Le Venezuela

Padrino López: nous faisons face à des menaces de l’empire dans l’union civique-militaire

« Les menaces (de l’empire) sont le défi de la Garde nationale bolivarienne (GNB) et des Forces armées nationales bolivariennes (FANB). C’est un défi pour les institutions, pour les États et les démocraties, pour la souveraineté des États souverains », s’est exprimé ce jeudi le ministre du Pouvoir populaire pour la Défense, Vladimir Padrino López, lors de la cérémonie de célébration du 85e anniversaire de la composante militaire du GNB.

Lors de la cérémonie militaire, où le message par vidéoconférence du président Nicolás Maduro Moros, officier militaire de haut rang, a été diffusé, il a souligné l’appel du commandant en chef des FANB à être vigilant contre les attaques dirigées de l’étranger, en particulier de le régime impérial qui gouverne les États-Unis et le gouvernement sortant de la Colombie.

« Nous devons faire de notre FANB une institution plus professionnelle, plus capable et à jour en science et technologie pour faire face aux nouvelles formes de guerre », a exhorté le vice-président du secteur pour la souveraineté et la paix, depuis le patio d’honneur de l’Université militaire. Bolivariana du Venezuela, à Fort Tina, Caracas.

Il a rappelé les diverses attaques, assassinats frustrés et tentatives de coup d’État qui ont été défaits les uns après les autres, mais a mis en garde contre les efforts récurrents des ennemis de la patrie vénézuélienne.

« Quand la patrie renaît, brille à nouveau et suit un chemin et un cours définis de résurgence, de bonheur et de prospérité, l’hégémon est là, il n’a pas bougé et les menaces continuent (…) Ils attaquent avec de nouvelles formes de colonialisme. Un néo-colonialisme s’impose au monde (…) L’arrogance impérialiste de continuer à subjuguer et à porter la guerre au monde », a-t-il dénoncé.

Il a déclaré qu’à l’occasion du 85e anniversaire du GNB, la composante a été assimilée aux FANB grâce à la doctrine militaire bolivarienne promue par le commandant Hugo Chávez Frías, pour consolider l’humanisme et le caractère défensif de la paix et de la liberté nationale.

« Plus jamais cet épisode sombre de 1989 et les tentatives de nous diviser de l’intérieur et de l’extérieur », a-t-il averti, faisant notamment référence au massacre de Caracazo en février dans les années 1980.

« Nous sommes auditables moralement, institutionnellement, professionnellement et aussi dans les sauts substantiels que nous avons faits dans le respect des Droits de l’Homme, affinant chaque jour davantage et affinant les performances de toutes nos FANB pour respecter les droits des personnes. »

Il a félicité les officiers actuels et anciens du GNB, leur personnel professionnel et toute la composante militaire, pour leur dévouement, leur sacrifice et la défense de la patrie, de l’indépendance et du peuple.

« Si quelqu’un dans le monde demande comment le Venezuela s’en sort pour défendre la paix, la souveraineté, son indépendance nationale, nous n’avons qu’une seule réponse à la surface : l’union civique-militaire. »

« Trois mots clés et ce sera toujours permanent : union civique-militaire, pour faire face aux menaces, conquérir les rêves de liberté et défendre notre territoire et notre intégrité », a-t-il conclu.

Vous pourriez également aimer...