Le Brésil

Le STF juge si le «  travail intermittent '' est constitutionnel

São Paulo – La session plénière de la Cour suprême fédérale (STF) pourra juger ce jeudi (19) si le travail intermittent est constitutionnel. Admis par la réforme du travail de Michel Temer, dans la loi 13.467 / 2017, ce type de contrat de travail a été remis en cause par les représentants des travailleurs. Le modèle «rompt avec la promesse du plein emploi et de la valorisation du travail humain», valeurs inscrites dans la Constitution. C'est ce que dit l'avocat José Eymard Loguercio, associé chez LBS Advogados, qui représente CUT dans le procès.

Dans une interview avec Hyndara Freitas, sur le portail Jota, Loguercio déclare que l'idée que le contrat intermittent pourrait «formaliser» l'informel «ne se concrétise pas puisque ce qui s'est passé à cette époque était que l'informalité est restée ou même grandie. et les emplois formels sont devenus des emplois précaires ».

Lire aussi: Ibope: Covas détient 47% et Boulos, 35% des intentions de vote au 2ème tour à São Paulo

Alors que les employeurs défendent le modèle comme un moyen de rendre l'embauche plus flexible et de créer plus d'emplois, les organisations de travailleurs se défendent de ce jugement du STF selon lequel le travail intermittent aggrave la précarité de l'emploi.

La Centrale unique des travailleurs (CUT) agit comme amicus curiae à
action d'inconstitutionnalité directe (ADI) 5826, dont le rapporteur est le
Le ministre Edson Fachin, déposé en 2017 par la Fédération nationale des
Employés chez Fuel and Petroleum Derivatives Service Stations
(Fenepospetro). L'entité interroge les dispositifs CLT, insérés par le
qui prévoient un emploi intermittent.

Découvrez l'interview

Vous pourriez également aimer...