Le Venezuela

L'Amérique centrale fait le bilan des dégâts après le cyclone Iota

Les pays d'Amérique centrale ont relaté jeudi les ravages causés par le passage du cyclone Iota, le deuxième à frapper la région ce mois-ci, qui a fait au moins 41 morts dans des glissements de terrain et des inondations.

Iota a frappé lundi le nord des Caraïbes du Nicaragua en tant qu'ouragan de catégorie 5, la puissance maximale, deux semaines après que le cyclone Eta a frappé la même zone, faisant au moins 200 morts et 2,5 millions de victimes, a rapporté l'AFP.

Les bilans initiaux font état de 41 décès causés par Iota: 18 d'entre eux au Nicaragua, 14 au Honduras, cinq au Guatemala, deux dans l'archipel colombien de San Andrés, Providencia et Santa Catalina, un au Panama et un autre au Salvador.

Environ 4,6 millions de personnes ont été touchées en Amérique centrale, dont 1,8 million d'enfants, selon les premières estimations du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef).

Bilwi, la principale ville du nord des Caraïbes du Nicaragua, est restée isolée, sans eau ni électricité, et la nourriture commençait à manquer, selon une équipe de l'AFP dans la région.

Les unités de sauvetage ont repris jeudi la recherche des corps enterrés mardi après un glissement de terrain dans le massif des Peñas de Blanca, dans le département nicaraguayen de Matagalpa (nord), où neuf morts ont été recensés à ce jour, dont six les enfants.

«Venir ici et retrouver ma fille et ma femme mortes … Elle était ma fille unique, à tel point que j'ai demandé à Dieu une fille et regardez comment cela s'est terminé», a déclaré le père du mineur, Orlando Navarrete, à un média officiel.

Selon le gouvernement, Iota a causé des dommages «catastrophiques» à l'infrastructure du pays, l'une des plus pauvres de la région.

Environ 250 brigades municipales se sont lancées ce jeudi pour ramasser les débris et les arbres tombés dans tout le Nicaragua, avec l'aide de plus de 450 équipements et machines tels que des camions, des pelles rétrocaveuses et des camions à benne basculante.

Région touchée

Au Honduras, où au moins 14 personnes sont mortes dans des glissements de terrain dans le département occidental de Lempira, les autorités ont poursuivi jeudi la recherche d'autres décès possibles, selon la protection civile.

Le nord de la vallée de Sula, la zone la plus productive du Honduras, a été inondé, mais ce jeudi, le niveau de l'eau a commencé à baisser, couvrant les maisons et l'aéroport de San Pedro Sula.

Les averses ont fait déborder les puissantes rivières Ulúa et Chamelecón, qui ont transformé la vallée de Sula en une immense lagune.

Au Guatemala, le président Alejandro Giammattei a rencontré son cabinet pour évaluer la situation dans le pays, où plusieurs communautés ont été inondées et les pluies ont détruit des ponts et des routes.

Selon la protection civile guatémaltèque, Iota a fait cinq morts, trois disparus, 3 558 personnes abritées, 2 683 maisons endommagées et de nombreux ponts et routes touchés.

Même au Salvador, peu touché par les deux cyclones, 15 communautés étaient sans électricité et il y a eu des dommages au service d'eau de neuf communautés. Les glissements de terrain ont également bloqué sept autoroutes, selon la commissaire présidentielle Carolina Recinos.

L'aide arrive

Les gouvernements d'Amérique centrale ont appelé cette semaine à l'aide internationale pour faire face à la dévastation des cyclones et, en réponse, l'Union européenne a annoncé qu'elle allouerait 10,7 millions de dollars au Nicaragua à partir d'un fonds fiduciaire multidonateurs.

De même, l'agence américaine pour la coopération internationale a annoncé un soutien de 17 millions de dollars pour la région.

L'Unicef ​​a également lancé un appel urgent pour lever 42,6 millions de dollars pour couvrir les besoins humanitaires de la région.

Pour sa part, la Croix-Rouge a annoncé qu'elle commencerait ce vendredi à déplacer un hôpital de campagne, des usines de traitement des eaux et des fournitures d'hygiène au Honduras pour desservir 50 000 personnes.

Le changement climatique provoque une augmentation de la température dans les couches superficielles des océans, ce qui génère des ouragans et des tempêtes plus puissants avec de plus grandes quantités d'eau, qui constituent une menace plus dangereuse pour les communautés côtières, selon des études du Groupe intergouvernemental d'experts sur Changement climatique (GIEC).

Vous pourriez également aimer...