Le Brésil

Comprendre le travail informel au Brésil et dans le monde

LES informalité sur le marché du travail cela n'est possible que parce que, de l'autre côté, il existe une législation qui définit un modèle de relation entre employeurs et employés. Cependant, aucune norme ne s'applique de la même manière à tous les pays, ce qui rend les analyses comparatives de l'informalité assez compliquées. Nous en saurons plus sur cette discussion au Brésil et un peu sur le contexte mondial.

Comment l'informalité est-elle définie au Brésil?

Pour expliquer les différentes classifications d'un travailleur, définissons d'abord ce que l'on entend par formalité. Pour cela, nous allons utiliser un peu d'histoire …

En 1943, le président de la République de l'époque, Getúlio Vargas, approuva la Consolidation des lois du travail, le CLT. Aujourd'hui encore, il s'agit de la plus grande référence juridique en matière de droits des travailleurs, de protections sociales et de garanties. C'est un ensemble de règles qui équilibrent les forces entre employeurs et employés et détermine, entre autres, le salaire minimum, les vacances payées, les cotisations sociales et les heures de travail.

Apprenez-en plus sur CLT et les changements qu'il a subis au fil du temps ici!

Certaines expressions comme «Enregistrement du portefeuille» et "Portfolio signé" sont généralement utilisés pour désigner le fait que la relation de travail signée respecte les règles établies par la CLT et qu'elle est reconnu par le gouvernement, c'est-à-dire que c'est formel. On parle de carte de travail, un document personnel qui conserve toute l'histoire professionnelle d'un citoyen. Avec l'évolution de la technologie, le portefeuille physique est remplacé par le portefeuille numérique, mais sa fonction reste la même.

Carte de travail physique dans la main d'une personne

Toutes les entreprises et employeurs du secteur formel, ceux qui ont le Registre national des personnes morales, le CNPJ, Sont tenus de transmettre des informations sur leurs employés aux agences gouvernementales responsables, ce qui facilite grandement l'obtention de bases de données précises sur ce groupe.

L'informalité est donc simplement l'absence de contrat formel?

Ce n'est pas si simple … au fil du temps et dans plusieurs pays, les chercheurs ont défini l'informalité de différentes manières, en tenant compte de facteurs tels que:

  • type de relation établie entre l'employeur et l'employé (légale ou illégale);
  • type d'activité exercée (légale ou illégale);
  • taille de l'entreprise (plus de 5 employés ou non);
  • légalité légale de l'entreprise (qu'elle soit officiellement enregistrée ou non).

Quelles sont les références utilisées au Brésil aujourd'hui?

Ici le Institut brésilien de géographie et de statistique, IBGE, est chargé de fournir différents types d'informations sur la population. Parmi les publications périodiques, il y a Enquête nationale continue auprès des ménages, PNADc, qui aborde les thèmes suivants: le logement, les caractéristiques générales des résidents, les informations sur le travail des adultes, des enfants et des adolescents et les revenus.

Dans cette enquête, l'IBGE calcule un proxy informel, c'est-à-dire une approximation fiable du nombre de travailleurs informels par rapport au nombre total de travailleurs et, pour cela, classe comme informel: les travailleurs employés dans le secteur privé sans contrat formel, les travailleurs domestiques sans contrat formel, un employeur sans immatriculation CNPJ, un indépendant sans immatriculation CNPJ et un auxiliaire familial.

Nous voyons, par cette définition, que ce n'est pas seulement l'absence de contrat formel qui fait qu'un travailleur masculin ou féminin est considéré comme informel. En général, le l'informalité est difficile à mesurer, précisément parce que ces personnes sont en dehors de la «vision» officielle du gouvernement.

C'est pourquoi le PNADc est si important, car il fournit des informations sur la dynamique du travail au Brésil et est l'une des rares enquêtes officielles permettant l'observation et le suivi du secteur informel.

Quel est le scénario au Brésil?

Depuis 2016, début de la série historique PNADc présentée dans le rapport mensuel de l'enquête de mai 2020, le taux d'informalité, C'est le proportion de travailleurs informels employés par rapport au total des travailleurs employés, a montré une trajectoire croissante.

Comme nous pouvons le voir dans le graphique ci-dessous, l'informalité atteint environ 35 millions de personnes, ce que ça représentait 38,7% des relations de travail début 2016. Mi-2019, cette proportion atteignait 41,4%, la valeur la plus élevée enregistrée à ce jour, alors que presque 39 millions de personnes étaient des travailleurs informels.

Depuis, ce qui a été observé est un tendance à la baisse dans le nombre de personnes dans cette condition. Entre les mois de Mars et mai 2020, sur 32 millions de personnes se trouvaient dans une situation informelle.

