Le Brésil

Lula: «  La solidarité est obligatoire pour sortir de cette crise ''

São Paulo – Dans une lettre écrite à la mémoire et pleurant la mort de 100 mille Brésiliens victimes du covid-19, l'ex-président Luiz Inácio Lula da Silva a évoqué ce samedi (8) la marque honteuse atteinte par le pays.

• C'est officiel: le Brésil passe les 100 mille morts par covid-19

Lula s'est consolidé avec la tristesse des proches des personnes tuées par le covid-19 et a ensuite souligné objectivement la responsabilité de ces morts. «En 144 jours, le coronavirus a emporté tôt 100 000 pères, mères, enfants, frères, grands-parents. C'étaient des amis, des connaissances, c'étaient des travailleurs forcés de quitter leurs maisons et de se battre pour leur pain quotidien », a-t-il écrit.

Lula a montré de l'indignation en parlant de la position du président Jair Bolsonaro, niant les avertissements de la communauté internationale et exposant la population au virus covid-19. Et cela sans garanties minimales de protection et de soutien du gouvernement. «Une maladie qui paralysait le monde, mais qui au Brésil était méprisée par ceux qui devaient prendre soin du peuple. Pour l'arrogance et l'arrogance d'un président qui a un jour choisi d'appeler ce virus cruel un peu froid, défiant la science, la logique et même la mort, et qui portera la responsabilité de milliers de vies dans son âme.

L'ex-président termine la lettre par un appel à la solidarité afin que le pays puisse sortir le plus rapidement possible de la crise sanitaire, ce qui pourrait provoquer une tragédie encore plus grave. «En cette date tragique où nous avons accompli 100 000 vies perdues (…) Je me demande: combien de morts sommes-nous prêts à atteindre? Je demande au peuple brésilien, du fond du cœur, de faire attention. N'oubliez pas que la vie est le cadeau le plus précieux des êtres humains. Portez un masque, lavez-vous les mains, évitez les foules inutiles, aidez ceux qui en ont le plus besoin. Prenez soin du vôtre. (…) La solidarité est indispensable pour sortir de cette crise », a-t-il ajouté.

Lisez la lettre complète de Lula:

100 mille vies. En 144 jours, le coronavirus a emporté tôt 100000 pères, mères, enfants, frères et sœurs, grands-parents. C'étaient des amis, des connaissances, c'étaient des ouvriers qui étaient forcés de quitter leurs maisons et de se battre pour leur pain quotidien.

C'étaient des médecins, des infirmières, des agents de santé, des ambulanciers, des agents de sécurité. Des hommes et des femmes qui ont consacré leur vie à sauver celle de leurs compagnons. Ils faisaient partie du peuple brésilien.

Une maladie qui paralysait le monde, mais au Brésil, elle était méprisée par ceux qui devaient prendre soin des gens. Pour l'arrogance et l'arrogance d'un président qui a autrefois choisi d'appeler ce virus cruel un peu froid, défiant la science, la logique et même la mort, et qui portera la responsabilité de milliers de vies dans son âme.

Si le coronavirus a révélé et sauvé l'empathie brésilienne pour la solidarité, il a également montré un côté cruel d'égoïsme, et une dose de mépris pour la vie de nos plus âgés et les plus vulnérables. Qui souffrent aujourd'hui de peur et d'isolement forcé, livrés à eux-mêmes par la désorientation du président de la République.

En cette date tragique où nous avons achevé 100 000 vies perdues, dans un pays avec près de 3 millions de personnes infectées, je me demande: combien de morts sommes-nous prêts à atteindre? Je demande au peuple brésilien, du fond du cœur, de faire attention. N'oubliez pas que la vie est le cadeau le plus précieux des êtres humains. Portez un masque, lavez-vous les mains, évitez les foules inutiles, aidez ceux qui en ont le plus besoin. Prenez soin du vôtre.

Je laisse mon étreinte fraternelle à tous ceux qui ont perdu quelqu'un qu'ils aimaient à cause du coronavirus. Et en ce jour de désir, honorons la vie de ceux qui ont promu la conscience. La solidarité est indispensable pour sortir de cette crise.

Un câlin,

Calamar

Rédaction: Fábio M. Michel

Vous pourriez également aimer...