Le Brésil

«  Nous voulons que la paix produise '', déclare le coordinateur du MST dans le sud de Bahia

São Paulo – Depuis le 3 septembre, le climat est tendu dans les colonies de MST des municipalités de Prado et Mucuri, dans le sud de Bahia. La région a accueilli plus d'une centaine de policiers de la Force nationale, à la demande du ministère de la Justice. Un décret autorise la présence des militaires jusqu'à 30 jours, sous justification du maintien de l'ordre public et de la préservation du patrimoine.

L’une des raisons a été l’expulsion de deux colons de la colonie de Jaci Rocha au Prado. Après l'assemblée, ils ont été exclus pour ne pas vivre et s'être absentés de la colonie pendant plus de 30 jours. En outre, on soupçonne l'implication du couple dans le trafic de drogue et de bétail, ainsi que la possession d'armes lorsqu'ils étaient sur place.

Le couple est allé au tribunal, qui a ordonné la reprise de possession. Une autre demande d'intégration concerne une école déjà libérée par le MST en février.

Une autre justification est que la police escorterait les inspecteurs de l'Institut national de la réforme agraire (Incra). Mais, selon Lucineia Durães do Rosário, de la coordination nationale du MST, les agents incra n'ont jamais été menacés ou empêchés d'entrer dans les colonies.

Pas normal

Lucineia a qualifié la présence de la police de «surprenante», car il n'y avait aucune demande du gouvernement bahianais. «Il n'y a pas de véritable conflit dans cette région. C'est un acte qui nuit au pacte fédératif. C'est donc un processus complètement étrange », a-t-il déclaré. Vers le programme Brésil TVT, ce dimanche (13), elle a déclaré que les travailleurs tentent de suivre une routine «normale», malgré la présence des militaires.

Pour le coordinateur MST, au lieu d'utiliser la Force nationale, le gouvernement devrait augmenter le budget de la réforme agraire. En outre, il a exigé de la rapidité dans les processus d'octroi de titres fonciers, afin que les travailleurs puissent avoir accès au crédit agricole et aux politiques de logement.

Pendant la pandémie, la campagne nationale de partage des vivres du MST a déjà fait don de plus de 3 300 tonnes, qui ont été produites dans les campements pour les populations en situation de vulnérabilité sociale.

«Pour notre part, nous voulons que la paix continue à produire. Dans cette pandémie, d'une manière spéciale, nous avons décidé que tous les paysans sans terre feraient une quarantaine productive. Nous produisons pour la société dans son ensemble. Et en cherchant autant que possible à maintenir un climat de normalité et de tranquillité, à continuer, même, à faire l'isolement social », a-t-il dit.

Regardez l'interview:

Rédition: Tiago Pereira. Édition: Glauco Faria

Vous pourriez également aimer...