Le Brésil

Les écoles brésiliennes forment encore des analphabètes fonctionnels – Jornal da USP

Pour les experts, l'analphabétisme fonctionnel a un impact sur l'avenir des citoyens – Photo: Marcos Santos / USP Imagens

Ce samedi 14 novembre, le Brésil célèbre la journée nationale de l'alphabétisation, mais avec peu de choses à célébrer, compte tenu des 29% de la population qui ont encore des difficultés à interpréter et appliquer des textes et à effectuer des opérations mathématiques simples dans la vie de tous les jours. Les données proviennent de Indicateur d'alphabétisation fonctionnelle (Inaf), publié en 2018, qui classe les Brésiliens analphabètes fonctionnels qui rencontrent des obstacles dans leur vie de citoyens, y compris sur le marché du travail.

Développé par l'Instituto Paulo Montenegro en partenariat avec l'ONG Ação Educativa et réalisé par Ibope Inteligência, Inaf il est appliqué aux Brésiliens entre 15 et 64 ans à travers un test qui analyse les compétences et pratiques en lecture, écriture et mathématiques axées sur la vie quotidienne. Selon les résultats, la classe des analphabètes fonctionnels est divisée en deux groupes: les absolus, 8%, qui ne savent pas lire les mots ou les phrases et les numéros de téléphone, par exemple, et les rudimentaires, 21%, qui ont du mal à identifier les ironies. et sarcasmes dans des textes courts et effectuer des opérations simples, comme le calcul de l'argent.

Pour le spécialiste de la politique et de la gestion de l'éducation, le professeur José Marcelino de Rezende Pinto, de la Faculté de philosophie, des sciences et des lettres de Ribeirão Preto (FFCLRP) à l'USP, ces données reflètent la faible qualité de l'enseignement brésilien, les résultats ne faisant pas référence à la des gens qui ne sont jamais allés à l'école, mais des élèves qui étaient sur les bancs de l'école. «Notre école produit encore de nombreux analphabètes», dit-il, ajoutant qu '«elle ne peut pas transformer les connaissances, l'alphabétisation, que ce soit dans la langue de la patrie ou les mathématiques, en quelque chose de la vie quotidienne de ces personnes».

La déclaration de Rezende est confirmée par les données du Évaluation nationale de l'alphabétisation, interprété par Institut national d'études et de recherche pédagogiques Anísio Teixeira (Inep) et publié en 2016. Les résultats de l'évaluation ont montré que 54,73% des élèves de plus de 8 ans restent dans des niveaux de lecture insuffisants, tandis que 33,95% des élèves Les Brésiliens ont montré des indices d'écriture insuffisante et 54,4% sont inférieurs aux performances souhaitables en mathématiques.

Pour le spécialiste des théories de la base linguistique, le chercheur Naiá Sadi Câmara, de l'Université fédérale de São Carlos (Ufscar), le souci est de l'avenir de ces jeunes en tant que citoyens, car "la citoyenneté vient de la capacité d'interagir avec les lois, les droits, les devoirs »et la difficulté de la communication rend la vie en société incapable. Naiá soutient qu'une personne n'est pas un citoyen si elle ne peut pas faire de lecture critique, d'argumentation et d'interaction dans une société alphabétisée. Outre les dommages causés à l'apprentissage, le chercheur affirme que l'analphabétisme fonctionnel forme des professionnels non qualifiés, car «si nous sommes ce que nous lisons, un étudiant en médecine qui ne lit que des vidéos YouTube et 240 personnages Twitter ne saura même pas où se trouve le mien. cœur », conclut-il.

L'éducation brésilienne a besoin d'investissements

L'analphabétisme fonctionnel est un défi qui dépend des politiques et des ressources publiques, explique le professeur Rezende Pinto. Pour lui, les déclarations selon lesquelles le Brésil n’a pas besoin d’investir davantage dans l’éducation sont des erreurs, car «ils disent toujours que le pourcentage du PIB que le pays consacre à l'éducation est le même que celui des pays riches. Ce qu'ils ne disent pas, c'est que le PIB de ces pays est beaucoup plus élevé que le nôtre et que nos défis éducatifs sont bien plus importants que les leurs ».

Parmi les problèmes auxquels le Brésil est confronté, il y a le décrochage scolaire, qui peut être aggravé par la pandémie du covid 19. Selon le Enquête nationale continue par sondage auprès des ménages, publié par l'Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE) en 2019, sur les 50 millions de Brésiliens âgés de 14 à 29 ans, 20%, soit 10,1 millions, n'ont terminé aucun des cycles du primaire ou du secondaire. Soit parce qu'ils n'y ont jamais assisté, soit à cause de l'abandon causé par le besoin de travailler, la grossesse ou le manque d'intérêt par rapport aux cours.

Pour l'alphabétisation, la professeure Filomena Elaine Paiva, de la FFCLRP, l'abandon scolaire, qui se produit des écoles publiques vers les écoles privées, se traduit directement par l'analphabétisme fonctionnel. Selon l'enseignant, il y a un manque de politiques publiques permettant aux réseaux éducatifs de récupérer les élèves qui ont abandonné l'école et, par conséquent, l'échec scolaire. «Il faudra un travail sérieux avec l'alphabétisation, la lecture, l'écriture et la production textuelle pour que ces index soient inversés », dit-il.

En outre, Filomena souligne également l'importance de valoriser les enseignants. Il dit qu'il est nécessaire que l'Etat investisse dans la formation d'enseignants qui «savent lire et écrire et parviennent à former des lecteurs critiques, capables de trouver étranges les sens évidents qui se présentent comme naturels et uniques ». Pour le chercheur Naiá Sadi, investir dans les technologies ne suffit pas, car ils ont besoin de personnes formées pour les gérer. "NIl ne suffit pas d’embarquer les technologies dans les écoles et de les rendre incroyables s’il n’ya pas de professionnels, d’enseignants et de livres capables d’apporter une formation adéquate. Ce sont des outils incroyables, l'utilisation éthique et appropriée est ce qu'il faut repenser », déclare Naiá.

Une formation de qualité, dit le professeur Filomena, ouvre des portes à l'individu au sein de la société et, par conséquent, les citoyens ne doivent jamais abandonner le désir d'apprendre. "La personne qui ne sait ni lire ni écrire se sent souvent mal à l'aise face à une société marquée par des pratiques discursives alphabétisées. Et en ce sens, je voudrais dire qu'il est toujours possible, pour les sujets analphabètes, d'apprendre à lire et à écrire, quel que soit leur âge.

Écoutez dans le player ci-dessous l'interview de Filomena Elaine Paiva, spécialiste de l'alphabétisation, spécialiste de théories de la base linguistique Naiá Sadi Câmara et le spécialiste de la politique et du management José Marcelino de Rezende Pinto éducatif USP dans le Air Journal – Édition régionale.

//jornal.usp.br/wp-content/uploads/2020/11/ANALFABETISMO-FUNCIONAL-TAINA-LOURENÇO-1.mp3

.

.

Vous pourriez également aimer...