La Colombie

L'effet Uribe

06 août 2020-11: 40 p. m.
Pour:

Ossiel Villada

Et nous y revoilà. La moitié du pays déchire ses vêtements en raison de l'ordonnance de détention préventive contre l'ancien président Álvaro Uribe. Et l'autre médium fait la fête comme si on avait découvert le remède contre le coronavirus.

Ceux qui attaquent l'accord de paix de La Havane crient qu'il s'agit d'un «complot castro-chavisme». Et ceux qui sont venus au Congrès grâce à ce même accord lèvent le doigt accusateur, sans aucune trace de honte, bien qu'ils ne paient toujours pas pour leurs crimes.

Ceux de droite disent que la patrie doit être refondée. Et ils parlent de convoquer une Assemblée constituante pour mettre fin à tous les tribunaux et créer un tribunal unique, dans le meilleur style de Chávez au Venezuela. Il y a même ceux qui osent appeler les réservistes de l'armée à sortir «pour défendre la démocratie, maître». Tout cela parce qu'une décision judiciaire n'a pas favorisé son chef.

Et ceux de gauche, comme ça, sont tout aussi enhardis et se sentent déjà d'un pied dans la Casa de Nariño en 2022.

Pendant ce temps, l'économie s'effondre au milieu de la pire crise sanitaire du siècle dernier. Et 4 millions et demi de personnes sont au chômage. Et une armée de Colombiens dans l'informalité est déchirée entre mourir de Covid-19 ou mourir de faim. Et l'EPS dépeint de manière très détaillée l'incompétence absolue de notre système de santé. Et la menace des groupes criminels nourris par le trafic de drogue augmente. Et la criminalité monte en flèche dans les villes. Et des milliers de PME ferment. Et beaucoup d'entrepreneurs font faillite. Et les travailleurs de la culture deviennent des mendiants. Et des milliers d'enfants qui n'ont pas accès à la technologie se retrouvent sans éducation. Et la violence intrafamiliale se développe entre les quatre murs de la détention. Et ce pays descend la falaise avec le masque de la peur.

Mais soudain, aucun de ces graves problèmes dont souffre la Colombie ne semble avoir d’importance. Et tout cela se résume à une pandémie d'hystérie collective qui infecte ceux qui, au contraire, devraient appeler à la prudence et à la réflexion.

Le document sur lequel reposait la décision concernant l'ancien président compte plus de 1 500 pages et n'a pas été officiellement publié. La grande majorité des Colombiens ne l’ont pas lu et, par conséquent, sortir et disqualifier la Cour ou oser lui dire ce qu’elle doit ou ne doit pas faire est, à tout le moins, un acte irrespectueux et imprudent.

Et s'il est vrai que le terrible antécédent de l'effroyable performance de l'ensemble de la justice colombienne – y compris le JEP – dans le cas de «  Jesús Santrich '' est impliqué, il est également vrai que les deux choses ne peuvent pas être assimilées car elles correspondent à des processus , dynamiques et réalités différentes.

Avec lequel on va au fond de ce qui se cache derrière tout ce nombre de colères et de douleurs intenses dans lesquelles l'un et l'autre chevauchent à leur convenance: la manipulation.

La vérité est que ce qui se passe avec Uribe Vélez convient à la fois à la droite et à la gauche, car c'est le moyen le plus simple, le moins cher et le plus efficace de lancer la campagne électorale de 2022 montée sur le dos d'une polarisation politique profitable. L'entreprise pour les deux pose. Certaines des victimes et d'autres des gagnants.

Le problème est que si nous continuons à parier sur cette obsession fébrile du caudillisme, sans donner les débats approfondis dont ce pays a besoin, nous finirons tous par payer les plats cassés. Parce que les graves problèmes qui nous affligent sont toujours là, mais maintenant ravivés par la pandémie désastreuse, et nous n'avons rien fait pour les résoudre.

Il serait donc bon pour nous tous de refuser une modification de l’indignation suscitée par «l’effet Uribe» et de suivre le sage conseil que l’un de ses meilleurs élèves a donné une fois: «Travaillez, vous les clochards!».

Vous pourriez également aimer...