La Colombie

signe avant-coureur d'une grande saison (Opinion)

16 septembre 2020-03: 48 p. m.
Pour:

Par: Manuel Rodríguez – Spécial pour El País

Et comment ne pas parler de James? Si, après huit mois sans terminer quatre-vingt-dix minutes, quatre-vingts jours sans commencer un match comme partant, nouvellement arrivé dans une nouvelle ligue, et jouant avec une nouvelle équipe sans avoir accumulé une seule semaine d'entraînement, il a fait un grand match dimanche. Cela nous a rappelé que c'était différent. Qu'est ce qui est special.

James vient de six ans de hauts et de bas, de doutes et de critiques. Six ans de blessures et beaucoup de transactions bancaires. Mais c'est aussi six ans dans deux des plus grandes équipes du monde. Ce sont six années de bons buts et de nombreuses passes décisives à chaque saison qu'il a jouée. Six ans à toujours répondre avec la sélection.

Maintenant, son passage à Everton est passionnant. D'abord pour le premier ministre. C'est la meilleure ligue du monde avec une distance croissante: elle possède aujourd'hui la plus forte concentration de talents (joueurs et entraîneurs) d'Europe. James aura des projecteurs, une exposition médiatique, il en parlera chaque week-end. C'est le football anglais.

Et puis pour Everton. On a beaucoup parlé d'un «pas en arrière». Un recul nécessaire pour prendre de l'élan. Et bien, après Madrid et le Bayern, presque tout est un pas en arrière. Mais James faisait une très bonne équipe. Ce n'est pas n'importe quelle équipe de table médiatique. C'est une équipe qui va concourir pour l'Europe cette saison. C'est une équipe que dirige Ancelotti, et c'est une équipe qui s'est extrêmement bien renforcée. Si c'était déjà compétitif, maintenant c'est passionnant.

Passons un peu à l'analyse, dont on n'a pas beaucoup parlé. Au-delà d'Everton et du premier ministre, des lumières et de la télévision, James jouera-t-il toujours? Où allez-vous le faire? Quel sera votre rôle?

Dès l'annonce de sa signature il y a deux semaines, les fans les plus fidèles d'Everton, conscients du style de leur équipe, ont eu quelques doutes. Pas à cause de James, loin de là (en effet, la plupart voient l'arrivée du Colombien comme un saut qualitatif passionnant), mais à cause de la signature d'un joueur de son style. Un dépliant créatif.

Eh bien la saison dernière Ancelotti a utilisé un 4-4-2. Il a eu recours à la verticalité, à la puissance de ses attaquants, au ballon long. Everton ne portait pas grand-chose au milieu. Où se situerait James dans un 4-4-2? À l'extérieur, peut-être, même s'il n'a certainement pas les caractéristiques d'un ailier Premier. On pensait également qu'il pouvait être placé derrière le neuf (obligeant Ancelotti à peaufiner la formation).

Le sélectionneur italien nous a donné une partie de la réponse ce week-end: il a totalement changé le schéma. Et est-ce qu'Everton est une équipe complètement différente de la saison dernière. Il a beaucoup plus de qualité au milieu du court. Avec James, avec le Brésilien Allan, l'autre nouveau venu (qui jusqu'à récemment était immobile à Naples), avec le bon niveau d'André Gomes, l'équipe pourra avoir le ballon au milieu, générer du jeu à partir de la possession. Il ne sera donc pas obligé de chercher le hit habituel d'Averquépasa (auquel il a été contraint l'année dernière).

Le plus curieux, c'est que James a joué dehors. Et il a bien joué. Il a flotté vers le centre pour recevoir et générer du jeu avec le court avant, une position qu'il a jouée à quelques reprises avec Madrid, et une position très similaire à celle jouée dans l'équipe Queiroz (où il commence comme un faux ailier droit).

James était influent dimanche. Il a mis en place deux pasagoles de crack, qui n'étaient pas des passes décisives parce que le Brésilien Richarlison n'était pas bien, et pouvait même marquer avec un tir courbé du gaucher. Son équipe l'a cherché, lui a donné le ballon, l'a laissé mener plusieurs attaques, ce que Madrid ne lui permettait pas il y a longtemps.

Il s'est beaucoup demandé s'il soutiendrait la vitesse du premier ministre, l'intensité, la physicalité. Si c'était trop, s'il voyait les rivaux et le ballon passer d'un côté à l'autre. Et la vérité est que, contre Tottenham, James a joué plus lentement que les autres. À un taux inférieur, mais à un meilleur taux. C'était phénoménal. Il contrôlait le rythme des attaques de son équipe. Il a toujours trouvé de la place pour recevoir et de l'espace pour son pied gauche.

Il était clair dès dimanche que l'obsession du physique de James, de sa lenteur, de son manque d'agilité, est plus notre insécurité, peut-être causée par Zidane, qu'un véritable handicap sur le court. La presse et les fans en ont fait un problème, alors qu'en réalité ce n'est pas le cas. James est lent. ET? "Si je m'inquiétais de la vitesse", a récemment déclaré Ancelotti, "j'aurais signé Usain Bolt."

Reste à voir si l'entraîneur maintiendra la formation qu'il a utilisée contre Tottenham. Après tout, les City et Liverpool sont autre chose – ce seront des matchs où la seule option est de jouer la défense.

Mais d'après ce qu'Everton a montré dimanche, ils sont sûrs d'être une star en Angleterre cette saison. Cela correspondra aux plus grands. Et il fera tout dirigé par une star colombienne, qui court moins que les autres, mais réfléchit davantage. Celui qui a du mal avec le physique, mais qui a beaucoup de cerveau et de grand. Cela est venu mettre la pause et les idées à un football qui est parfois trop de jambes et peu de tête.

Les fans d'Everton ont élu James sur les réseaux sociaux comme l'homme du match de dimanche. Que leur illusion soit notre assurance qu'il la brisera. James joue à nouveau au football et c'est une nouvelle. Si les blessures le permettent, ce sera une belle saison.

@manrodllo

Vous pourriez également aimer...