Le Brésil

«La proposition de privatisation d'UBS est inconstitutionnelle» – Jornal da USP

//jornal.usp.br/wp-content/uploads/2020/10/REVOGAÇÃO-DA-PRIVATização-DO-SUS-PROF.DR_.-OSWALDO-YOSHIMIY-TANAKA-ROXANE.mp3

Le président Jair Bolsonaro (sans parti) a révoqué mercredi (28) le décret 10.530 / 2020, qui ouvrait la voie à des privatisations dans les Unités de santé de base (UBS) du SUS (Unified Health System), comme l'indiquent les experts. L'abrogation a été publiée après une série de critiques qui ont été faites immédiatement, du Parlement au secteur de la santé. Au USP dans le Air Journal aujourd'hui (29), Le professeur Oswaldo Yoshimi Tanaka, directeur de la Faculté de santé publique (FSP) de l'USP, estime que la proposition est inconstitutionnelle, car la Constitution de 88 stipule que le SUS est «un service universel, gratuit et financé par les impôts». Selon Tanaka, le décret apporte la logique du marché, puisque le secteur privé, lors d'un investissement, attendra un retour. «Lorsqu'il demandera au secteur privé un investissement, il exigera en principe un remboursement de cet investissement au moins à moyen terme, ce qui est, par exemple, ce qui se passe avec les autoroutes. Il fait une concession public-privé et un plan d’amélioration, voire d’extension, du réseau routier et le secteur privé se fait rembourser par le péage. »

Dans un communiqué sur un réseau social, le président a déclaré que "l'esprit du décret 10.530, déjà abrogé, visait à achever ces travaux, ainsi qu'à permettre aux utilisateurs de rechercher sur le réseau privé avec des frais payés par l'Union". Pour le professeur, la proposition du décret a la logique du péage: il capte dans le public et facture dans le privé payé par l'Etat. «(Le décret) apporte une logique public-privé différente de la logique des Organisations Sociales de Santé (OSS), qui est la logique de gestion et de gestion. Vous avez le secteur privé qui investit dans les services et il a un remboursement de l'investissement. C'est donc une question de sémantique et d'explication, vous pouvez tout expliquer, c'est toujours gratuit à l'entrée, mais quand il dit que, comme il a besoin de quelque chose, il va chez le privé, et le gouvernement paie le privé, il subventionne le privé et non le public. »

Lorsqu'il commente les partenariats public-privé dans le domaine de la santé, le professeur commente le cas de l'hôpital do Subúrbio, à Bahia, un hôpital général dans une région qui avait besoin d'un service plus complexe et plus coûteux. «Et comment est-ce fait? Le secteur privé déploie et équipe et SUS, par le biais de son mécanisme de transfert financier à l'État, qui, en principe, est le gestionnaire de cet hôpital, paie pour la prestation de services que le secteur privé fait à l'hôpital do Subúrbio, desservant à 100% de la population gratuitement. Le professeur commente que, bien que cela ait fonctionné pour l'hôpital do Subúrbio, les municipalités en général ne sont pas en mesure de rendre compte du coût de leurs unités de santé de base. «Donc, si nous pensons au secteur privé, ils ont déjà fait ce compte. Le secteur privé s'intéresse à ce deuxième niveau de soins, où il orientera les patients pour qu'ils puissent faire des bénéfices.

Pour en savoir plus, écoutez l'interview complète dans le lecteur ci-dessus.


USP dans le Air Journal
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et Escola Politécnica, Faculdade de Medicina et Instituto de Estudios Advancedes. Il cherche à approfondir les problèmes actuels de plus grande répercussion, en plus de présenter des recherches, des groupes d'étude et des spécialistes de l'Université de São Paulo.
A l'antenne du lundi au vendredi, de 7h30 à 9h30, avec une présentation de Roxane Ré.
Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l'adresse www.jornal.usp.br ou via l'application mobile.

.

.

.

Vous pourriez également aimer...