Le Brésil

L’éducation, l’un des plus grands défis pour le développement du pays – ​​Jornal da USP

Pour Luís Carlos de Menezes, coordinateur académique de la Chaire et professeur principal à l’Institut de physique (IF) de l’USP, les années de pandémie ont creusé et approfondi les inégalités du pays, notamment en matière d’éducation. D’autre part, une de ses conséquences a été de diffuser des ressources technologiques d’information et de communication qui se sont avérées importantes pour l’enseignement.

Cependant, il n’y a pas que la crise sanitaire qui a affecté l’éducation, souligne le professeur. Le rôle du président de la République, Jair Bolsonaro, a contribué au tableau qui se dessine fin 2021. , avec des dommages sanitaires et économiques, accompagnés d’une polarisation politique correspondante », analyse Menezes.

+ Plus

Publié: 22/12/2021

Publié: 11/12/2021

Publié: 09/03/2021

Un exemple de ces dommages et de la négligence du gouvernement fédéral envers l’éducation peut être vu dans la récente crise à l’Inep, lorsque quelques jours seulement avant l’évaluation de l’Enem, fin novembre, un groupe d’employés de l’Inep a demandé la révocation de leurs postes actuels et fonctions, alléguant « un manque de maîtrise technique » et « un climat d’insécurité et de peur ». « Le gouvernement Bolsonaro a toujours interprété l’Enem comme quelque chose à déconstruire, comme un obstacle aux politiques de gestion, et non comme une politique de l’État de démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur », a-t-il déclaré à la presse. Journal de l’USP Daniel Tojeira Cara, professeur et chercheur à la Faculté d’éducation (FE) de l’USP.

Surmonter ou, au moins, contenir les dommages causés par ces impacts, selon Luís Carlos de Menezes, implique une expansion essentielle du soutien aux exclus. « Surtout dans l’éducation, il faudra reconnaître l’école dans sa centralité en tant qu’espace d’accueil et de développement, pour lequel des politiques de compensation des disparités et des écarts seront indispensables. Les politiques publiques d’éducation de base doivent prendre en compte notre énorme diversité économique et culturelle, en tenant compte des potentiels et des insuffisances », recommande Menezes.

Pour les éducateurs de l’USP, la pandémie a intensifié et accru les inégalités sociales. Pourtant, il y a eu des avancées, notamment en ce qui concerne la littératie numérique des enseignants et des élèves, qui ouvre des perspectives de reprise en 2022. Mais il reste encore beaucoup à faire. L’éducateur Mozart Neves Ramos, titulaire de la chaire Sérgio Henrique Ferreira, au pôle IEA Ribeirão Preto, croit en la valorisation de l’enseignement pour changer le cours de l’éducation dans le pays. », créer un mécanisme pour rendre la carrière attrayante pour les jeunes brésiliens qui, aujourd’hui , « ne veulent pas être enseignants dans notre pays. Nous devons changer cela », a-t-il déclaré au Journal de l’USP en direct.

Professeur Elaine Assolini, du Département d’Éducation de la Faculté de Philosophie, Sciences et Lettres de Ribeirão Preto évalue que la pandémie a surtout intensifié « les inégalités sociales qui marquent ce pays » et que, pour changer le cours de l’éducation, « il est essentiel que les politiques publiques veillent avant tout à l’alphabétisation et à l’alphabétisation des enfants, des jeunes les gens et les adultes de ce pays. Sinon, nous continuerons avec des taux très bas lorsque nous serons évalués par différents organismes ».

C’est aussi prendre soin des écoles et de leur autonomie, comme le prêchait Paulo Freire, dont le centenaire a été fêté cette année. Au cœur de la défense de l’autonomie scolaire se trouve aussi la prise de conscience que ce n’est pas l’enseignant isolé qui garantit la qualité de l’école : il faut un collectif de professionnels engagés dans une proposition de société, avec une conception du type du jeune qu’ils souhaitent former. « Cela signifie le droit, mais aussi le devoir, de chaque école publique d’élaborer ce que Freire a appelé un projet politico-pédagogique », a expliqué Lisete Arelaro, professeur émérite à la Faculté d’éducation (FE) de l’USP, au journal USP.

Vous pourriez également aimer...