La publication trimestrielle du PNADc pour les mois d'avril à juin 2020 réaffirme que le taux d'informalité est en baisse. Au cours des 3 premiers mois de cette année (1er trimestre – janvier à mars), environ 40% des travailleurs employés étaient informels, un taux qui est passé à 36,9% au deuxième trimestre, soit environ 30,7 millions de personnes.

Mais est-ce bon ou mauvais?

À première vue, la baisse du taux d'informalité est un bon résultat. Mais nous devons comprendre qu'il existe plusieurs concepts et indicateurs interdépendants qui expliquent la dynamique du marché du travail et qu'un seul d'entre eux n'est pas en mesure de raconter toute l'histoire. Passons aux principaux:

  • Population occupée – les personnes ayant travaillé au moins 1 heure complète dans la semaine de l'enquête;
  • Population sans emploi – les personnes qui n'ont pas travaillé, mais qui ont cherché un emploi dans les 30 jours précédant la semaine de l'enquête et qui ont pu reprendre un travail la même semaine;
  • Population active – les personnes âgées de 14 ans ou plus au cours de la semaine de l'enquête qui étaient occupées ou au chômage;
  • Population hors de la population active – les personnes âgées de 14 ans ou plus au cours de la semaine de l'enquête qui n'étaient ni occupées ni au chômage;
  • Population découragée – les personnes qui n'ont pas travaillé la semaine de l'enquête et qui aimeraient avoir un emploi, mais qui ont renoncé à chercher. Ces personnes sont considérées comme extérieures au marché du travail.

Puisqu'il y a plusieurs aspects à analyser, nous devons examiner un ensemble d'indicateurs pour comprendre quels mouvements se produisent.

Techniquement, une personne n'est considérée comme au chômage ou au chômage que si elle est à la recherche d'un emploi. Ce qui s'est passé dans une large mesure en 2020, c'est que beaucoup de gens ont perdu leur profession, mais n'ont pas cherché un autre. Cela les a fait faire partie de la population en dehors de la population active.

Les données PNADc montrent qu'à la fin du mois de mai 2020, environ 7,8 millions de personnes ont perdu leur emploi par rapport au trimestre mobile précédent (du 19 décembre au 20 février). Cela représente un 8,3% de réduction du nombre total de personnes employées. Cependant, seulement 368 mille nouvelles personnes ont été considérées comme des chômeurs dans la même période, une augmentation de seulement 3%. En d'autres termes, parmi toutes les personnes qui ont perdu leur emploi, seule une petite partie a continué à chercher et l'autre, beaucoup plus importante, a commencé à être considérée comme hors de la population active.

Certains facteurs, tels que l'accès à l'aide d'urgence, la peur de la contamination par Covid-19, le respect de l'isolement social ou même le besoin de rester à la maison en raison de problèmes de santé de ses propres ou de ses proches, ont arrêté l'augmentation immédiate du taux de chômage.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là … Souvenez-vous des gens chaud? À la fin du trimestre mobile clos en mai 2020, ils totalisaient 5,4 millions de personnes, un Augmentation de 15,3% par rapport à la période précédente. En général, on observe une dégradation quantitative et qualitative des indicateurs liés au marché du travail.

Et qu'est-ce que tout cela a à voir avec le taux d'informalité?

Le taux d'informalité est mesuré par rapport au nombre total de salariés. Cependant, ce qui s'est produit, c'est une forte baisse du nombre de personnes employées. Comme ça, la baisse en soi du taux d'informalité ne signifie pas nécessairement que ces personnes ont commencé à avoir des emplois formels, mais que beaucoup d'entre eux sont devenus inoccupé ou, dans les cas plus graves, découragé.

Si nous étions confrontés à une migration vers le secteur formel de la part de ces travailleurs, d'autres indicateurs, comme le nombre d'employés titulaires d'un contrat formel, augmenteraient, mais cela ne se produit pas non plus. A la fin du 2ème trimestre 2020, environ 3 millions de personnes n'avaient plus de contrat formel dans le secteur privé par rapport au 1er trimestre de la même année, ce qui représentait une réduction de près de 9%. Le taux de chômage, quant à lui, était de 13,3%, tandis qu'au 1er trimestre, il était de 12,2%.

L'informalité dans le monde

L'Organisation internationale du travail (OIT), dans un rapport publié en 2018, affirme que l'informalité affecte négativement les individus, les entreprises et les sociétés. Les premiers sont souvent exposés à des conditions de travail décentes insuffisantes et sont rarement protégés par les mécanismes de sécurité sociale. Les entreprises informelles, à leur tour, rendent la concurrence déloyale par rapport à celles qui respectent toutes les lois fiscales et du travail. Enfin et surtout, l'informalité implique moins de revenus pour le gouvernement, ce qui signifie moins de capacité à fournir des services publics de qualité et un développement inclusif pour toutes les sphères sociales.

