Le Brésil

La sensibilisation à la consommation d'alcool doit faire l'objet d'une campagne permanente – Jornal da USP

Photo: Pedro França / Agência Senado via Flickr – CC

//jornal.usp.br/wp-content/uploads/2020/08/LEI-SECA-BRUNO-MILITÃO.mp3

La loi n ° 11 705 de 2008, dite loi d'interdiction, a eu 12 ans en juin. Cherchant à réduire les accidents de la route causés par des conducteurs sous l'influence de l'alcool, il a modifié le code de la route brésilien (CTB), le rendant plus rigide. Malgré cela, avant même la mise en œuvre de l'interdiction, il y avait déjà des dispositifs dans le CTB qui comportaient déjà une infraction administrative de conduite sous l'influence de l'alcool, mais seulement à un niveau supérieur à 6 décigrammes par litre de sang. Avec la loi actuelle, ce montant minimum a été supprimé.

David Teixeira de Azevedo, professeur agrégé au Département de droit pénal, médecine légale et criminologie de la faculté de droit (FD) de l'USP, affirme qu'il existe une évolution naturelle des lois, basée sur la santé publique et les politiques de la circulation. «La législation a été modifiée par la loi sèche pour augmenter la peine à dix fois, et la suspension du droit de conduire pendant 12 mois, et aussi, dans un seul paragraphe, pour prévoir l'application du double de l'amende prévue, donc 20 fois, atteignant près de 5 000 R $ en cas de récidive au cours de la période de 12 mois. "

Bien qu'il ait été appelé Prohibition Law, il n'y a jamais eu de mouvement au Brésil semblable à ce qui s'est produit aux États-Unis dans la première moitié du XXe siècle, «celui aussi appelé Loi sèche, du président Woodrow Wilson, qui a conduit à une croissance exponentielle de la criminalité, en particulier du crime organisé, des gangsters, de la mafia, du trafic d'alcool, avec Al Capone étant le leader exceptionnel et la référence dans cette action mafieuse », explique le professeur.

Au Brésil, il n'y a pas d'interdiction de vendre, de consommer ou de fabriquer des boissons alcoolisées, mais il existe certaines restrictions, comme le Conseil national d'autorégulation de la publicité (Conar), qui limite la publicité à certains moments. «Au niveau électoral, il appartient aux Etats et aux communes d'établir une loi sèche à certaines périodes d'élections électorales. Plus récemment, nous avons le Statut des supporters, la loi 10.671 / 2003, qui interdit la vente et la consommation d'alcool dans les stades », souligne Azevedo.

Le professeur conclut en soulignant l'importance d'avoir une campagne permanente de sensibilisation à la consommation d'alcool, «au volant ou non», comme les récentes actions gouvernementales pour célébrer l'anniversaire de la prohibition. «L'alcool, en particulier chez les jeunes et les adolescents, est considéré comme une substance innocente, une substance autorisée, une substance légale, donc une substance qui peut être utilisée sans plus de risques. Cependant, on sait qu'il s'agit d'un problème de santé publique très grave, celui de la consommation et de l'abus d'alcool », ajoute-t-il.

.

.

Vous pourriez également aimer...