La Colombie

Le nombre de morts dans les manifestations contre les brutalités policières s'élève à 13

Le nombre de morts au cours des jours violents de manifestations contre la brutalité policière en Colombie est passé à 13 ce vendredi avec la mort de trois autres citoyens à Bogotá, ont rapporté des sources officielles.

Les trois morts sont Eidier Jesús Arias, 17 ans, décédé à l'hôpital de Meissen; María del Carmen Viuche, qui a été renversée par un bus qui a été volé par des vandales, et une autre personne dont l'identité n'a pas encore été établie, selon le bureau du maire de Bogotá.

Avec les nouveaux rapports, à Bogotá, dix personnes sont mortes dans les émeutes, tandis qu'à Soacha, une ville située au sud-ouest de la capitale colombienne, trois sont mortes, dans les manifestations déclenchées par la mort de Javier Ordóñez lors d'une opération de police dans laquelle les hommes en uniforme l'ont brutalement soumis.

Le cas de Viuche

Quelques heures auparavant, le ministre de la Défense, Carlos Holmes Trujillo, avait déclaré qu'une femme de 40 ans, identifiée plus tard par le bureau du maire de Bogotá comme étant María del Carmen Viuche, était décédée après avoir été écrasée par un bus volé la nuit dernière dans la ville.

L'incident s'est produit dans le quartier de Suba, au nord-ouest de la capitale colombienne, où, selon des témoins, des jeunes armés ont forcé le conducteur d'un bus de service public et les passagers à descendre et se sont enfuis avec le véhicule, mais quelques rues plus tard, ils ont perdu leur contrôle et a écrasé la femme, inconsciente des manifestations et qui marchait vers sa résidence.

Mort d'Ordoñez

Ordóñez est décédé mercredi dernier après avoir été soumis à la brutalité et à l'utilisation répétée d'un pistolet électrique Taser par deux policiers dans une rue du quartier de Santa Cecilia, à l'ouest de la capitale colombienne, qui a déclenché une vague de manifestations qui a revendiqué jusqu'à présent, la vie de 13 personnes.

À la suite de cette affaire, la police colombienne a suspendu deux de ses agents, une première étape pour les expulser de l'établissement et étendu à cinq autres liés à l'affaire.

En revanche, la maire de Bogotá, Claudia López, a de nouveau reproché à la police aujourd'hui, non seulement la mort d'Ordóñez, mais aussi la mort de dix personnes décédées mercredi après avoir été abattues lors des manifestations.

"Ils ont assassiné Javier Ordóñez et abattu des citoyens sans discrimination", a écrit la maire sur son compte Twitter, où elle a déclaré que les policiers "avaient désobéi aux instructions expresses et publiques du bureau du maire" et se sont demandé "Alors à qui obéissent-ils? Justice est nécessaire d'urgence, action et réforme ".

EFE Colombia.com Ven, 11 / Sept / 2020 17h25

Vous pourriez également aimer...