Le Brésil

Le Conseil rejette le décret Bolsonaro qui facilite la privatisation des établissements de santé

São Paulo – Le décret 10530, de Jair Bolsonaro, publié aujourd'hui (27) a été rejeté par le président du Conseil national de la santé (CNS), Fernando Pigatto. Il a appelé «arbitraire» l'intention du gouvernement fédéral de privatiser les unités de santé de base (UBS) dans tout le Brésil ».

Au travers de sa chambre technique des soins de santé primaires, la CNS procède à une évaluation approfondie du contenu du décret. «Nous prendrons les mesures appropriées. Nous devons renforcer le SUS contre toute forme de privatisation et de retrait de droits », a déclaré Pigatto.

La pétition contre la réduction de 35 milliards de R $ du SUS dépasse 150 mille signatures

Le décret présidentiel, signé hier (26) et déjà en vigueur, institue la stratégie fédérale de développement du Brésil pour la période 2020-2031 et repose fondamentalement sur la vision néolibérale et privatiste du gouvernement Bolsonaro.

Le décret de Bolsonaro fournit des orientations économiques, institutionnelles, infrastructurelles, environnementales et sociales – dans lesquelles se trouvent des axes spécifiques sur la santé. Parmi eux, «améliorer la gestion du système de santé unifié (SUS), faire progresser l'articulation entre les secteurs public et privé (complémentaire et supplémentaire)». Toujours selon le document, cette avancée dans l'articulation avec le système de santé privé, améliorera le secteur, «augmentant l'efficacité et l'équité des dépenses avec l'adéquation du financement aux besoins de la population».

Découvrez la manifestation du président du CNS, Fernando Pigatto:

«Nous, du Conseil national de la santé, n'accepterons pas l'arbitraire du président de la République, qui a publié le 26 un décret publié le 27, avec l'intention de privatiser les unités de santé de base dans tout le Brésil. Notre chambre technique de soins primaires procédera à une évaluation plus approfondie et prendra les mesures appropriées à un moment où nous devons renforcer le SUS, qui a sauvé des vies. Nous prenons position devant l'ensemble de la société brésilienne, car nous nous opposons toujours à toute forme de privatisation, de retrait des droits et d'affaiblissement du SUS. Nous continuerons à défendre la vie, à défendre SUS, à défendre la démocratie. »

Vous pourriez également aimer...