Le Brésil

MP 954 et partage de données: comprendre la mesure


Écran d'ordinateur avec algorithmes. Contenu à propos du MP 954.Au milieu de la pandémie de Covid-19, le gouvernement fédéral a publié la mesure provisoire 954 sur le partage de données par les entreprises de télécommunications pendant la pandémie. Le député a provoqué beaucoup de controverse. Êtes-vous curieux de mieux comprendre de quoi il s'agit?

Dans cet article, nous expliquerons ce qu'est une mesure provisoire, ce qu'elle dit à un tel MP 954 et pourquoi elle est si controversée à son sujet.

Qu'est-ce qu'une mesure provisoire?

La mesure provisoire, selon la Constitution fédérale de 1988, est un acte normatif (qui a force de loi), qui relève de la responsabilité exclusive du Président de la République, qui peut être adoptée dans les cas pertinents et urgents.

La mesure provisoire entre en vigueur dès sa publication au Journal officiel fédéral, mais elle doit être immédiatement soumise à l'appréciation du Congrès national, qui doit vérifier si la mesure provisoire satisfait aux exigences de pertinence et d'urgence, et de la convertir ou non. en loi.

Ce type d'acte normatif, est appelé provisoire car il perd de son efficacité (validité), depuis son édition, si dans le sous 60 jours n'est pas converti en loi par le Congrès national.

Si la mesure provisoire n'a pas été votée dans les deux chambres du Congrès national (Chambre des députés fédéraux et Sénat fédéral) dans un délai de 60 jours, le mandat est prolongé de 60 jours.

En l'absence de conversion de la mesure provisoire en loi dans un délai total de 120 jours, le Congrès national doit publier un autre acte normatif, appelé décret législatif, établissant les règles à appliquer dans les relations juridiques signées sur la base de la mesure provisoire expirée.

Mais le président de la République peut-il utiliser la mesure provisoire pour traiter une question quelconque?

La réponse est non. La Constitution fédérale (art. 62, § 1), interdit l'utilisation de la mesure provisoire pour traiter certaines questions, comme transcrit ci-dessous:

§ 1 Il est interdit de prononcer des mesures provisoires à ce sujet:

I – concernant:

a) nationalité, citoyenneté, droits politiques, partis politiques et loi électorale;

b) droit procédural pénal, pénal et civil;

c) l'organisation du pouvoir judiciaire et du ministère public, la carrière et la garantie de ses membres;

d) les plans pluriannuels, les orientations budgétaires, le budget et les crédits supplémentaires et supplémentaires, sauf dans les cas prévus à l'art. 167, § 3;

II – visant la possession ou la séquestration d'actifs, d'épargne populaire ou de tout autre actif financier;

III – réservé la loi complémentaire;

IV – déjà sanctionné dans un projet de loi approuvé par le Congrès national et en attente de sanction ou de veto du Président de la République.

Et que dit le MP 954?

Mesure provisoire no. 954 a été publié le 17 avril 2020 et traite dele partage de données par les entreprises de télécommunications, les fournisseurs de service téléphonique fixe commuté (STFC) et de service mobile personnel (SMP), avec l'Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE). L'objectif serait de soutenir la production de statistiques officielles pendant la situation d'urgence d'importance internationale due au coronavirus (COVID-19).

Les dispositions du MP 954, ne s'appliquent que pendant la durée de l'état d'urgence mentionné dans la loi no. 13979 du 6 février 2020.

L'article 2 du MP 954 oblige le entreprises fournissant STFC et SMP de fournir à IBGE, par voie électronique, la liste des noms, numéros et adresses de ses consommateurs, personnes physiques ou morales.

Ces données ne peuvent être utilisées que par l'IBGE et, exclusivement, pour la production statistique officielle, dans le but de réaliser des entretiens à caractère non face à face dans le cadre des enquêtes auprès des ménages (§ 1, de l'art. 2).

L'article 3 du MP 954 établit que les données auront caractère confidentiel et sera utilisé exclusivement aux fins indiquées ci-dessus, et ne peut être utilisé comme certificat ou preuve dans des procédures administratives, fiscales ou judiciaires, selon la règle déjà établie dans la loi no. 5.534 / 68 qui prévoit la fourniture obligatoire d'informations statistiques à l'IBGE.

Le paragraphe 1, de l'article 3, interdit (interdit) à l'IBGE de partager des données avec des entreprises publiques ou privées ou avec des organismes ou entités de l'administration publique directe ou indirecte de l'une des entités fédératives (Union, États, District fédéral et municipalités) .

