Le Brésil

La justice révoque les administrateurs d'Aneel et de l'ONS par une panne d'électricité à Amapá. «Omission complète»

São Paulo – Le 2e Tribunal fédéral de Macapá a décidé aujourd'hui (19) la destitution, pour une période de 30 jours, des directeurs de l'Agence nationale de l'énergie électrique (Aneel) et de l'opérateur du système national (ONS). Selon l'ordonnance du juge João Bosco Costa Soares da Silva, qui a répondu à une demande du sénateur d'Amapá Randolfe Rodrigues (Rede), la décision a été prise pour que les administrateurs «n'interviennent pas dans la vérification des responsabilités» de la panne d'électricité qui sévit à Amapá il y a environ deux semaines.

La demande fait partie d'une action populaire intentée par Randolfe, qui a demandé le retrait jusqu'à la conclusion des enquêtes, invoquant une «omission manifeste dans l'inspection».

Le juge souligne également la négligence dans les performances des entreprises et des lignes Macapá Transmissora de Energia (LMTE) par rapport aux prévisions de réparation des transformateurs électriques de la sous-station de Macapá. L'unité a besoin de réparations depuis fin 2019, mais la maintenance a été reportée à plusieurs reprises par l'entreprise.

"Troupeau de bétail"

Dans la décision, João Bosco Costa Soares da Silva déclare qu'il y a eu une «omission complète» de la part des organismes de contrôle, qu'il considère comme une négligence. Le juge appelle la panne d'électricité à Amapá un «épisode malheureux». De plus, il profite de la décision de la décision, qui comprend sept pages, pour affirmer que le Brésil est conduit au «néocolonialisme». Le magistrat dit également que les gouvernements du pays traitent la population comme un «troupeau de bétail».

La panne d'électricité à Amapá pourrait se répéter dans tout le pays si Eletrobras est privatisée

«La panne malheureuse qui s'est produite dans l'État membre d'Amapá est le reflet d'un authentique 'black-out de la gestion' causé par une succession de 'gouvernements fédéraux' qui ont négligé la planification appropriée des politiques publiques de production, de transport et de distribution d'électricité, laissant le système laissé à lui-même et entre les mains de groupes politiques et économiques qui s'unissent strictement à des fins d'enrichissement illicite, traitant le peuple comme un «troupeau de bétail» et non comme des sujets de droits, comme le préconise la législation brésilienne », écrit-il.

Entreprises

Selon le portail Uol, Aneel affirme, dans une note, que «respecte la décision», mais considère que la mesure génère du «bruit» et nuit aux travaux à un moment où tous les efforts doivent être concentrés sur la restauration de l'énergie à Amapá. Dans la déclaration, Aneel souligne que Macapá, la capitale de l'État, a déjà reçu des générateurs qui fourniront de l'électricité à la capitale en cas d'urgence.

L'ONS n'avait pas encore fait de commentaires sur la question jusqu'à ce que celle-ci soit close.

Salle de presse RBA: Fábio M. Michel

Vous pourriez également aimer...