Selon le même rapport, à l'époque, environ 60% de la population active dans le monde était classée comme informelle. Au G20, groupe de discussion sur les thèmes du développement économique et social qui rassemble les principaux pays développés et émergents, le taux d'informalité était d'environ 56%. Dans ce contexte, le Brésil serait en dessous de la moyenne du G20.

Malgré la présentation de ces estimations, il est un fait que mesurer l'informalité entre les pays est une tâche difficile, car il n'y a pas de consensus sur les définitions sur le sujet et chaque pays utilise ses propres critères. Beaucoup n'ont même pas de statistiques spécifiques sur le sujet.

En général, l'Organisation définit que l'emploi informel est un emploi dans lequel la relation de travail n'est pas soumise à la législation nationale du travail respective, il n'y a pas d'incidence d'impôt sur le revenu, il n'y a pas de protection sociale, comme un préavis de licenciement ou de déménagement pour des raisons de santé. Partout dans le monde, le taux d'informalité varie considérablement, mais le niveau d'éducation apparaît comme un facteur directement lié à la formalité, de sorte que plus le niveau d'éducation est élevé, plus le niveau de formalité est élevé.

Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire (mesuré par le PIB par habitant, c'est-à-dire le PIB divisé par le nombre d'habitants), comme l'Inde et l'Indonésie, l'informalité dans le groupe de personnes sans instruction ou n'ayant que l'enseignement primaire atteint près de 95%. Pour les diplômés du secondaire, le taux est d'environ 85%, tandis que pour les diplômés de l'enseignement supérieur, 71%. Dans les pays à revenu moyen-élevé, comme le Brésil, l'Argentine, la Chine et le Mexique, le taux pour différents niveaux d'éducation est de 75%, 53% et 21%, respectivement.

Enfin, dans les pays à revenu élevé, la moyenne est de 43% pour les personnes sans instruction ou uniquement dans le primaire, et d'environ 17% pour les deux autres niveaux d'éducation formelle. D'une part, il convient de noter que le Japon n'a que 5% d'informalité à tous les niveaux d'enseignement, suivi de près par le Royaume-Uni et la France. Les taux les plus élevés de ce groupe se trouvent en Corée du Sud, avec environ 76% pour les personnes peu scolarisées, 33% et 15% pour l'enseignement secondaire et supérieur, respectivement.

Il y a encore un problème de genre important dans ce contexte. Dans le monde, comme au G20, le travail informel est plus répandu chez les hommes que chez les femmes. Au G20, près de 59% des hommes exercent des activités classées informelles, tandis qu'environ 50% des femmes sont dans la même situation. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, cependant, les femmes sont plus souvent exposées à des conditions de vulnérabilité, principalement en raison des activités domestiques informelles qu'elles exercent, qu'elles soient rémunérées ou non.

Enfin, l'OIT souligne qu'il existe une tendance mondiale à l'émergence de nouvelles formes d'emploi, qui ne sont souvent pas couvertes par la législation du travail, comme celles véhiculées par les plateformes numériques de plus en plus présentes dans notre vie quotidienne. Puisqu'il s'agit de relations nouvelles, elles ne sont ni prévues ni couvertes par la législation du travail traditionnelle, ce qui signifie que ces travailleurs sont largement exposés à l'informalité. Il s'agit donc d'un changement structurel de l'environnement de travail, qui doit être évalué de manière large afin de garantir l'équilibre entre les intérêts individuels et collectifs.

Avez-vous aimé le contenu? Laissez votre avis dans les commentaires!

LES RÉFÉRENCES

CLT – Politisez!

Comment lire les données sur le chômage en cas de pandémie

Consolidation des lois du travail – CLT

BIT – Informalité et formes d'emploi atypiques

Institut brésilien de géographie et de statistique

Le Brésil dans le G-20

Enquête nationale continue par sondage auprès des ménages – PNAD continu

PNAD continu: le taux de chômage est de 12,9% et le taux de sous-utilisation est de 27,5% au trimestre terminé en mai 2020

PNAD continu – Indicateurs mensuels produits à partir des informations du trimestre mobile clos en mai 2020

PNAD continu – 2ème trimestre 2020

PNAD continu – Indicateurs mensuels produits à partir des informations du trimestre mobile clos en mai 2020

PNAD continu – 2ème trimestre 2020

Vous pourriez également aimer...