Le Brésil

Notre optimisme quant au vaccin n'est pas gratuit – Jornal da USP

LESLes yeux de toute la communauté scientifique de la planète se sont tournés vers le continent asiatique le 31 décembre 2019, lorsque le premier cas du nouveau coronavirus au monde a été signalé dans la province du Hubei, en Chine. À l'époque, nous nous préparions déjà, à l'Institut Butantan, à une éventuelle pandémie – mais pas celle du sars-cov-2, mais d'un autre virus grippal, le H7N9.

En ce dernier jour de l’année dernière, nous avons remarqué que la situation pouvait être grave. Tout professionnel travaillant dans le domaine de la santé et ayant des connaissances sur le comportement des virus a déjà compris les risques du covid-19. Près de deux mois plus tard, le premier cas de coronavirus au Brésil a été confirmé. Un homme de 61 ans, récemment arrivé d'Italie, a été hospitalisé dans la capitale de São Paulo.

Peu à peu, des milliers de nouveaux cas ont été confirmés: le virus, comme on s'y attendait à l'époque, aurait un impact inquiétant et sans précédent dans l'histoire humaine. Et cela continue de causer, avec plus d'un million de morts.

Avec 120 ans d'existence et en tant que l'un des plus grands centres de recherche et de développement d'immunobiologiques au monde, le Butantan Institute s'est imposé comme une référence dans la lutte contre cette nouvelle maladie.

LES compétence de nos chercheurs, reconnus internationalement, notre expérience et notre capacité de production de vaccins sont devenus des atouts fondamentaux pour faire face à l'épidémie. Nous utilisons les ressources technologiques les plus avancées et avons la capacité de nous adapter à la production de nouveaux vaccins. Avec tout cet arsenal en main, nous n'avions aucun moyen de nous soustraire à nos responsabilités. En tant qu'institution au service de la vie, nous devions nous impliquer dans le développement d'un vaccin capable de protéger la population. Le défi était grand, mais nous étions convaincus que Butantan devrait faire partie de cette histoire.

Nous avons mis en place un comité de gestion de crise avec un comité interdisciplinaire pour définir les rôles et responsabilités de chaque équipe. Ensuite, nous avons commencé un travail qui ne s'est jamais arrêté. Notre armée, qui visait un risque possible de pandémie H7N9, a trouvé une autre bataille à gagner. La planification de la lutte contre le H7N9, qui comprenait déjà des études, des tests, des analyses cliniques et même la production de lots expérimentaux, a servi de guide aux premières actions de l'institution face au nouveau coronavirus.

Nous vivions un nouveau moment, face à sars-cov-2 et à son potentiel d'infection et de propagation élevés. Minute après minute, la nouvelle faisait état de nouvelles contaminations et de décès dans le monde. Le virus nous mettait au défi et nous, à l'Institut Butantan, avons cherché à aller plus loin et à comprendre qui était l'ennemi invisible.

Toujours en 2019, pour d'autres raisons cliniques et commerciales, nous avons examiné de près les travaux développés par Sinovac Life Science, un géant pharmaceutique chinois. Nous savions que l'entreprise disposait de la dernière technologie pour la production d'immuniseurs à l'échelle internationale. Nous avons entamé de nouvelles discussions et signé un accord pour commencer les essais cliniques d'un vaccin contre la covid-19. En un temps record, les phases I et II des études sur des milliers de volontaires en Chine ont été achevées. Auparavant, le modèle expérimental appliqué aux singes avait montré des résultats significatifs en termes de réponse immunitaire contre les protéines virales.

Avec le partenariat scellé, nous avons commencé, en juillet de cette année, des études cliniques de phase III au Brésil. Aujourd'hui, ce sont 13000 volontaires, professionnels de santé qui travaillent en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Nous avons sélectionné quinze centres de recherche pour nous aider à suivre tous les volontaires répartis dans tout le Brésil. À ce jour, plus de six mille volontaires ont reçu des doses du vaccin, considéré comme l'un des plus prometteurs par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). On s'attend à ce que d'ici la semaine prochaine, le 15 octobre, tout le contingent de volontaires soit vacciné.

Toujours en Chine, plus de 50 000 volontaires ont également reçu des doses de CoronaVac dans le cadre d'une action de vaccination d'urgence approuvée par le gouvernement. Les analyses ont montré qu'il est sûr et ne présente aucun effet indésirable significatif. Sur le total des volontaires, 94,7% n'ont eu aucune réaction. Un autre 5,36% ont présenté des effets indésirables de faible intensité, tels que douleur au site d'application, fièvre modérée et perte d'appétit.

Les premiers résultats présentés par CoronaVac sont très encourageants. Nous apprenons à connaître le virus et à comprendre comment il se comporte dans le corps humain. Ce qui nous rend très optimistes, c'est que nous avons des connaissances approfondies sur les moyens de développer ce vaccin. L'immuniseur utilise le virus inactivé, une technologie déjà bien établie dans le développement d'autres vaccins Butantan. La technique est utilisée dans plusieurs immuniseurs largement disponibles. Cette connaissance a apporté plus de sécurité à l'ensemble du processus, réduisant les risques de l'opération.

L'attente est désormais dans la démonstration de l'efficacité, puisque les indices de sécurité sont déjà extrêmement positifs. Ce sont des mesures qui ont été prises par Butantan avec planification et stratégie. Compte tenu des premières réponses, nous avons récemment déposé une demande d'enregistrement auprès de l'Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa). Ainsi, nous aurons certainement un vaccin capable de protéger la population brésilienne. Bien que les résultats finaux des études n'apparaissent pas, nous prévoyons et devrions recevoir, d'ici octobre, 6 millions de doses de CoronaVac de Chine prêtes à être appliquées. On s'attend à ce que 40 millions supplémentaires arrivent d'ici la fin de cette année et, d'ici février 2021, 15 millions de doses supplémentaires. Il s'agit d'une mesure importante pour rationaliser la vaccination dès qu'elle est approuvée par les autorités sanitaires.

Dans le même temps, le gouvernement de l'Etat de São Paulo, à travers la coordination d'Invest-SP et la mobilisation de l'organisation sociale Comunitas, a levé 97 millions de reais à l'initiative privée pour les travaux d'une future usine de vaccin contre le coronavirus. Le projet exécutif est en cours de contrat et les travaux devraient démarrer en novembre. Nous sommes impatients de maîtriser la technologie de production de ce vaccin et de placer notre institution parmi les plus grands producteurs.

Notre optimisme quant à ce vaccin n'est pas gratuit et ce n'est pas non plus la rêverie de ce «chercheur scientifique». Nous avons suivi l'évolution de cette évolution avec responsabilité et appui technique et, compte tenu de l'agressivité de cette maladie, qui au Brésil a déjà fait plus de 146 000 morts, nous ne pourrons nous reposer tant que notre mission ne sera pas accomplie. Chez Butantan, nous serons toujours au service de la vie.

Vous pourriez également aimer...