La Colombie

La paix est blindée!

28 septembre 2020-11: 40 p. m.
Pour:

Aura Lucia Mera

Le 26 septembre s'est tenue la conférence «  Le monde exige la paix '' à laquelle ont participé quatre lauréats du prix Nobel, les pays garants de l'Accord, les anciens présidents Juan Manuel Santos, Pepe Mujica et Felipe González, le gouvernement dans la voix d'Emilio Archila, envoyés spéciaux de l'Union européenne, responsables sociaux, Francisco de Roux, Patricia Linares, Humberto de La Calle et Rodrigo Londoño, signataires de l'accord, entre autres personnalités.

Cette rencontre était organisée par le mouvement Defend Peace, composé de journalistes, de professeurs, d'intellectuels, de politiciens, de citoyens qui croient en la Colombie et ne perdent pas l'espoir de vivre dans un pays uni et calme. Félicitations à Laura Gil, Yiya Gómez et Gloria Arias qui se sont inlassablement consacrées à la tenue de cette réunion, qui a clairement montré à la Colombie que nous ne sommes pas seuls dans ce processus de paix.

Nous ne sommes pas seuls. Déjà, dans son discours aux Nations Unies, le président Iván Duque a fait ses premiers pas en reconnaissant ses devoirs dans la mise en œuvre de ces accords et son devoir constitutionnel de fournir des ressources et de respecter l'accord.

Emilio Archila nous a donné un nombre important de chiffres pour soutenir les victimes et les réinsérés. La plupart n'ont pas encore été exécutés, mais ont déjà été annoncés à la communauté internationale.

L'ancien général Óscar Naranjo a été catégorique dans ses propos: «Nous retournons à la violence. Les leaders sociaux ne sont pas protégés. La mise en œuvre des accords ne s'est pas réalisée au cours de ces deux années de gouvernement. Il n’a pas été possible de conclure un pacte politique pour la paix et le respect de la vie. Nous avons besoin d'un bouclier national contre la violence. Et c'est pourquoi nous avons un Conseil national des garants qui, pour le moment, ne fait rien, et nous ne pouvons pas abandonner cette entreprise. L'État a l'obligation constitutionnelle de défendre la coexistence et la sécurité. L'espoir, la dignité et la continuité doivent être sauvés. Plus de peur! Plus de haine! "

Ces paroles d'Óscar Naranjo ont touché mon âme. Il a connu de première main les douleurs et la violence de la guerre. Il a consacré des années à servir son pays et ressent du fond du cœur l'importance de continuer à œuvrer pour la paix. Je partage votre frustration de constater qu'au cours de ces deux années, l'État n'a pas pleinement respecté ce qui était convenu et protégé dans la Constitution.

Les larmes me sont venues lorsque j'ai entendu le leader social de Bojayá, Leyner Palacios: «Aujourd'hui, nous sommes dans des conditions pires. Nous avons vécu quelques instants de paix, mais depuis deux ans nous assistons à nouveau au rassemblement des corps, à la violence, aux Eln, aux paramilitaires, aux trafiquants de drogue saccager sur notre territoire. Les territoires noirs sont ceux qui souffrent le plus de l'absence de l'Etat. Cette année, nous avons eu plus de deux cents meurtres. Les ressources ont diminué. J'ai moi-même dû quitter mon territoire à cause de menaces.
Cependant, nous continuons à travailler pour un pacte pour la paix. La seule chose possible est le dialogue. Non à la pulvérisation. Nous avons besoin de santé et d'éducation, et ce qu'ils veulent, c'est nous empoisonner à nouveau. Il est temps d'arrêter le sang. Nous n'avons plus la force de ramasser plus de morts! ».

Mais la Colombie n'est pas seule. Je transcris certaines des paroles de l'ancien président Juan Manuel Santos: «L'accord est beaucoup plus solide que beaucoup ne l'imaginent. Nous avons l’appui inconditionnel du Conseil de sécurité des Nations Unies. La Cour pénale internationale nous soutient et nous oblige à la respecter. Cet accord a été négocié conformément à la Constitution et aux lois de la Colombie. C'est le premier accord de l'histoire du monde dans lequel un groupe d'insurgés accepte de négocier avec l'État et de confesser ses actions devant un Tribunal spécial pour la paix. Cet accord est protégé au niveau international et national ».

P.S. Les personnes intéressées à écouter les interventions peuvent entrer sur www.lalineadelmedio.com. Cela vaut la peine de savoir, de vérifier, d'être sûr que la paix avance, que nous ne sommes pas seuls et que le processus est protégé.

Vous pourriez également aimer...