Le Venezuela

L'OMS dénonce la discrimination mondiale dans la lutte contre le covid-19

L'accès mondial aux services de santé pendant la pandémie actuelle du COVID-19 n'a dans de nombreux cas été pas juste et il y a eu une discrimination fondée sur l'âge, la position sociale, le sexe ou l'appartenance ethnique, a dénoncé aujourd'hui l'Organisation mondiale de la santé (OMS). le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.

Au cours du débat engagé au sein de ce Conseil sur l'impact de la pandémie sur les libertés fondamentales, le directeur de l'OMS pour les urgences sanitaires, Mike Ryan, a particulièrement souligné la manière «disproportionnée» dont la pandémie affecte les personnes âgées.

"La pandémie a privé nos enfants, nos petits-enfants, d'une génération de sagesse", a souligné l'expert irlandais, rappelant que dans certains pays développés, les plus anciens ont représenté 90% des décès dus au coronavirus.

Ryan a souligné que << chaque État a la responsabilité légale de fournir des soins de santé à chacun de ses citoyens >>, à un moment où l'épidémie ne peut être vaincue >> que si personne n'est laissé pour compte, y compris les femmes, les enfants, les migrants et les réfugiés. et les gens en prison ».

Le chef de l'OMS chargé des situations d'urgence a également souligné la nécessité de veiller à ce qu'aucun gouvernement n'utilise la pandémie "comme excuse pour supprimer les libertés fondamentales", y compris celles de l'expression et de la presse, ce que le Bureau de la ONU pour les droits de l'homme.

Ryan a ajouté que dans la pandémie actuelle, de nombreux agents de santé ont été contraints de lutter contre le coronavirus sans équipement de protection adéquat ou la formation nécessaire contre les épidémies, réitérant ainsi la nécessité de ces "soldats en première ligne". sont mieux protégés.

Enfin, il a rappelé la nécessité pour la communauté internationale de financer des initiatives telles que l'ACT Accelerator, lancé par l'OMS pour s'assurer que les traitements et futurs vaccins contre le COVID-19 soient également distribués dans les pays qui ne peuvent pas les payer aux sociétés pharmaceutiques et aux laboratoires.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, est également intervenue dans le débat, soulignant que «le monde a rarement subi un choc global et simultané aussi complexe que celui causé par le COVID-19».

Dans une crise aussi complexe et en constante évolution, les pays qui ont bien réussi «ont amélioré l'accès aux soins de santé pour les communautés auparavant exclues» ou ont fourni une aide financière, un logement et d'autres types d'aide aux personnes qui ont perdu ou ont vu leur mode de vie diminué pendant la crise. pandémie.

En revanche, "certains Etats ont fait preuve d'une profonde méfiance à l'égard de leur peuple, réprimant les critiques, limitant la liberté d'information et réduisant l'espace civique", a déploré l'ancien président chilien. / EFE.

L'OMS dénonce la discrimination mondiale dans la lutte contre la pandémie COVID
Carte du monde covid-19 / EFE

Rebond en Europe

La pandémie s'aggravera en Europe dans les deux prochains mois et la mortalité augmentera, a averti lundi un responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à un moment où plusieurs pays imposent de nouvelles mesures pour arrêter une deuxième vague d'infections. .

Ça va être plus dur. "En octobre, en novembre, nous verrons une mortalité plus élevée" en Europe, a déclaré à l'AFP le médecin belge Hans Kluge, directeur de la région OMS, lors d'un entretien.

Le nombre de cas de covid-19 augmente fortement depuis des semaines, notamment en Espagne et en France. Mais pour l'instant, le nombre de décès quotidiens dus à la pandémie reste au niveau de début juin, entre 400 et 500, a indiqué l'OMS de l'Europe.

Dimanche, un nouveau record quotidien d'infections a été atteint, 308 000, selon l'organisation.

"J'entends tout le temps:" le vaccin va mettre fin à l'épidémie ". Bien sûr que non! »Dit Kluge. «Nous ne savons même pas si le vaccin sera efficace pour tous les secteurs de la population. Nous avons des signes indiquant que ce sera efficace pour certains mais pas pour d'autres.

Le responsable de l'OMS a appelé au privilège de mesures spécifiques au lieu de confinements généralisés pour lutter contre les infections.

Comme en Angleterre, où les réunions de plus de six personnes sont interdites à partir de lundi. Cette mesure, qui n'affecte pas les autres régions du Royaume-Uni, s'applique tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, à l'exception des écoles, des lieux de travail, des mariages et des funérailles.

Et mardi, à Birmingham, deuxième ville la plus peuplée du Royaume-Uni, les rencontres entre amis ou en famille ne seront pas autorisées, selon une décision des autorités locales.

En Autriche, l'usage obligatoire des masques a été étendu aux magasins et aux bâtiments publics au «début d'une seconde vague», selon les mots du chancelier Sebastian Kurz.

Retour en classe en Italie

Le coronavirus a infecté plus de 29,1 millions de personnes dans le monde et fait quelque 925000 morts, selon un décompte de l'AFP préparé avec des données officielles.

En Italie, autre des pays européens les plus durement touchés par le virus avec plus de 35 500 décès et plus de 280000 infections, quelque 5,6 millions d'élèves sont rentrés en classe lundi après six mois de fermeture.

Ce retour aux classes se fait avec des mesures strictes telles que l'utilisation de masques et la mise à distance sociale, rendue possible grâce à la construction de 5 000 nouvelles salles de classe et l'agrandissement de 5 000 autres.

