La Colombie

Le sénateur indigène, Feliciano Valencia, a dénoncé une attaque contre lui

Le sénateur indigène Feliciano Valencia a dénoncé le 29 octobre avoir été victime d'une attaque, qui n'a pas été blessée, au point connu sous le nom d'El Tierrero dans la municipalité de Toribío, dans le département du Cauca.

"Je suis sorti indemne grâce à Dame Nature", a déclaré Valence via les réseaux sociaux à propos de l'attaque qui s'est produite sur la route entre les villes d'El Palo et de Tacueyó.

Comme le rapporte le Fabric for the Defence of Life and Human Rights de l'Association of Indigenous Cabildos del Norte del Cauca (ACIN), le véhicule dans lequel le sénateur se mobilisait pour le parti MAIS (Alternative Indigenous and Social Movement) a été attaqué avec armes à feu.

"Le camion a trois impacts de balles sur les côtés et à l'arrière", a expliqué l'association à propos de l'attaque.

Précisément, ce jeudi, les autochtones de la région du Cauca se souviennent avec une caravane humanitaire du massacre au cours duquel cinq membres de la communauté Nasa ont été assassinés il y a un an, parmi lesquels Cristina Bautista -une autorité indigène- par des dissidents des FARC dans le hameau de Tacueyó.

"Le sénateur était sur le point de commémorer un an du massacre de La Luz, où les Neeh We'sx Cristina Bautista et Kiwe Thegnas Asdrúbal Cayapú, James Soto, José Soto et Heliodoro Finscue ont été assassinés dans la zone urbaine de Tacueyó. Pour le moment, il se trouve dans une zone de sécurité avec l'accompagnement de la garde indigène », a détaillé l'ACIN dans un communiqué.

Selon l'ACIN, jusqu'à présent, cette année, 76 autochtones ont été tués à Cauca, une région qui, avec 84 réserves, est le département qui abrite la plus grande population autochtone de Colombie.

Écoutez ici les principales stations d'information en Colombie

Chef du minga indigène

Valence était l'un des promoteurs et des représentants des minga indigènes qui sont arrivés à Bogotá la semaine dernière pour protester contre la violence et pour défendre leurs territoires, leur vie et leur paix.

Dans un procès politique symbolique que des milliers d'indigènes ont fait au président Iván Duque, le 20 octobre dernier sur la Plaza de Bolívar, Valence a interrogé le président pour ne pas avoir rencontré le "minga" qui a voyagé du sud-ouest du pays à la capitale pour le rencontrer.

Le sénateur, membre de la communauté Nasa, a alors dénoncé que "le gouvernement a fait un effort minimum" pour arrêter les massacres, garantir la sécurité juridique et territoriale des communautés ethniques et rendre la paix possible.

EFE • Colombia.com • Jeu, 29 / Oct / 2020 13h10

Vous pourriez également aimer...