Le Brésil

Ministère de la femme, de la famille et des droits de l'homme: que fait-il?

Le ministre Damares Alves du ministère de la Femme, de la Famille et des Droits de l'homme dans un discours.

Damares Alves, ministre de la femme, de la famille et des droits de l'homme. Photo: Nations Unies / Pierre Albouy / Photos publiques.

Bien que les droits de l'homme soient officiellement nés en 1948 avec la Déclaration universelle des droits de l'homme, ce n'est qu'en 1997 que le Brésil a créé un organe supérieur afin de les garantir. LES Ministère de la femme, de la famille et des droits de l'homme (MMFDH) c'est l'organe responsable de la défense des droits de l'homme et des minorités dans notre pays, en plus d'être chargé de formuler des politiques pour l'inclusion de ces classes dans la société.

Dans cet article, nous traiterons du contexte et de l'histoire des droits de l'homme au Brésil, de l'histoire de ce ministère, de son importance et de certaines des principales activités promues par la MMFDH aujourd'hui.

Bref historique des droits de l'homme au Brésil

Les droits de l'homme sont droits et garanties accordés à tous les êtres humains, considérée comme essentielle à la vie digne et citoyenne de toute personne. Parmi ces droits figurent le droit à la santé, à l’éducation, à l’égalité des sexes, à l’élimination de la pauvreté et des inégalités sociales. Même la prédiction du racisme en tant que crime peut être considérée comme un droit de l'homme.

Au Brésil, certains de ces droits étaient déjà protégés au XIXe siècle. Bien qu'à l'époque le pouvoir était centralisé entre les mains de l'empereur, le Constitution monarchiste de 1824 il prévoyait des droits tels que la liberté, la sécurité individuelle et la propriété.

Cependant, il est indéniable que les plus grandes réalisations en matière de droits de l'homme ont eu lieu avec la promulgation de la Constitution de 1988. La «Constitution citoyenne», telle qu'elle est devenue connue pour avoir été créée dans le cadre du processus de redémocratisation au Brésil après la fin de la dictature militaire, a assuré stabilité institutionnelle et démocratique dans notre pays. À ce jour, il s'agit de la Constitution brésilienne la plus complète et la plus complète par rapport à toutes les précédentes en ce qui concerne les droits et garanties fondamentaux.

La Constitution de 1988 est également chargée d'égaliser les femmes et les hommes dans tous les aspects juridiques, en plus d'assurer plusieurs autres droits et garanties pour les femmes. Par exemple, dans le chapitre sur la famille de cette Constitution, la figure de l'homme en tant que chef de la relation conjugale a été supprimée.

Un autre exemple de réalisation dans ce domaine par la législation est la Loi Maria da Penha. Adoptée en 2006, la loi est une référence mondiale dans la lutte contre les violences faites aux femmes dans le milieu familial et domestique.

Le Politize! a un article plus complet sur l'histoire des droits de l'homme au Brésil, accessible sur ce lien.

La création du ministère

Bien que des politiques en faveur des droits de l'homme existent depuis quelques années sur la scène internationale, la première institution similaire à l'actuel Ministère de la femme, de la famille et des droits de l'homme (MMFDH) n'a été créée que le 17 avril 1997 par l'ex-président Fernando Henrique Cardoso. au Brésil. A cette époque, l'orgue s'appelait Secrétariat des droits de l'homme de la Présidence de la République, et en d’autres occasions au Secrétariat spécial aux droits de l’homme.

Ce n'est qu'en 2015 que le portefeuille des droits de l'homme a été unifié avec les Secrétariats des politiques de promotion de l'égalité raciale et des politiques pour les femmes dans le cadre d'une réforme menée par Dilma Rousseff, formant le Ministère de la femme, de l'égalité raciale et des droits de l'homme (MMIRDH).

Cependant, ce ministère a été éteint en 2016, après que Michel Temer a pris ses fonctions de président par intérim, qui l'a recréé en 2017, sous le nom de ministère des Droits de l'Homme. Avec l'avènement du gouvernement Bolsonaro en 2019, le courant Ministère de la femme, de la famille et des droits de l'homme.

Actuellement, le ministère est administré et dirigé par le ministre Damares Alves, nommé par le président Jair Bolsonaro. En 2019, le ministère a reçu un budget annuel de 398267203 R $.