Le paragraphe 2 de l'article 3, quant à lui, établit que l'IBGE doit informer, sur son site officiel, les situations dans lesquelles les données fournies ont été utilisées et divulguer un rapport d'impact sur la protection des données à caractère personnel, tel que déterminé par la loi no. 13 709/18 – la loi générale sur la protection des données personnelles (LGPD).

Enfin, l'article 4 du MP 954 établit que, une fois la situation d'urgence de santé publique surmontée, les informations partagées doivent être supprimé la base de données IBGE.

S'il est nécessaire d'achever la production de statistiques officielles, l'IBGE peut encore utiliser les données pendant une période de 30 jours à compter de la fin de la situation d'urgence de santé publique (paragraphe unique, de l'art. 4).

Le débat autour du MP 954

Depuis sa publication, le MP 954 a été sévèrement critiqué, en particulier par les partis politiques opposés au gouvernement fédéral, qui affirment que la loi publiée viole la droit fondamental à la vie privée, garanti par la Constitution fédérale.

Dès sa publication au Journal Officiel Fédéral, le MP 954 a fait l'objet de 05 ADI (Direct Action of Unconstitutionality) déposées devant le Tribunal fédéral suprême (STF) et proposées par le Conseil fédéral du Barreau brésilien – OAB (ADI 6387), par le Parti social-démocrate brésilien – PSDB (ADI 6388), par le Parti socialiste brésilien – PSB (ADI 6389), par le Parti socialisme et liberté – PSOL (ADI 6390) et par le Parti communiste du Brésil (ADI 6393).

La première DJA, avec une demande de mesure conservatoire (procédure destinée à prévenir ou stopper l'atteinte aux droits) pour la suspension du MP 954, a été déposée le 20/04/2020 par le Conseil fédéral de l'OAB et distribuée par tirage au sort au Ministre Rosa Weber, et les autres ADI, pour avoir le même objet, ont également été transmises au ministre pour jugement conjoint.

Le 24/04/2020, la ministre Rosa Weber a accordé (accordé) une injonction – décision provisoire rendue au début de la procédure – déterminant la suspension de l'efficacité (validité) du MP 954.

Dans sa décision, la ministre a déclaré que la question traitée dans le MP 954 fait l'objet de protection constitutionnelle, inséré dans l'article 5, X, de la Constitution fédérale, qui soutient le droit à la vie privée, à la vie privée, à l'honneur et à l'image des personnes.

Selon la compréhension du ministre, le MP 954 n'a pas institué l'exigence de mécanismes et de procédures garantissant efficacement la confidentialité et l'anonymat des données partagées, contrairement à la Constitution fédérale.

Il a également souligné l'absence d'intérêt public légitime dans le partage des données personnelles des utilisateurs de services téléphoniques, et il n'est pas possible d'évaluer si le MP 954 répond aux exigences constitutionnelles de pertinence et d'urgence, la forme et l'objectif n'ayant pas encore été définis. dans l'utilisation des données collectées.

Selon les règles de l'ADI, les décisions préliminaires rendues monocratiquement (décision rendue par une seule personne) par les ministres du STF doivent être approuvées par la plénière du STF (organe du STF composé de tous les ministres).

Ainsi, le 05/07/2020, le STF, à la majorité, a approuvé (confirmé) la décision préliminaire accordée à suspendre l'efficacité du MP 954, a annulé le ministre Marco Aurélio.

Le ministre Marco Aurélio, seul à voter contre la suspension du MP 954, a soutenu que c'était la société qui serait perdante avec l'impossibilité de l'IBGE de mener des recherches pour la mise en œuvre des politiques publiques pendant la pandémie.

Il a également souligné que MP 954 établit que les données seraient utilisées exclusivement par l'IBGE aux fins de mener des entretiens téléphoniques, sans possibilité d'interceptions téléphoniques et par conséquent une violation du droit à la vie privée et à la vie privée.

Enfin, le ministre a estimé que le MP 954 est un acte provisoire, avec date d'expiration, à approuver par le Congrès national, critiquant la judiciarisation de tout pendant la pandémie.

Les ADI qui remettent en question la validité du MP 954 seront toujours jugés de manière définitive, et jusque-là, le MP restera suspendu.

Avez-vous aimé le contenu? Laissez votre avis dans les commentaires!

Publié le 10 août 2020.

Ivan Almeida

Rédacteur bénévole de Politize!

RÉFÉRENCES

Montagnes

STF

Vous pourriez également aimer...