Le Brésil

La faim est revenue. Et comme dirait Jésus, nous ne discernons pas les signes des temps

La faim s'est à nouveau propagée au Brésil! Le nombre de personnes sans accès régulier à la nourriture atteint 10,3 millions. Dans les années 1990, je me suis impliqué dans l'action citoyenne contre la faim et la misère et pour la vie, dirigée par le sociologue Betinho. J'étais membre de la coordination dans l'état de São Paulo. Puis, dans le gouvernement populaire, j'ai fait partie de Consea, le Conseil pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la présidence de la République.

C'était une époque de lutte contre la faim, le tableau, déjà dénoncé par Josué de Castro, était très sérieux, mais grâce à la lutte herculéenne de nombreux Brésiliens, nous avons quitté la carte de la faim en 2014, selon l'ONU.

En raison de la position réactionnaire de la droite, encore embryonnaire, anticipant déjà la vigueur qu'elle gagnerait, l'exploit n'a pas été correctement célébré, les noms de Josué de Castro, Betinho et Lula, entre autres, n'ont pas été correctement honorés.

Nous avons oublié que non seulement nous avions gagné la bataille contre la faim, mais que nous avions empêché l'émergence d'une sous-espèce humaine au Brésil.

Cet anticlimat, résultat de la croissance de la posture à droite, préfigurait la situation que nous vivons aujourd'hui, marquée par toutes sortes de revers. Nous ne savions pas discerner les signes des temps, comme dirait Jésus de Nazareth, et nous avons subi le coup. Ensuite, nous avons commencé à voir le signe avant-coureur de la terreur!

Le retour de la faim est un revers humanitaire

A déclaré l'ancienne ministre du Développement social et de la Lutte contre la faim Tereza Campello, en octobre 2016 (entretien avec Alerte sociale): «Le gel des dépenses publiques pendant 20 ans, approuvé par la Chambre, menace l'ensemble des politiques qui ont permis l'essor social de millions de Brésiliens ces dernières années. Avec PEC 241 (au Sénat PEC 55), nous arriverions au mieux en 2036 avec les ressources dont nous disposions au début des années 90 ». Selon Tereza Campello, la chance que le Brésil revienne sur la carte de la faim était déjà énorme.

Nous sommes confrontés à un revers qui n'est pas seulement politique et social, mais humanitaire. Un crime odieux! Ce sont les nouveaux signes, qui nous indiquent un cataclysme social. Nous ne pouvons pas courir le risque de voir des nôtres similaires, des Brésiliens et des Brésiliens, collecter, encore une fois, des maladies et des décès, anticiper la résurgence de sous-espèces humaines que, avec la victoire sur la faim, nous avons surmontées.

La Cour fédérale suprême qui a destitué le sénateur qui a mélangé de l'argent avec des coliformes fécaux, aurait dû contester l'ardoise qui régit maintenant, et les preuves de cela étaient et sont. Il ne l'a pas fait, et maintenant il devient complice de cette débâcle.

La plainte est que nous sommes sous la promotion de la barbarie!

Notre lutte, donc, bien plus qu'idéologique, est humanitaire!

ariovaldo ramos

Regardez aussi le À partir de maintenant, Le partenariat de TVT avec le Front évangélique pour l'État de droit


Faim

J'étais au coin, près du métro,
En attente d'un trajet jusqu'au séminaire
Faire mon travail: parler d'être chrétien,
Aux personnes qui voulaient étudier, voulaient connaître l'Évangile

C'est là que j'ai vu un jeune homme en sweat à proximité
Il nous regardait de loin sans montrer ce qu'il voulait
Oh, mon préjugé, quel concept,
Je me suis rapproché du staff, il faisait encore jour

Le garçon traversa,
Après une répétition,
Arrivé à ce coin
Et il nous a regardés de côté
Le garçon était bien plus embarrassé
J'ai fait semblant de ne pas l'avoir vu, mais j'ai été choqué,
Il a mangé du poulet qui avait été jeté
Là, dans cette niche du coin,
Un tas de sacs poubelles!

J'ai entendu un cri … c'était de l'Agneau,
Crié à l'intérieur,
Ça m'a pris partout!

J'avais faim, j'avais faim, j'avais faim, j'avais faim
J'avais faim, j'avais faim, j'avais faim, j'avais faim

Le jeune homme était déjà à genoux,
Choisissez plus de pièces dans la poubelle
Portait sa capuche, cachant son visage
En séparant tout ce qu'il jugeait rentable

J'ai faim, j'ai faim, j'ai faim, j'ai faim.
J'ai faim, j'ai faim, j'ai faim, j'ai faim.

La honte est venue sur moi,
J'ai compris que j'avais plus que ce que j'aurais dû
Que notre message était vraiment comme ça,
Insensible au cri de la périphérie

J'ai faim, j'ai faim, j'ai faim, j'ai faim.
J'ai faim, j'ai faim, j'ai faim, j'ai faim.

j'avais faim

Mon devoir: enseigner les évangiles,
Où Jésus condamne la cruelle injustice
Où vous appelez votre troupeau pour un véritable engagement
Abandonnant tout confort de la paresse
Nous devons abandonner les grands temples,
Sors de cette chaire de marbre
Pour chercher la victime, avant que le Christ ne nous sèche
Comme il l'a fait avec un arbre sans fruit.

J'avais faim, j'ai faim, j'ai faim, j'avais faim.
J'ai faim, j'avais faim, j'ai faim, j'avais faim.

Voici le cri de l'oint,
Un cri qui ne doit jamais être oublié.
Nous devons sortir de ce marasme qui méprise le droit d'aînesse
Nous avons besoin de communauté,
Nous devons entendre tout le cri de la ville
Pour avoir justice pour chaque créature
Église bien engagée dans l'histoire
Embrasser tous les petits
Pour que personne d'autre ne les traite comme une racaille
Église qui parle de la croix,
Qui parlent de la résurrection
Qui rêve d'une telle humanité
Dans lequel le plus grand titre est frère

J'avais faim, j'ai faim, j'ai faim, j'avais faim.
J'avais faim, j'ai faim!

Journée mondiale de l'alimentation

Vous pourriez également aimer...