Qu'est-ce que la MMFDH, quelle est sa structure et à quoi sert-elle?

MMFDH est l'un des ministères qui composent le cabinet exécutif du gouvernement fédéral brésilien. C'est l'organe responsable de mettre en œuvre, promouvoir et garantir les droits de l'homme au Brésil, y compris la promotion de politiques qui défendent les droits des Noirs, des femmes et des classes défavorisées, ainsi que leur inclusion dans la société.

Le ministère a le devoir de coordonner la politique nationale des droits de l'homme conformément aux Programme national des droits de l'homme (PNDH). Le PNDH représente une série de protocoles spécifiques dans le domaine de la santé, de l'éducation, du travail et de la justice. Il a été créé par l'ancien président Fernando Henrique Cardoso en 1996, et son objectif est de renforcer la démocratie à travers une feuille de route qui sert de base à un dialogue permanent entre l'État et la société civile, en étant une fondation démocratique. Le programme est actuellement dans sa troisième version, qui a été créée en 2009 sous le gouvernement Lula.

Division interne

La MMFDH est composée de plusieurs départements:

  • Secrétaire exécutif;
  • Secrétariat national de la famille;
  • Secrétariat national de la jeunesse;
  • Secrétariat national des politiques de promotion de l'égalité raciale;
  • Secrétariat national des politiques pour les femmes;
  • Secrétariat national pour la promotion et la défense des droits des personnes âgées;
  • Secrétariat national pour la protection mondiale;
  • Secrétariat national pour les droits des enfants et des adolescents;
  • Secrétariat national des droits des personnes handicapées.

Ces sous-comités de la MMFDH ont des tâches, des priorités, une coordination et une assistance à différents groupes. Le Secrétariat national de la famille, par exemple, est chargé de défendre l'appréciation de la vie et l'équilibre familial. Le Secrétariat national de la jeunesse vise à promouvoir la recherche et le diagnostic sur la jeunesse brésilienne, en plus de développer et de mettre en œuvre des politiques à leur profit. Le Secrétariat national pour la protection mondiale agit dans la promotion et la défense des droits de l'homme et certains de ses pouvoirs sont de coordonner les actions liées aux politiques publiques sur l'enregistrement civil des naissances, l'éducation aux droits de l'homme, le respect de la liberté d'expression, de croyance, entre autres .

Tous les Secrétariats marchent cependant en parallèle avec le même objectif: promouvoir les droits de l’homme.

Récentes controverses impliquant le Ministère de la femme, de la famille et des droits de l'homme

Récemment, la MMFDH a été entourée de controverses impliquant la nomination de dirigeants qui s'opposeraient à la défense de droits dont la défense incomberait principalement au ministère.

Certaines des plus grandes controverses concernaient la question autochtone. En 2019, la présidence a tenté de transférer le Funai (Fundação Nacional do Índio), actuellement liée au ministère de la Justice, au MMFDH.

Dans le même temps, il y a eu une tentative – par le biais de la mesure provisoire n ° 870 – de supprimer l'attribution de la délimitation des terres autochtones dans le cadre de Funai, en la transférant au ministère de l'Agriculture, qui est commandé par le chef du banc ruraliste, Tereza Cristina . Ce changement a généré des divergences, car Tereza Cristina s'est déjà positionnée en faveur de la fin de l'appel «Fine industrie» (sur les infractions environnementales), s'opposant à l'inspection par des agences environnementales telles qu'Ibama et l'Institut Chico Mendes pour la conservation de la biodiversité (ICMBio). Cependant, les deux tentatives ont échoué, étant bloquées par le Congrès national et le pouvoir judiciaire.

En savoir plus sur le mouvement indigène!

Cette même mesure provisoire a également apporté un changement important à la Population LGBTQ +. Le député a établi que les politiques publiques visant ces groupes seraient coordonnées par le Secrétariat national pour la protection mondiale. Le chef du Secrétariat est Sérgio Augusto de Queiroz, qui a déjà exprimé des opinions considérées par certains comme controversées avec la cause LGBTQ +. Cependant, le ministre Damares Alves a déclaré en sa possession qu'aucun droit acquis ne serait violé.

Certaines des activités menées par le ministère à l'époque du COVID-19

Le Ministère de la femme, de la famille et des droits de l’homme est également devenu un organe essentiel de la protection et de l’assistance de la société dans la pandémie de Covid-19, en promouvant des actions au service de la population vulnérable.

