La Colombie

Manifestation

23 octobre 2020-11: 50 p. m.
Pour:

Fernando Cepeda Ulloa

L'ancien ministre Guillermo Botero doit être très satisfait de voir qu'une proposition de sa part au début de l'exercice de sa haute responsabilité, rien de moins que la sécurité et l'ordre public, est désormais sur les lèvres de tous, mais particulièrement de ceux qui l'ont le plus critiquée. Incroyable. Aujourd'hui, c'est une initiative qui ne peut être reportée. Qu'il aurait fallu des incendies, des destructions de propriétés privées et des morts pour conclure l'évidence doit induire plusieurs réflexions.

Premièrement, comment était-il possible que quelque chose qui a été fait dans toutes les villes, grandes et petites du monde, pas hier mais pour toujours, ait favorisé un débat aussi irrationnel que celui qui a eu lieu. Ils ont accusé le ministre de fasciste, autoritaire, anti-démocratique, ennemi du droit sacré à la dissidence, etc. Le ministre venait de la direction de Fenalco, un syndicat qui représente les intérêts légitimes des petits et grands commerçants. Il avait sûrement entendu de nombreux membres se plaindre de destructions ou de dommages, plus ou moins importants, dont ils étaient victimes, maintes et maintes fois. Victimes oubliées. En d’autres termes, sa proposition était le produit d’une expérience douloureuse qui a gravement nui à des milliers de Colombiens dans le pays. Dans de nombreux cas, il a détruit le modeste patrimoine des familles, réalisé avec beaucoup d'efforts de la part des grands-parents, des parents, des enfants. Et si facile de le transformer en un tas de gravats.

Qui peut penser à une société civilisée dans laquelle quelques-uns ont le droit de détruire le patrimoine des autres. Ou de le peindre autant de fois qu'ils le souhaitent, que ce soit un monument national ou une cathédrale. C'est de retour à la loi de la jungle. A l'empire du plus fort, du plus sauvage et du plus violent. La coexistence qui est l'essence de toute société politique, aussi primitive ou naissante soit-elle, brille par son absence. Et puis que reste-t-il? Eh bien, la violence domestique, la violence dans le processus éducatif (si vous n'êtes pas d'accord avec l'enseignant, décapitez-le comme un islamiste l'a fait à Paris). Ainsi, la question s'intensifie, elle contamine le vocabulaire familier et la rhétorique politique, historiquement même le vocabulaire religieux! Et le pire ne tarde pas à venir.

Comme il est difficile de développer la civilité. Bonnes manières dans toutes les situations. À chaque étape. Regardons la grande détérioration de la démocratie américaine. Il n'est pas étranger à l'utilisation du haut de qualificatifs dénigrants, offensants et injustes. Il a fallu des millénaires pour obtenir des sociétés politiques civilisées, c'est-à-dire tolérantes, dans lesquelles la protestation, le désaccord s'expriment avec vigueur, ironie et même sarcasme, mais jamais avec violence.

Ce qui a été convenu dans l'accord final était la fin définitive de la violence en tant qu'arme de lutte politique et le plein exercice de l'opposition et de la protestation parlementaires. Une étape fondamentale vers le renforcement de la société politique. C'est génial que, enfin, tout le monde accepte d'élaborer des réglementations qui garantissent le droit démocratique de manifester et d'éviter ses abus, l'idée absurde que mon droit de manifester peut piétiner tous les autres droits: travailler, étudier, mobiliser, préserver la vie et l'intégrité, etc.

Nous vivons le stade du conflit maximal. Que ce ne soit pas le moyen de rendre les villes et les autoroutes invivables. Et donc, la vie démocratique civilisée irréalisable. La minga a montré que les organisateurs peuvent empêcher les vandales d'agir. En temps voulu.

Vous pourriez également aimer...