Le Brésil

Les centraux protestent le 7 août contre la «  négligence '' du gouvernement et la crise économique et sociale

São Paulo – Les centrales syndicales ont prévu le vendredi 7 août, "Journée nationale de lutte pour la défense de la vie et de l'emploi", pour protester contre le gouvernement et ses performances lors de la pandémie de coronavirus. Pour les entités, «le gouvernement Bolsonaro s'est opposé aux spécialistes de la santé publique, aux organisations internationales et aux protocoles, a nié la pandémie et adopté des mesures erronées et désastreuses, qui ont désorganisé les actions pour faire face à la pandémie, plaçant le Brésil, tragiquement, sur le point d'atteindre 100 000 morts encore en août ». Jusqu'à hier (28), le nombre de décès dépassait 88 mille.

«En plus d'avoir contribué à la perte de milliers de vies, la négligence et le manque de contrôle avec lesquels le gouvernement a traité la pandémie ont lancé le Brésil dans la plus grande crise économique et sociale de toute son histoire, avec l'extinction massive d'emplois et d'entreprises. ”, Ajoutez les centrales, dans une note. Les dirigeants critiquent également les gouverneurs et les maires qui ont l'intention de promouvoir la présence des élèves en classe. "Une attitude qui les assimile au génocide Bolsonaro", ajoutent-ils.

Dans la note, ils réclament toujours aux autorités «des équipements de protection individuelle et collective pour les travailleurs des catégories essentielles, notamment ceux du domaine de la santé». Et ils réaffirment la défense de maintenir l'aide d'urgence, d'un montant de R $ 600, au moins jusqu'en décembre.

Crédit, SUS et veto

L'agenda des centrales comprend l'expansion des versements d'assurance chômage, le déblocage de crédits pour les micro et petites entreprises et le renforcement du système de santé unifié (SUS). En outre, les entités revendiquent le «renversement par le Congrès national des vetos du Président de la République qui empêchent la garantie des droits conquis par les travailleurs et leurs syndicats, à travers l'ultra-activité, les conventions collectives de travail et les conventions».

La note est signée par Sérgio Nobre (CUT), Miguel Torres (Força Sindical), Adilson Araújo (CTB), José Calixto Ramos (Nova Central), Alvaro Egea (CSB), Ricardo Patah (UGT), Ubiraci Dantas de Oliveira, Bira ( CGTB), Joaninha de Oliveira (CSP-Conlutas), Nilza Pereira de Almeida (Intersindical), Emanuel Melato (Intersindical) et José Gozze (Public – Server Center)

Vous pourriez également aimer...