Le Brésil

Le taux de fémicide augmente en 2020, et les femmes noires sont les principales victimes

São Paulo – Les six premiers mois de 2020 ont vu une augmentation du nombre de femmes victimes de violence domestique au Brésil, par rapport à la même période l'année dernière. Selon une enquête du «Violence Monitor», les principales victimes du fémicide sont les femmes noires.

Au cours des six premiers mois de 2020, 1890 femmes ont été tuées de manière violente, dont une grande partie au milieu de la nouvelle pandémie de coronavirus – une augmentation de 2% par rapport à la même période en 2019. Selon l'enquête, 631 de ces crimes étaient motivés par la haine. sexe, c'est-à-dire féminicide.

L'initiative présente des données mensuelles et est réalisée par le portail G1 en partenariat avec le Centre d'étude de la violence de l'USP et le Forum brésilien de la sécurité publique. Au Brésil, chaque État a sa propre façon de collecter, de systématiser et de diffuser les données relatives à la sécurité publique et à la violence.

Ce mois-ci, les données analysées des secrétariats compétents des 26 États et du District fédéral sur la violence contre les femmes, mortelle et non létale, ont été publiées.

«Les données montrent qu'il y a eu une augmentation du fémicide en 2020, par rapport aux six premiers mois de l'année dernière. Ils montrent aussi qu'il y a une reproduction sous des formes d'inégalités qui affectent déjà la vie des femmes, 73% des victimes d'homicide sont des femmes noires », a déclaré la chercheuse du Centre d'étude de la violence de l'Université de São Paulo (NEV-USP), Giane Silvestre, dans une interview avec la journaliste Larrisa Bohrer, de Radio Brésil actuelle.

Racisme

Un autre fait qui attire l'attention est une baisse généralisée des cas de viol. Sur les 27 États du Brésil, 24 avaient une réduction. Selon la chercheuse du Forum brésilien de la sécurité publique Isabela Sobral, bien que ce chiffre semble positif, il montre la sous-déclaration des cas et les difficultés rencontrées par les femmes à signaler, notamment pendant la période d'isolement.

«Au premier semestre 2020, nous avons constaté une baisse des records exigeant la présence des femmes. Les enregistrements de lésions corporelles intentionnelles ont diminué de 11%, tandis que ceux de viol ont été réduits de 20%. Cela montre que les femmes peuvent avoir plus de mal à se rendre au poste de police pour signaler les violences pendant la pandémie, ce qui entraîne une augmentation des fémicides.

Giane Silvestre commente que ces données attestent de la corrélation entre la violence à l'égard des femmes et le racisme. «Nous constatons qu'il existe une inégalité raciale dans le profil des victimes de manière frappante. Lorsque nous analysons les données de communication sur le viol ou l'agression, le pourcentage de femmes blanches augmente. Cela signifie en fait que les femmes blanches ont plus accès aux canaux de reportage que les femmes noires. »

Vous pourriez également aimer...