Le Venezuela

Le peuple pourra retirer l'extrême droite de la politique en D6

La nouvelle Assemblée nationale doit être claire sur la nécessité de défendre la patrie du blocus impérial, la défense de l'Essequibo et de légiférer en faveur du peuple vénézuélien, a déclaré la candidate par vote de la liste nationale du grand pôle patriotique Simón Bolívar (GPPSB), Tania Díaz .

Il a ajouté que le peuple vénézuélien a la possibilité le 6 décembre de retirer l'extrême droite de la politique qui a fait tant de dégâts au pays avec le vol de ressources, l'appel à l'imposition de sanctions et de blocus, ainsi que l'intention céder le territoire vénézuélien.

Lors de sa participation à l'émission Al Aire diffusée par Venezolana de Televisión (VTV), il a reconnu que les accords du dialogue national doivent être maintenus, une fois le nouveau Parlement élu sur le prochain 6D installé.

Il a souligné que le Venezuela a un potentiel énorme, dont le plus important est sa population.

Díaz a assuré que la campagne électorale se développe normalement, où les candidats de la patrie ont la possibilité d'écouter le peuple pour construire le programme législatif.

Débat national sur le programme législatif pour le changement

Il a annoncé qu'un débat national sur le programme législatif pour le changement a été installé dans le centre de Caracas, où les candidats ont la possibilité de s'exprimer et d'écouter le peuple.

Il a exhorté les forces révolutionnaires à rester vigilantes et à se préparer à la défense de la patrie. "Notre stratégie doit être une défense globale, ce n'est pas seulement gagner les élections, ce n'est pas seulement cela, les élections font partie du processus, nous devons nous organiser comme nous sommes organisés, nous préparer comme nous sommes préparés, planifier pour nous défendre", a déclaré Díaz.

Il a souligné l'importance de la prise de conscience du vote, car à son avis cette action est la seule garantie du peuple vénézuélien de récupérer l'Assemblée nationale et de contrer les conséquences du blocus économique.

«Tout comme ils boycottent le pays pour qu'il ne puisse pas produire, ils nous boycottent pour que nous ne puissions pas. C'est une agression contre le peuple vénézuélien et ce que nous devons être clair, c'est que s'ils sont allés à cet extrême, s'ils pouvaient le faire, c'est parce que les votes du peuple leur ont donné ce pouvoir », a-t-il dit.

Vous pourriez également aimer...