Le Brésil

10 jours après l’inauguration de Biden aux États-Unis, la destitution reste en discussion

São Paulo – Bien que Joe Biden ne soit qu’à 10 jours de la présidence des États-Unis, les dirigeants démocrates n’ont pas renoncé à soumettre Donald Trump à un processus de destitution. L’actuel président est responsable de l’invasion du Capitole, le bâtiment qui abrite le Congrès nord-américain, mercredi dernier (6). Cinq personnes sont mortes. Depuis, des dizaines de personnes ont été arrêtées.

Au moins 13 manifestants ont été inculpés par le ministère de la Justice pour des crimes commis lors de l’invasion du Congrès. Hier (9), la police a arrêté l’envahisseur qui portait le lutrin (sorte d’étagère, servant de support aux discours) par la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. Il a été identifié comme étant Adam Johnson, 36 ans. L’homme qui est entré au Capitole avec des cornes et des fourrures, Jacob Anthony Chansley (connu sous le nom de Jake Angeli), 32 ans, est également en prison.

Vendredi (8), le leader démocrate a défendu la démission immédiate du républicain Trump. Si le président ne part pas de sa propre initiative, le Congrès peut agir, a-t-il ajouté. Elle et le chef du parti au Sénat, Chuck Schumer, ont même parlé à l’actuel vice-président, Mike Pence, de l’application du 25e amendement, qui permet une déposition en cas d’invalidité.

En faveur de la démission

Dimanche, le sénateur républicain Pat Toomey de Pennsylvanie a déclaré qu’il était en faveur de la démission de Trump, ajoutant à la sénatrice Lisa Murkowski (Alaska). Mais il ne pense pas qu’il y ait suffisamment de temps pour délibérer sur le sujet.

« Notre président n’est pas au-dessus des lois », a déclaré hier Biden sur sa page Twitter (qui excluait Trump). Aujourd’hui, sur le même réseau social, le futur président a posté un petit message: « Dans 10 jours, nous allons avancer et reconstruire – ensemble ».

Vous pourriez également aimer...