Le Venezuela

175 ans de la Grammaire de la langue d’Andrés Bello

Parmi les personnages historiques qui, en Amérique latine, ont agi comme Prométhée, volant le feu aux divinités conquérantes pour le livrer aux mortels émancipés, Andrés Bello était l’un des plus remarquables. Cette flamme arrogée de droit divin a commencé à être retirée de l’empire espagnol après la guerre d’indépendance. Une chose pour l’autre, bien sûr : devenir indépendant, c’était revendiquer notre droit aux bienfaits du feu.

Dans le domaine des armes – celui de la politique –, la voie à suivre était évidente, mais dans celui de la pensée – celui de la culture –, cette indépendance présentait un défi particulier. Être libre, c’est être aussi libre d’esprit, et cela implique une autre lutte, dilatée dans le temps. Cette longue bataille culturelle nécessitait de décoloniser l’intellect, une tâche titanesque, mais c’était aussi le faire avec les armes de l’ennemi. L’histoire, la religion et la langue qu’il avait utilisées pour nous dominer étaient déjà les nôtres. Si en Amérique nous nous sommes proclamés souverains, nos « dieux » ont continué à résider en Europe.

Lorsqu’en 1810 Andrés Bello se rendit à Londres en mission diplomatique, accompagnant le jeune Simón Bolívar, il était déjà touché par les idées libertaires. Une certaine tension se propage dans le vieux continent en raison de l’assaut de Napoléon Bonaparte et, par conséquent, il y aura peu de réceptivité à ce que Bolívar et compagnie ont soulevé. Mais Bello comprend que le destin lui réserve un but dans la vie dans ces régions. S’il y a deux fronts ouverts dans le processus d’indépendance, il entreprendra celui qui lui est le plus naturel. Dès lors et pendant les deux décennies suivantes, il cultivera un humanisme intégral, se plongeant dans l’étude de la philosophie, du droit et du langage, avant de retourner sur sa terre américaine avec de petites braises de savoir dans ses sacoches, volées aux latifundia de l’Europe. connaissances.

Quelques années plus tard, en 1841, converti en phare de la société chilienne, il osera proposer une « Grammaire de la langue castillane », sauvant son statut de traité à « l’usage des Américains », avec lequel il était si impoli envers l’Académie royale, pontifiant sur une question jusque-là réservée aux savantes autorités espagnoles, car elle revendiquait pour ses locuteurs le statut de propriétaires de leur langue, si égale, en ce sens, à ceux nés dans les environs de Castille .

Même en se comportant comme un irrévérencieux, ce que Bello est avant tout le résultat d’une ultime déduction. Affiner notre langage contribuerait à générer l’autonomie nécessaire pour commencer à nous penser en tant que peuple. Nous avons déjà dit que ses vastes connaissances avaient toujours une raison marquée. Amado Alonso, le linguiste qui a préfacé l’édition la plus connue de ‘Gramática…’, dit d’Andrés Bello : « Son apostolat idiomatique fait partie de sa conception de la responsabilité des nouvelles patries indépendantes. Nous ne sommes plus des colonies, semble-t-il penser avec une joie sérieuse, et notre nouvelle situation exige une nouvelle façon de participer à la culture du monde.

La construction de cet ouvrage pionnier n’implique pas un exercice mineur ou vain, même s’il ne s’agissait que de l’établissement d’une référence académique. Conciliateur, Andrés Bello y donne raison d’emblée : « J’estime important de préserver la langue de nos pères dans sa possible pureté, comme moyen de communication providentiel et lien de fraternité entre les différentes nations d’origine espagnole réparties sur les deux continents. . »

Pour l’auteur, cela s’est avéré être une entreprise « au-dessus de ses forces », et il a élégamment évité de la transcender aux études grammaticales précédentes, bien que 175 ans plus tard, il soit encore possible de la considérer comme la grammaire la plus complète de la langue espagnole. « Pas comme la meilleure grammaire castillane faute d’une meilleure, mais comme l’une des meilleures grammaires des temps modernes dans n’importe quelle langue » (Alonso).

Aussi en avance sur son temps, Bello comme sa ‘Grammaire…’, tracent une ligne de délimitation à partir de laquelle la langue évolue, oui, mais qui évolue sans taches héritées. L’ouvrage aidera à comprendre le caractère naturel de cette progression et alertera sur la nature des vices qui la menaceront inévitablement dans sa longue évolution.

Comme un visionnaire illustre, Andrés Bello a réglé avec ces lignes les milliers de différends ultérieurs concernant la modernisation de l’espagnol : « Si nous avons formé de nouveaux mots à partir des racines castillanes, selon les procédures ordinaires de dérivation que le castillan reconnaît, et qui ont été utilisées et il est continuellement servi pour augmenter son débit, quelles raisons avons-nous d’avoir honte de les utiliser ?

Le héros chevronné a non seulement volé le feu pour le livrer aux mortels, mais a également donné les directives qui en feraient la fusée la plus rentable.

Vous pourriez également aimer...