Le Brésil

Le métro de São Paulo dépense 18 millions par an en salaires supérieurs au plafond de l'État

São Paulo – Companhia do Metropolitano de São Paulo (Metrô) compte 302 employés de haut rang qui gagnent des salaires supérieurs au plafond de l'État, actuellement à 23 048,59 R $ – payés au gouverneur de São Paulo, João Doria (PSDB). En 12 mois, le montant dépensé uniquement avec l'excédent dépassant le plafond de l'État atteint 18 millions de reais. Les données ont été obtenues par le rapport du RBA à travers la loi sur l'accès à l'information. Entre juin et juillet, alléguant des problèmes financiers, Metrô a même réduit de 10% les salaires des travailleurs, en plus de proposer des modifications à la convention collective des travailleurs du métro, réduisant les avantages et les droits. Mesure qui a été empêchée par la mobilisation de la catégorie.

De plus, Metrô compte 448 professionnels qui gagnent des primes d'emploi et 144 dans des postes classés comme Ad Nutum, fourni gratuitement par le gouvernement de São Paulo. Tous ces postes n'ont pas fait l'objet de modifications salariales proposées, même au cœur de la prétendue crise financière. Selon les travailleurs du métro, les primes d'emploi atteignent 8 000 R $ par mois.

«Ces personnes représentent environ 7% de l'effectif, mais elles représentent environ 30% de la masse salariale de Metrô. Si l'on considère l'ensemble du niveau élevé de l'entreprise, c'est près de 300 millions de R $ par an, qui pourraient payer pratiquement six mois de salaire pour le reste de la catégorie », a critiqué le directeur de la Fédération nationale des formateurs de métro (Fenametro) Alex Santana Vieira.

Le rapport a révélé que le métro avait en fait subi des dommages considérables en raison de la pandémie de coronavirus, qui avait entraîné une réduction de la circulation des personnes dans la ville de São Paulo. Au cours du premier semestre de cette année, le déficit a atteint 903 millions de reais, soit 112% de plus que celui enregistré à la même période l'an dernier. Mais les administrations tucana successives du gouvernement de l'État ont provoqué la répétition des pertes au fil des ans. En 2018, la perte était de 672 millions de reais. Entre 2011 et 2015, le gouvernement de Geraldo Alckmin a cessé de transférer 1,1 milliard de R $ à Metrô, pour subventionner la ligne 4-Yellow (Butantã / Luz), qui a ensuite été exploitée par le consortium privé ViaQuatro.

Soutient le privé, abandonne le public

La ligne 4-Jaune reçoit une valeur plus élevée par passager transporté, avec une priorité dans le transfert de fonds et une augmentation annuelle des tarifs garantie. Des privilèges qui nuisent à l'état et au métro public. LES RBA obtenu des données, également par le biais de la loi sur l'accès à l'information, qui révèlent que, alors que le tarif payé par l'utilisateur du métro est de 4,40 R $, le gouvernement de São Paulo paie 4,5359 R $ par passager à ViaQuatro. De plus, le montant payé par passager intégré – qui provient d'une autre ligne avant d'entrer dans la ligne 4-Yellow – est de 2,2680 R $, tandis que le tarif d'intégration Metro est de 2,20 R $.

À la fin de chaque année, la différence d'un peu plus de 20 cents par passager se traduit par des millions de reais de ressources publiques pour le groupe d'entreprises privées. Entre 2014 et 2019, la rémunération annuelle de ViaQuatro est passée de 350,1 millions de R $ à 545,6 millions de R $ (55,8%). Au cours de la même période, le nombre de passagers transportés sur cette ligne n'a augmenté que de 18%, passant de 194,3 millions à 229,5 millions. En d'autres termes, la rémunération a augmenté plus de trois fois par rapport à la demande des passagers.

Une autre mesure qui impacte la santé financière de Metrô est le privilège du concessionnaire privé dans le transfert de valeurs par le gouvernement de São Paulo. L'ensemble de la collecte des tarifs du métro, de la Companhia Paulista de Trens Metropolitanos (CPTM), de ViaQuatro et Quantoobilidade (concessionnaire de la ligne 5-Lilas) est concentrée dans le soi-disant Clearing House.

Ce système est utilisé par le gouvernement de São Paulo pour définir le partage des valeurs. Mais ViaQuatro est toujours le premier à recevoir. Vient ensuite Oberobilidade – qui appartient au même groupe d'entreprises. Ce n'est qu'alors que viennent le Metrô et le CPTM, qui finissent par perdre.

Vous pourriez également aimer...