Le Brésil

La pandémie accentue les inégalités de travail entre les blancs et les noirs

São Paulo – "Les hommes et les femmes noirs, employés dans une situation informelle, au travail domestique et sans lien légal, sont ceux qui ont le plus souffert des effets de l'économie brésilienne dus au coronavirus", explique Dieese dans une étude liée à Conscience noire. Selon l'institut, la pandémie a accentué une relation historiquement inégale. "Les hommes et les femmes noirs font face à plus d'obstacles pour trouver un emploi, gagnent moins et sont souvent vulnérables et fragiles."

Sur les 8 millions de personnes qui ont perdu leur emploi entre le premier et le deuxième trimestre, par exemple, 6,3 millions étaient des Noirs et des Noirs – 71% du total. Au cours de la même période, plus de 6,4 millions ont quitté le marché du travail. En d'autres termes, «ils ont perdu ou ont cessé de chercher un emploi parce qu'ils pensaient qu'il n'était pas possible de trouver un nouvel emploi». Chez les Blancs, le nombre de personnes dans cette situation a atteint 2,4 millions, souligne Dieese.

Noirs, recherche d'emploi accrue

Même entre le dernier trimestre de 2019 et le premier de cette année, il a été possible de constater une augmentation du taux de chômage. C'est le moment où le travail temporaire prend fin et les gens partent à la recherche de nouvelles opportunités. Mais pour les hommes noirs, ce taux passe de 11,8% à 14%, tandis que pour les non-noirs, il augmente beaucoup moins, de 8,5% à 9,5%. Pour les femmes noires, de 17,3% à 18,2%.

Au cours des deux premiers trimestres de 2020, le pays a perdu 11,2 millions de personnes occupées. Parmi ceux-ci, 4,5 millions étaient noirs et 3,6 millions étaient noirs. Les données utilisées par Dieese proviennent de l'Enquête nationale par sondage auprès des ménages (Pnad) continue, de l'IBGE.

Sur plus de 11 millions de travailleurs qui ont perdu leur emploi, 31,4% avaient un contrat formel, 28,7% n'avaient pas de contrat formel et étaient indépendants, 25,8% étaient des travailleurs indépendants et 11,4% étaient des travailleurs domestiques indépendants. Portefeuille. «Ce sont les hommes noirs avec un portefeuille (1,4 million), sans portefeuille (1,4 million) et ceux qui étaient indépendants (1,2 million) qui ont perdu leur emploi dans la pandémie», souligne Dieese. La situation se répète chez les femmes noires: moins de 887 000 travailleurs titulaires d'un permis, 620 000 sans permis, 886 000 travailleurs domestiques et 875 000 travailleurs indépendants.

Pénurie

"Il est important de se rappeler que beaucoup considéraient les travailleurs domestiques comme des vecteurs de transmission du covid-19, du fait qu'ils utilisent les transports publics", note également l'institut. «Un grand nombre de contrats de travail ont été finalisés pour cette raison, laissant les femmes à faible revenu et instruites dans le besoin».

Cette différence s'observe également dans la soi-disant sous-utilisation, qui inclut les personnes qui aimeraient travailler davantage. Chez les hommes, le taux était de 9,5% pour les non-noirs et de 14% pour les noirs au deuxième trimestre. Dans le cas des femmes, 11,3% et 18,2%, respectivement.

Pas de revenu et pas de travail

Un principe positif est lié au revenu, qui a augmenté entre le quatrième trimestre 2019 et le deuxième trimestre 2020 – dans tous les cas. Mais Dieese rappelle que ceux qui avaient des «insertions plus fragiles et informelles» ont perdu leur emploi. «En d'autres termes, les personnes à faible revenu ont perdu leur emploi, tandis que celles qui gagnaient plus restaient occupées et avec un salaire.

Le revenu moyen des personnes occupées était de 2 426 R $ au deuxième trimestre. Les hommes non noirs gagnaient 3 484 R $, tandis que les Noirs recevaient 1 950 R $ – une différence de 79% sur le marché du travail. Les femmes noires encore moins, 1 573 R $, contre 2 660 R $ du reste (69%).

"La mobilisation du mouvement syndical a réussi à protéger une partie importante des emplois des salariés avec un contrat formel, avec la mesure provisoire 936, même avec la réduction des salaires, mais environ 8 millions de personnes, la majorité noire, étaient sans travail et sans revenu" conclut Dieese, soulignant également l'aide d'urgence. Beaucoup, cependant, n'ont pas reçu ou ont souffert d'un retard de paiement. «Pour ces pauvres Brésiliens, exclus des droits garantis par la loi par l'emploi protégé, c'était à eux de choisir entre la faim ou aller dans la rue chercher du travail même avec la possibilité de trouver le virus.

À Sao Paulo

Une étude de la Fondation Seade le confirme: également dans l'État de São Paulo, la pandémie a encore plus touché la population noire. Rien qu'au deuxième trimestre, l'emploi a baissé de 15,9% chez les Noirs (1,4 million de moins) et de 7,1% chez les non-Noirs (949 000).

La réduction a atteint 762 mille travailleurs noirs (baisse de 15,4%) et 646 mille noirs (-16,6%). Dans l'autre domaine, 453 mille hommes non noirs (-6,3%) et 496 mille hommes non noirs (-8%).

Confirmant les informations sur les plus vulnérables, la réduction des professions a été de 12,4% chez les Noirs qui cotisaient à la sécurité sociale et de 23,5% chez ceux qui n'y contribuaient pas. Le taux de chômage au deuxième trimestre était de 17,1% pour les Noirs et de 11,3% pour le reste.

Vous pourriez également aimer...