Le Venezuela

Le Conseil de sécurité n'agira pas sous la pression américaine sur l'Iran

L'Indonésie, qui occupe ce mois-ci la présidence tournante du Conseil de sécurité de l'ONU, a déclaré mardi qu'elle ne prévoyait de prendre aucune mesure en relation avec la demande américaine de rétablir les sanctions contre l'Iran compte tenu du manque de consensus au sein de l'organe. .

La semaine dernière, les États-Unis ont entamé une procédure devant les Nations Unies pour récupérer les sanctions internationales contre Téhéran qui ont été levées avec l'accord nucléaire de 2015, arguant que le gouvernement iranien a manqué à ses obligations.

Cependant, une majorité du Conseil de sécurité – y compris le reste des puissances ayant le droit de veto – considère que les États-Unis n'ont pas le droit d'utiliser ce mécanisme, puisqu'ils ont abandonné le pacte en 2018.

Cela a été réitéré mardi par plusieurs délégations lors d'une réunion sur la situation au Moyen-Orient, généralement axée sur le conflit israélo-palestinien, mais qui cette fois a également été utilisée pour aborder la question controversée de l'Iran.

Lors de la réunion, l'ambassadeur d'Indonésie, Dian Triansyah Djani, a déclaré qu'en l'absence de consensus, "il n'est pas en mesure de prendre de nouvelles mesures" sur la question.

La Russie, qui est l'un des pays les plus fortement opposés à la décision américaine, a souligné que la déclaration présidentielle indonésienne indique clairement que le rétablissement automatique des sanctions recherchées par les États-Unis ne se produira pas.

Pour l'instant, cependant, il n'y a pas de clarté totale sur ce qui va finalement se passer avec le processus, puisque les États-Unis insistent sur le fait qu'ils peuvent mettre en œuvre la clause qui permet un retour automatique des sanctions si dans les 30 jours le Conseil La sécurité n'approuve pas une résolution qui maintient le soulèvement.

Entre-temps, la majorité des membres considèrent que cette procédure n’a pas eu lieu, car ils ne reconnaissent pas le droit des États-Unis de l’utiliser.

La représentante américaine, Kelly Craft, a assuré que son pays continuerait à avancer et a accusé d'autres membres du Conseil de se ranger du côté des «terroristes», faisant référence à l'Iran.

"Expliquez aux Israéliens et aux Palestiniens, aux Yéménites, aux Libanais, aux Irakiens, aux Syriens et à tous les citoyens du Moyen-Orient pourquoi vous pensez que c'est une bonne idée de permettre au plus grand État commanditaire du terrorisme dans le monde d'avoir accès aux systèmes d'armes modernes", a-t-il dit. Artisanat.

Les États-Unis ont choisi de rechercher le rétablissement de toutes les sanctions de l'ONU contre l'Iran après avoir échoué dans leur tentative de prolonger l'embargo sur les armes contre le pays persan et qui, comme établi dans l'accord nucléaire de 2015, arrivera à sa conclusion. fin octobre prochain.

Les sanctions des Nations Unies qu’elle cherche maintenant à réimposer incluent l’embargo sur les armes, mais aussi d’autres sanctions telles que l’interdiction des activités de développement atomique et des mesures contre des personnalités et des entités. / EFE

Vous pourriez également aimer...