La Colombie

JEP a convoqué le procureur Francisco Barbosa et plusieurs ministres de la protection des anciens guérilleros

La Juridiction spéciale pour la paix (JEP) a convoqué trois ministres du gouvernement colombien, le procureur général, Francisco Barbosa, et d'autres fonctionnaires à une audience publique sur les mesures de protection ordonnées pour les ex-guérilleros qui ont signé l'accord de paix de 2016 entre le gouvernement. et les FARC.

Selon le tribunal spécial, 230 de ses anciens membres ont été assassinés depuis le désarmement de la guérilla, c'est pourquoi lors de l'audience, prévue le 25 novembre, les garanties de sécurité pour leur réincorporation dans les territoires seront vérifiées.

"Dans la diligence du 25 novembre, le JEP vérifiera le respect des ordres donnés par la section d'absence de reconnaissance aux entités étatiques sur la mise en œuvre des garanties de sécurité pour les ex-combattants", a rapporté ce vendredi la juridiction.

Des garanties à vie

Le 30 juillet, le JEP a ordonné à plusieurs institutions étatiques d'adopter des mesures conservatoires de protection pour garantir la vie des personnes comparaissant lorsqu'il a constaté qu'en dépit des travaux menés par différentes autorités publiques, une situation grave de violation des droits fondamentaux de la les démobilisés.

Les ministres de la défense, Carlos Holmes Trujillo; Hacienda, Alberto Carrasquilla; de l'intérieur, Alicia Arango; le Haut Commissaire pour la paix, Miguel Ceballos, et le conseiller présidentiel pour la stabilisation et la consolidation, Emilio Archila.

Le JEP a également convoqué l'avocat délégué chargé du suivi de l'accord de paix, Mónica Cifuentes; le défenseur délégué pour la prévention des risques et le système d'alerte précoce, Ricardo Arias Matias, et le directeur de l'Unité de protection nationale, Alfonso Campos Martínez.

Le tribunal, créé à la demande de l'accord de paix, examinera également les progrès des institutions pour prévenir et surmonter la stigmatisation incluse dans les garanties de non-répétition et le processus de réconciliation.

<< Enfin, le 25 novembre, les plans de lutte contre l'impunité et la politique de démantèlement des organisations et des comportements criminels dans les territoires seront vérifiés, avec une approche territoriale, de genre et ethnique, dans le cadre de garanties de non-répétition.», a souligné le JEP.

Violence incessante

Selon le dernier rapport du Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, au Conseil de sécurité sur la Mission de vérification des Nations Unies en Colombie, "la violence incessante contre les anciens combattants continue d'affecter la consolidation de la paix".

Le document, présenté le 2 octobre, détaille que jusqu'à présent en 2020, 50 anciens guérilleros des FARC ont été tués.

"En 2020, 30% des meurtres ont été commis à proximité des nouvelles zones de réincorporation, qui sont pour la plupart situées dans des régions rurales isolées", ont noté les Nations Unies, rappelant les ordres que le JEP a donnés aux institutions étatiques susmentionnées.

EFE • Colombia.com • Ven, 16 / Oct / 2020 11:43 am

Vous pourriez également aimer...