Le Brésil

Les femmes sont les plus durement touchées par la crise du marché du travail

São Paulo – Les femmes sont les plus durement touchées par la crise du marché du travail lors de la nouvelle pandémie de coronavirus. La participation des femmes au marché du travail du pays est tombée au plus bas en 30 ans. Au deuxième trimestre de cette année, selon les données de l'IBGE, les femmes représentaient 46,3% des effectifs. L'indice prend en compte les femmes qui travaillent et recherchent un emploi. C'est le chiffre le plus bas depuis 1990, alors que le taux était de 44,2%. Selon l'institut, la perte de participation montre que les femmes sont les plus touchées par la crise économique aggravée par le covid-19.

Depuis 1991, l'indice n'est pas descendu en dessous de 50%. Que dire des spécialistes consultés par le journaliste Jô Miyagui, de Votre journal, donne TVT, c'est au-delà des circonstances causées par la pandémie, en montrant «le visage d'un pays qui a historiquement des taux de chômage élevés chez les femmes. Les données IBGE 2019, coupées par sexe et race, indiquaient déjà que les femmes, en particulier les femmes noires, représentaient 13,9% du taux de chômage, au-dessus de la moyenne nationale de 11,8%.

Le taux devrait augmenter

Et avec la réduction de l'aide d'urgence de 600 R $ à 300 R $ et la prévision de la fin de la prestation, prévue pour décembre, le chômage devrait augmenter encore davantage parce que les gens vont chercher du travail. «Le taux de chômage au Brésil commence à faire pression sur le marché maintenant en septembre», observe l'économiste Marilane Teixeira. «Les personnes sans emploi, qui ont perdu leur emploi pendant la pandémie, descendent dans la rue pour trouver du travail. Et puis le taux de chômage commence à se refléter dans cette nouvelle condition ».

C'est le cas de l'avocate Michèle Morais qui a perdu son emploi dans le bureau où elle travaillait. Sans emploi depuis six mois, elle est à la recherche d'un nouvel emploi, mais elle a également du mal à la trouver car son fils de trois ans n'est pas scolarisé.

«Aujourd'hui, mes règles sont à plein temps pour lui, parce que je n'ai personne avec qui le quitter. Je suis même sur le marché du travail, je cherche quelque chose à faire, mais c'est toujours difficile. La semaine dernière, je suis allée à un entretien d'embauche et la première question qu'on m'a posée était «avez-vous quelqu'un avec qui laisser votre enfant?». Comme j'en ai vraiment besoin, j'ai dit que dans cette situation, si c'était pour travailler en personne, je le laisserais à ma mère, car les écoles sont fermées. Et bien sûr, je n'ai pas encore eu de retour », se lamente Michele.

Regardez le reportage

Rédaction: Clara Assunção – Edition: Helder Lima

Vous pourriez également aimer...