Le Brésil

Le vautour s'approche et menace la vie: quel est notre rôle maintenant?

En quatre ans, depuis le coup d'État, le Brésil est devenu le théâtre d'un mouvement infernal. Tous les droits du travail ont été relativisés, sinon éteints, c'est le moins qu'on puisse dire. L'État-providence est en cours de démantèlement, ainsi que la souveraineté nationale, quelques droits survivent à cause de la pandémie. L'économie s'est effondrée, la faim et la misère sont revenues. Nous avons des luttes, apparemment, menées par des clans, tels que Bolsonaro, Gomes, Marinho et d'autres familles qui contrôlent l'économie, en plus des miliciens et des organisations criminelles.

Nous avons le sentiment que nous sommes sous un régime de gangsters. Il semble que tous ceux qui ont pu changer l'image ont été cooptés. Le pauvre souffre de toutes sortes d'oppression et ne s'en rend pas compte. Parce que les religieux de toutes confessions religieuses, ainsi que les pasteurs des deux tiers de l'église évangélique, ont été cooptés par ce schéma qui a débuté avec la guerre du coup d'État. La précarité du travail, dénoncée, entre autres, par les gestionnaires d'application, est en cours, les travaux font un long pas vers l'analogue de l'esclavage. Les forces armées et les auxiliaires nous donnent l'impression qu'ils se sont transformés en de simples jagunços de «l'élite» esclave.

Formes de violence

Alors que nous avons enterré nos plus de 106 000 morts, nous avons assisté à l'expulsion de plus de 450 familles, avec le raffinement de la cruauté. Des familles qui ont occupé la place pendant plus de 20 ans, où beaucoup d'entre elles ont été forcées de travailler comme l'esclavage, produisant des aliments de la meilleure qualité. École détruite, plantations incendiées. Une terreur!

C'est un scénario encouragé et soutenu par des mensonges racontés avec une audace jamais vue auparavant. Comme le gouvernement fédéral étant contre un projet de loi, perdant, comme dans le cas du revenu de 600 R $, et Fundeb, et sans aucun sens de modestie, se répandant que de telles pertes sont, en fait, leurs gains. Ou rejeter le blâme des décès évitables dans la pandémie sur le dos des États et des municipalités grâce à l'inertie du gouvernement fédéral, et à l'insensibilité du système capitaliste et des gens amenés à croire.

Et de plus en plus, face à toute la sordidité, nous sommes face à une impasse. Comme ce photographe qui a vu le vautour attendre le dernier souffle de l'enfant mal nourri, mourant de faim. Confronté à la possibilité de sauver l'enfant, comme il le pouvait, il a pris une photo et, après des années, s'est suicidé.

Nous devons être conscients: nous n'avons plus le droit à la simple observation et à l'enregistrement. S'il y a jamais eu une chance de chercher à comprendre le monde, face à cette barbarie, nous n'avons pas le choix, nous devons transformer le monde.

«Celui donc, qui sait faire le bien et ne le fait pas, commet le péché» Jacques 4.17

Le poste Le vautour s'approche et menace la vie: quel est notre rôle maintenant? est apparu pour la première fois sur Rede Brasil Atual.

Vous pourriez également aimer...