Le Brésil

Pas de mille vies – Rede Brasil Atual

Je suis désolé. Je suis vraiment désolé. En termes de nombre de morts, il est toujours étrange de penser que 100 000 est une tragédie supérieure à 50 000, à 10 000, à mille… Quand la mort peut être évitée, cette perte sera toujours une tragédie au moins pour une mère , un père, un frère ou un fils.

J'ai échoué en tant qu'éducateur. Mon enseignement n'a pas servi. Il n'y avait pas de voix. Ça ne l'a pas fait.

Nous échouons en tant qu'école lorsque nous apprenons, au lieu d'arrêter un crime contre l'humanité, à vivre avec la tragédie et à normaliser ce qui est abominable.

J'entends encore que j'exagère avec mes soins, que je deviens déprimé et que je peux tomber malade sans socialiser, bref, que "ce n'est pas pour tant que ça". Je n'entends pas cela de la part d'une personne qui a voté pour Bolsonaro – de ceux-ci, je reçois de la débauche, "et alors?". J'entends de ceux qui, jouissant de la santé, se pensent immortels et, face à l'illusoire infini, considèrent qu'une dose d'égoïsme ne fait pas de mal.

Au vu des chiffres, je m'inquiète depuis longtemps de savoir qui tombe malade.

Je suis cependant beaucoup plus tendu avec ceux qui marchent joyeusement en enfer.

Non pas que je n'envisage pas de sourire. Loin de moi … bientôt je, donné tant de rires. N'est-ce pas. Je trouve répugnant qui ne soit pas ému par plus d'un millier de morts (qui auraient pu être évitées) par jour et qui, même s'il n'a pas voté pour Bolsonaro, répète les paroles de ce génocide: «Nous allons toucher la vie et trouver un moyen de sortir de ce problème ».

Les personnes avec des noms et avec un avenir sont partis prématurément et leurs familles étaient incapables de surveiller les corps qui prenaient – ce qui était déjà traumatisant – à un niveau insupportable.

Autant j'ai averti de cette douleur de la perte et de ne pas pouvoir vivre le chagrin, autant j'ai échoué.

Je n'ai pas pu arrêter une extermination.

Moi, professeur, je ne savais pas comment expliquer. Je n'ai pas été ému. Je ne me suis pas laissé emporter.

Pendant que je parlais, j'ai vu la classe me tourner le dos et aller jouer dans la cour, anticipant une pause.

J'aurais aimé avoir réussi à sensibiliser et à faire des chiffres, comme je l'ai toujours fait, une démonstration. J'ai signalé que chaque point du graphique contenait une histoire et était un être humain. J'ai montré le nombre de professionnels de santé qui travaillaient – et continuent de travailler – sans équipement de protection en raison de la négligence de l'État, j'ai souligné combien sont morts en soignant les personnes contaminées. Mais même vous – qui m'avez entendu – avez porté un masque ou êtes resté à la maison avec les moyens de le faire.

Vous qui avez voté pour Bolsonaro, vous agissez comme lui. Vous qui n'avez pas voté pour Bolsonaro aussi.

En parlant de cela, je voudrais préciser que nous qui sommes indignés ne sommes peut-être pas la majorité. Mais nous sommes nombreux. Et nous ne renoncerons pas à dénoncer les crimes commis et à exiger la responsabilité de Bolsonaro de protéger la population.

Nous sommes toujours de ce côté, mobilisés pour respecter les vies et ne pas oublier les morts.

Nous lutterons pour que justice apparaisse et punisse le meurtrier.

Oui, meurtrier.

Ne pas éviter la mort, avoir des moyens de le faire, est une façon de tuer.

Et il sera toujours un meurtrier s'il avait pu empêcher une mort et qu'il ne l'a pas fait exprès. Parce que je ne voulais pas. Au contraire, il a créé les conditions pour cela.

Je suis désolé. Je suis vraiment désolé de ne pas avoir autant de vies. Et je promets, comme beaucoup d'entre vous, que je continuerai d'essayer.

Publié à l'origine dans "Ma vie est un blog ouvert"


Édition RBA: Fábio M. Michel

Vous pourriez également aimer...