Le Brésil

21 morts et 136 villes en état d’urgence

São Paulo – Le nombre de décès dus aux fortes pluies dans le sud de Bahia est passé à 21 ce mardi (28). Et le nombre de sans-abri ou de personnes déplacées s’élève à 77 092, selon la Surintendance de la défense et de la protection civiles (Sudec), une agence du gouvernement bahianais. Il y a 34 163 sans-abri, c’est-à-dire des personnes qui ont perdu leur logement et qui ont besoin d’un soutien gouvernemental. Et 42 929 qui sont sans abri, hébergés chez des parents ou des connaissances. Au total, 471 786 personnes ont été touchées par de fortes pluies. Le nombre de blessés reste inchangé depuis lundi (27), avec 358 personnes. Et 136 villes sont sous décret d’état d’urgence.

Le gouverneur Rui Costa (PT) a informé que les pompiers de Bahia ont émis une alerte sur le danger d’inondations pour les prochaines heures dans les municipalités d’Itambé, Canavieiras, Mascote et Cândido Sales. L’orientation est que les résidents des zones à risque, telles que les pentes et les régions riveraines, quittent leur domicile et se dirigent vers des abris.

Les pluies dans le sud de Bahia devraient durer quelques jours, jusqu’au début de la première semaine de l’année, où elles commenceront à perdre en intensité. Cependant, les prévisions de l’Institut national de météorologie (Inmetro) ne sont pas bonnes pour les autres régions du pays. Selon l’institut, lié au ministère de l’Agriculture, de fortes pluies devraient commencer à frapper les États du sud-est à partir de cette semaine. Les tempêtes ont déjà commencé à provoquer des inondations et des dégâts dans la région métropolitaine de São Paulo, en particulier dans la région ABC.

Ressources insuffisantes pour Bahia

« J’ai lancé un appel pour plus de ressources pour la récupération des autoroutes fédérales qui ont été détruites par les pluies à Bahia. L’ordonnance qui a débloqué 200 millions de reais à cet effet concerne l’ensemble du pays. Sur ce montant, la partie destinée aux États du Nord-Est s’élevait à 80 millions de reais », a déclaré aujourd’hui le gouverneur (PT), via son compte Twitter. «Voici ma demande d’envoi de plus de ressources, en particulier à Bahia. L’extension de la zone et de la population affectée ici est beaucoup plus grande et les Bahiens ont besoin de cette aide.

Les autorités parlent de la nécessité de 2 milliards de reais pour réparer les pertes économiques, sociales et d’infrastructure de l’État. Cependant, le ministre du Développement régional, Rogério Marinho, a déclaré hier que 15 millions de reais étaient initialement mis à disposition pour desservir les municipalités de Bahia et que « près de 50 millions de reais seraient débloqués ».

Bombe à retardement

Selon le biologiste Moisés Borges, le faible engagement financier et la lenteur du gouvernement fédéral à agir augmentent le drame des personnes touchées. « L’aide annoncée par le gouvernement n’atteint pas 500 R$ par personne touchée. Vous ne payez pas de loyer. Il y a des municipalités qui sont à 80 % sous l’eau. Plus tôt l’action sera lancée, plus vite les familles et les municipalités pourront se remettre », dit-il.

Selon Borges, il faut dépolitiser les comportements en pleine tragédie. « La vie des gens est bien plus importante que les disputes partisanes et idéologiques », prévient-il, dans un entretien avec Marilu Cabañas, en Radio actuelle du Brésil ce mercredi matin (29).

Le spécialiste, membre du Mouvement des personnes affectées par les barrages (MAB), affirme également que le Brésil est un candidat sérieux pour de futures tragédies. « Le pays a répertorié 23 000 barrages, mais 20 000 d’entre eux n’ont subi aucun processus d’inspection », révèle-t-il. En effet, selon Borges, les équipes techniques de l’Agence nationale de l’eau (ANA) ont été réduites depuis 2016.

« Et le processus n’a fait qu’empirer après Bolsonaro. Pas le potentiel de catastrophes au Brésil 23 mille barrages. 20 mille ne sont pas inspectés. Depuis 2016, l’équipe technique a été réduite. Avec Bolsonaro, ça a empiré », dit-il. « Les promoteurs disent que les barrages empêchent les inondations, mais tant qu’ils sont surveillés et sûrs. Nous sommes face à une bombe à retardement.

Jet ski de la marine pour le plaisir du président

Dans ses réseaux sociaux, Bolsonaro a écrit : « J’ai déterminé l’édition de MP pour Crédit Extraordinaire, d’un montant de 200 millions de R$, afin de rendre viable, à la DNIT, la reconstruction des infrastructures routières endommagées par les pluies dans les états de Bahia (la plus touchée), Amazonas, Minas Gerais, Pará et São Paulo ».

En vacances sur la côte de Santa Catarina après quelques jours de repos à Guarujá (SP), le président Jair Bolsonaro a signé ce lundi (27) la mesure provisoire 1.086, débloquant 200 millions pour le ministère des Infrastructures afin d’apporter une aide financière aux États. Le contraste entre l’insuffisance des moyens et l’amusement coûteux du président, face à un drame comme celui auquel est confronté le peuple bahianais, a suscité des critiques. Le thème est devenu le plus évoqué sur les réseaux sociaux, avec le hastag #BolsonaroVagabundo.

Hier, le président de la république a posé pour des photos en utilisant le jet ski de la marine brésilienne pour s’amuser et se rapprocher des partisans présumés.


Comment aider

Plusieurs campagnes sont menées pour venir en aide aux sinistrés. Les familles touchées par les pluies ont besoin de nourriture, d’eau, de médicaments, de matelas, de vêtements, de produits d’hygiène et de nettoyage. Le gouvernement de l’État a créé un compte bancaire pour les dons en espèces. Les fonds seront utilisés pour acheter des articles de base, tels que des réfrigérateurs et des cuisinières, qui seront destinés aux personnes touchées par les fortes pluies.

faire un don

Solidarité de l’État de Bahia
CNPJ 13.420.302/0001-60
Banco do Brasil 001 Ag. 3832-6 (Secteur public) Compte chèque 993.602-5
Don via PIX : CNPJ de la Surintendance de l’Etat à la Défense et à la Protection Civiles (Sudec) 13.420.302/0001-60

Choisissez un réseau d’assistance en qui vous avez confiance

Vous pourriez également aimer...