La Colombie

La paix parle arabe

20 août 2020-11: 35 p. m.
Pour:

Liliane de Levy

La nouvelle d'un accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis (EAU) a été une surprise, bien accueillie par (presque) tout le monde. Au milieu de l'angoisse de la pandémie, des guerres, de la violence et de la peur de la corruption généralisée, la nouvelle d'un accord de paix apporte joie et espoir. Tant que cet accord négocié (apparemment depuis des années) dans le plus grand secret a été conclu et a été dévoilé cette semaine. Il est temps de le célébrer car il a demandé beaucoup de courage et de détermination de la part de ses protagonistes dans une région chargée de passions exacerbées.

Il faut également saluer les efforts investis dans sa réalisation par l'administration Trump et notamment Jared Kushner, le gendre du président qui a dirigé la difficile mission. Cependant, ce qui est impressionnant dans cet accord israélo-émirat, c'est l'enthousiasme qui est perçu du côté arabe. Paix, «El Salam» parle soudainement l’arabe, et ce sans euphémisme.

Les peuples arabes, pour la plupart, ne semblent plus capables de se sentir manipulés, sacrifiés et exploités. Ils veulent une vie normale, comme tout le monde et c'est pourquoi l'accord insiste sur le mot «normalisation». En effet, la chose normale est de pouvoir vivre en paix, travailler et gagner décemment sa vie et profiter des bonnes choses que la vie donne. Par conséquent, l'enthousiasme des dirigeants des émirats à expliquer aux médias la raison de leur décision était impressionnant.

Je transmets certaines de vos déclarations. Le premier extrait d'une interview que la chaîne de télévision israélienne "i24news" fait avec le Dr Ali Al-Naimi, directeur des affaires de défense et d'autres départements des Emirats. Il dit (presque textuellement): «L'accord profite non seulement à Israël et aux Émirats arabes unis, mais à toute la région et au monde. Cela ne se limite pas à la sécurité ou à la politique, il vient avec l'idée de créer un nouveau récit annonçant un avenir meilleur. Avec cet accord, nous voulons construire des ponts de respect et de confiance et donner de l’espoir à nos peuples et surtout aux Palestiniens. Nous ne voulons pas être retenus pour toujours en otage du passé. Je suis convaincu que d’autres pays suivront notre exemple et rechercheront la paix. Pour le moment, tous les Arabes bénissent notre accord, à l'exception du Qatar. Et les autres pays de la région, à l'exception de l'Iran et de la Turquie. Les dirigeants les plus importants du monde nous soutiennent.
Nos peuples en ont assez de la pauvreté, de la haine et des divisions.
Ils veulent la sécurité, la stabilité et la prospérité ». Il faut préciser que les autres pays arabes candidats à un accord de paix avec Israël sont pour le moment: Bahreïn, le Maroc, l'Arabie saoudite et le Soudan.

Dans une autre interview accordée à Sky News, Anwar Gargash, le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, a pris la parole et expliqué: «C'est une belle journée.
Nous avons besoin de la paix dans la région pour surmonter les moments difficiles que nous traversons tous. Et aussi pour neutraliser la menace d'une annexion israélienne en Palestine et rétablir sérieusement la solution à deux États qui a été totalement abandonnée. L'accord convainc peut-être les Palestiniens de la nécessité de retourner à la table des négociations avec les Israéliens pour réaliser leur rêve d'avoir un pays. L'histoire de la région est une histoire d'occasions manquées.
Nous espérons que cette fois les Palestiniens saisiront l'opportunité que leur offre notre accord de paix. "

Enfin, l'interview que la télévision française (Bfmtv) a faite avec le président libanais Michel Aoun après la tragique explosion de Beyrouth qui a fait des centaines de morts et de blessés était importante. Aoun, âgé et fatigué, a répondu à la question: "Feriez-vous la paix avec Israël?" avec un surprenant "ça dépend!", au lieu du "non" attendu, retentissant. Laisser la porte ouverte à une réconciliation.

Vous pourriez également aimer...