Le Brésil

La grève de Renault termine 15 jours et les métallurgistes attendent une proposition d'accord

São Paulo – La grève des travailleurs de Renault au Paraná, qui aujourd'hui (5) complète 15 jours, pourrait se terminer jusqu'à vendredi prochain (7). C'est du moins l'attente du Syndicat des métallurgistes du Grand Curitiba (SMC). Depuis vendredi dernier (31), lorsque l'Assemblée législative a tenu une audience publique, les négociations se sont intensifiées.

"Lors d'une réunion plus tôt dans la journée, avec une médiation gouvernementale, l'entreprise s'est engagée à revoir ses positions jusqu'à vendredi", a déclaré le président du syndicat Sérgio Butka. Le 21 juillet, le constructeur automobile a annoncé la fin du troisième quart de travail et le licenciement de 747 des quelque 7 300 employés de l'usine de São José dos Pinhais, dans la région métropolitaine de Curitiba. Le lendemain, les travailleurs se sont mis en grève.

Les métallurgistes tentent d'impliquer les autorités de l'exécutif et du législatif, faisant valoir que l'entreprise a bénéficié d'incitations fiscales. Quelques jours avant la grève, les travailleurs avaient rejeté, en assemblée, une proposition de flexibilité comprenant un programme de licenciements volontaires. «Mettre en place une table de dialogue a toujours été notre revendication depuis le début, mais l'entreprise, comme ça, a décidé de se radicaliser en licenciant des travailleurs», explique Butka.

• Renault veut ignorer ses erreurs sur les travailleurs, critique IndustriALL

Renault dit vouloir mettre en œuvre un plan de compétitivité en signant un accord pour les deux prochaines années. Ce programme comprendrait une réduction du salaire de départ à l'usine et l'externalisation d'au moins 350 emplois. L'entreprise a été installée à São José dos Pinhais en 1998.

Vous pourriez également aimer...