévoit ces procédures », a poursuivi la note.

Interrogée sur les contradictions dans les données du recensement, la commune a présenté les données selon lesquelles 71 personnes en situation étaient dénombrées dans la sous-préfecture de Pirituba / Jaraguá. Mais il n'a pas expliqué que l'information était le résultat de la somme de neuf sans-abri dans le seul district de Jaraguá, et 37 autres à Pirituba et 25 dans le Parque São Domingos.

LES RBA, la Police militaire ajoute qu '«elle soutient les actions municipales, si nécessaire. Ce jeudi (30), il a reçu une demande du gouvernement de la ville d'agir à Jaraguá, au nord-ouest de la capitale ».

Vous pourriez également aimer...