En période de crise économique, sanitaire et politique dans le pays, la MMFDH a créé un Plan d'urgence pour les personnes vulnérables, allouant 1,2 milliard de reais pour garantir la prise en charge de plus de 101 000 personnes vivant dans la rue. Dans l'intention de soutenir la population dans le besoin, le Secrétariat national aux droits de l'enfant et de l'adolescent (SNDCA) s'est fixé comme objectif de lancer, en mai 2020, un concours de fabrication de masques de protection pour enfants, qui récompensera les trois meilleurs participants avec un voyage à Brasilia la semaine de Noël. Cette action vise à produire plus de masques accessibles aux citoyens, ainsi qu'à sensibiliser à la nécessité de leur utilisation pour les enfants.

Le gouvernement a également mis à disposition 61,2 millions de reais supplémentaires pour Maison des femmes brésiliennes (CMB) afin d'améliorer la prise en charge des femmes en situation de violence en 2020. Le CMB a été créé en 2013 et fait partie du programme MMFDH Safe Woman. L'augmentation de ces ressources permettra l'installation de 25 autres unités du CMB d'ici 2021. Ces unités permettent un service humanisé et acheminent la plainte de manière agile et spécialisée.

En outre, les communautés de l'État d'Amazonas ont commencé à recevoir plus de 60 mille paniers de base par des actions d'urgence auprès des populations vulnérables pendant la pandémie, menées par la MMFDH. L'action vise à bénéficier à environ 30 000 familles amazoniennes de 32 municipalités situées dans les régions d'Alto Solimões, Manaus, Rio Negro, Vale do Javari et Meio Purus. Au total, plus de 1,3 million de kilos de produits seront donnés à Amazonas.

Des actions de prévention et de soutien aux soins de santé primaires (SSP) et des services spécialisés pour les soins hospitaliers et la transition des soins (après la sortie de l'hôpital) sont également prévus..

En outre, la MMFDH, en partenariat avec les Nations Unies (ONU), a lancé des pièces d'information visant à diffuser des mesures de prévention de la violence contre les enfants et les adolescents pendant la pandémie du nouveau coronavirus, en se concentrant sur la population de réfugiés et de migrants vénézuéliens vivant dans le Brésil. Le matériel était principalement destiné à la population hébergée dans le cadre de l'opération Réception (créée en 2018 pour recevoir des réfugiés vénézuéliens dignes) ou qui vivent dans des occupations spontanées à Roraima. L'objectif est de diffuser les mesures de prévention de la violence, avec un canal de service national de médiation des droits de l'homme, qui reçoit, analyse et transmet gratuitement les rapports de violations des droits de l'homme.

Avez-vous aimé le contenu? Laissez-nous votre avis dans les commentaires!

Publié le 24 juillet 2020.

Bridje

BRIDJE

L'Institut brésilien pour le développement, la justice et l'équité est une association créée pour résoudre les injustices entre l'État et le citoyen. Certains de nos objectifs sont la fin des privilèges publics et une administration plus transparente et accessible pour le citoyen brésilien.

RÉFÉRENCES

Funai: avec les ressources de la MMFDH, les communautés autochtones d'Amazonas reçoivent plus de 60000 paniers alimentaires

Huffpost Brasil: le ministère est pour les FEMMES, l'égalité raciale et les droits de l'homme

Lien journal: cComment Bolsonaro fait écho à l'ancienne politique indigène brésilienne

Marta Ferreira Santos Farah: Genre et politiques publiques

Lola Ferreira: gOverno Bolsonaro commence avec un portfolio des droits de l'homme hyperconnecté au discours évangélique

Rural Globo: «Funai devrait garder les droits de l'homme, dit le ministre»

Mesure provisoire no. 696, 2 octobre 2015. Maison civile de la présidence de la République

Gouvernement fédéral: un plan d'urgence alloue 1,2 milliard de reais aux sans-abri

Gouvernement fédéral: l'ONU et le ministère promeuvent des actions pour lutter contre la violence contre les enfants et adolescents vénézuéliens pendant la pandémie

Gouvernement fédéral: le budget de la Casa da Mulher Brasileira augmente de plus de 200% en 2020

Vous pourriez également aimer...