La Colombie

Le JEP convoque de hauts responsables gouvernementaux pour qu'ils répondent sur la sécurité des anciens combattants

16 octobre 2020-09: 08 m.
Pour:

Colprensa

La Section de l'absence de reconnaissance du JEP a convoqué une audience publique, le 25 novembre, dans les locaux de la juridiction, dans le cadre du processus d'étude des mesures de précaution pour une protection complète des personnes comparaissant qui ont signé l'Accord de paix définitif.

À ce jour, 230 anciens membres des ex FARC-EP, signataires de l'Accord de paix, ont été assassinés.

Dans la diligence du 25 novembre, le JEP vérifiera le respect des ordres donnés par la Section pour l'absence de reconnaissance aux entités étatiques sur la mise en œuvre des garanties de sécurité pour les ex-combattants.

Lire aussi: "Minga a des objectifs politiques, pas des revendications": Haut-Commissaire pour la paix

Le tribunal de paix a assuré que les garanties de sécurité pour la réintégration dans les territoires seront vérifiées, avec une approche territoriale, de genre et ethnique. Ce qui a été fait pour prévenir et surmonter la stigmatisation sera également revu, dans le cadre des garanties de non-répétition et du processus de réconciliation.

Enfin, le 25 novembre, les plans de lutte contre l'impunité et la politique de démantèlement des organisations et des comportements criminels dans les territoires seront vérifiés, avec une approche territoriale, genre et ethnique, dans le cadre de garanties de non-répétition.

Ceux mentionnés

Les responsables suivants des entités étatiques apparentées ont été convoqués à l'audience:

1. Haut-Commissaire pour la paix, Miguel Antonio Ceballos Arévalo.
2. Conseiller présidentiel pour la stabilisation et la consolidation, Emilio José Archila Peñalosa.
3. Ministre des finances et du crédit public, Alberto Carrasquilla Barrera.
4. Ministre de l'intérieur, Alicia Arango Olmos.
5. Ministre de la défense, Carlos Holmes Trujillo García.
6. Avocate déléguée chargée du suivi de l'Accord de paix, Mónica Cifuentes Osorio.
7. Défenseur délégué pour la prévention des risques et le système d'alerte précoce, Ricardo Arias Matias.
8. Procureur général de la nation, Francisco Barbosa Delgado.
9. Directeur de l'Unité de protection nationale, Alfonso Campos Martínez

La Section de l'absence de reconnaissance a établi qu'elle ne peut déléguer son assistance à la procédure qu'aux vice-ministres et vice-procureurs, et seulement après justification et vérification par le JEP de l'impossibilité fonctionnelle d'y assister. La délégation ne sera pas acceptée dans les autres entités. Les fonctionnaires assistants doivent rester pendant toute la durée de l'audience.

Vous pourriez également aimer...