En revanche, de l'autre côté de l'Atlantique, au Venezuela, les cours en présentiel ne reprendront pas pour le reste de l'année, a déclaré le président Nicolás Maduro, ajoutant que les services éducatifs se poursuivraient à distance.

La région d'Amérique latine et des Caraïbes est la plus touchée par le virus, avec quelque 310 700 décès et environ 8,3 millions d'infections, selon un décompte de l'AFP.

Le Brésil est de loin le pays qui paie le prix le plus élevé, avec 131 625 décès et 4,3 millions d'infections.

Confinement en Israël

Globalement, seuls les États-Unis surpassent le Brésil. La première puissance mondiale a subi plus de 194 080 décès et 6,5 millions d'infections, selon l'Université Johns Hopkins.

Ces chiffres n'ont toutefois pas empêché que le président Donald Trump ait organisé dimanche un rassemblement dans une enceinte du Nevada (sud-ouest), une initiative qui a scandalisé les autorités locales, puisque les réunions de plus de 50 personnes ne sont pas autorisées. dans cet état.

Le pays nord-américain a assoupli son alerte pour les voyages en Chine lundi, reconnaissant que ce pays a fait des progrès contre le covid-19, malgré les fréquentes critiques du gouvernement de Donald Trump pour son rôle dans la pandémie.

Le département d'État continue de demander aux Américains de reconsidérer leur voyage en Chine, mais a modifié sa forte recommandation précédente de ne pas se rendre dans ce pays, où la pandémie a pris naissance en décembre.

Malgré les flambées de la maladie dans de nombreux États, les gouvernements tentent d'éviter des mesures de confinement strictes qui ont fait des ravages sur les économies.

En Israël, cependant, les autorités ont décidé de réimposer un verrouillage national pendant trois semaines, pour tenter de contenir la propagation alarmante du virus. Le pays de neuf millions d'habitants compte 153 217 cas et 1 103 décès.

La mesure entrera en vigueur vendredi, à la veille des fêtes juives de Roch Hachana et de Yom Kippour, lorsque les familles se rassemblent et les fidèles se réunissent dans les synagogues.

Impréparation

Malgré les mois de lutte contre le coronavirus, le monde manque de préparation pour la prochaine pandémie, selon un panel international d'experts.

"Si les leçons du covid-19 ne sont pas tirées ou si les moyens et l'engagement nécessaires ne sont pas mis en œuvre, la prochaine pandémie – qui est une certitude – sera encore plus dévastatrice", a averti le Conseil de supervision de la préparation mondiale ( GPMB), un organisme indépendant lancé en 2018 par l'OMS et la Banque mondiale.

«L'impact du covid-19 est encore pire que ce que nous avions prévu et les mesures que nous avons recommandées l'année dernière n'ont pas encore été prises», a déploré Gro Harlem Brundtland, coprésident de ce Conseil et ancien chef de l'OMS.

Chiffre mondial

Ce lundi, le nombre mondial de cas accumulés par la covid-19 a atteint 29 259 318 infections dans le monde, tandis que le nombre de décès s'élève à 929 629 et que 21 087 136 patients guéris sont rapportés, selon le portail Worldometer.

Les décès aux États-Unis totalisent déjà 194 081, avec 6 520 235 infections, rapporte l'AFP.

Après les États-Unis, les pays les plus meurtriers sont le Brésil avec 131 625 décès et 4 330 455 cas, l'Inde avec 79 722 décès et 4 846 427 infectés.

Le Chili dépasse les 12 mille morts

Le Chili atteint 12013 décès ce lundi en raison de la covid-19, après que 64 autres décès aient été signalés le dernier jour avec un test PCR positif confirmé, a rapporté le ministère de la Santé.

La partie officielle sur la situation de la maladie dans le pays jusqu'à dimanche à 21h00 heure locale, indique que 1685 nouvelles infections ont été détectées, ce qui porte le total des infectés depuis l'entrée de la pandémie, à 436 mille 433 , selon les données publiées sur le site Internet de l'organisme.

Sur ce dernier chiffre, 407 mille 725 patients ont déjà été donnés comme guéris, alors qu'ils restent des cas positifs, avec la possibilité d'infecter d'autres personnes avec 16 mille 695, un chiffre qui continue de fluctuer sans tomber en dessous de 15 mille.

Cuba maintient un taux de contagion stable

Les autorités sanitaires cubaines ont rapporté lundi que le taux d'infections à la covid-19 au cours des 15 derniers jours était de 6,4 pour 100000 habitants, après le dernier jour au cours duquel 42 personnes ont été diagnostiquées dans le pays des Caraïbes ( l'un d'entre eux comme un cas importé), selon Telesur.

Le ministère de la Santé publique de l'île a indiqué que l'incidence est inégale selon le territoire puisque, à l'heure actuelle, les provinces de La Havane et Ciego de Ávila (centre du pays, à 400 kilomètres à l'est de la capitale) concentrent la plupart des diagnostics des deux dernières semaines, bien qu'il y ait des cas signalés dans 11 provinces des 15 dans lesquelles Cuba est divisée.

De même, le taux de positivité des tests PCR a été situé le dernier jour à 0,5 pour cent, 10 fois inférieur à celui considéré par l'OMS comme critère de «contrôle» de la pandémie (5,0 pour cent de positivité) et 20 fois moins que le critère de «sécurité» (10%).

Selon les informations publiées par le Minsap cubain, au cours des dernières 24 heures, 42 nouvelles infections ont été détectées dans les 7380 tests appliqués, pour un cumulatif de 4726 positifs confirmés au covid-19 sur 492 527 échantillons étudiés depuis le début de l'épidémie en Cuba.

Vous pourriez également aimer...