Le Brésil

6 familles sur 10 n’ont pas pleinement accès à la nourriture

São Paulo – En un an seulement, le nombre de Brésiliens sans nourriture est passé de 19 millions à 33,1 millions. Plus de 14 millions de personnes ont faim, selon la 2e enquête nationale sur l’insécurité alimentaire dans le contexte de la pandémie de Covid-19 au Brésil, publiée ce mercredi (8). Selon l’enquête, plus de la moitié (58,7 %) de la population vit avec une certaine insécurité alimentaire – légère, modérée ou grave. « Le pays a régressé à un niveau équivalent à celui des années 1990 », estiment les auteurs.

La recherche provient du Réseau brésilien de recherche sur la souveraineté et la sécurité alimentaires et nutritionnelles (Rede Penssan) et a été menée sur le terrain par Vox Populi. Ação da Cidadania, ActionAid Brasil, Fundação Friedrich Ebert Brasil, Ibirapitanga, Oxfam Brasil et Sesc soutiennent l’initiative. Les données ont été collectées de novembre 2021 à avril, à partir d’entretiens dans 12 745 ménages, dans les zones urbaines et rurales de 577 municipalités, dans 26 États et le District fédéral.

Politiques publiques et inégalités

« La précédente enquête, de 2020, montrait que la faim au Brésil était revenue à des niveaux équivalents à ceux de 2004. La continuité du démantèlement des politiques publiques, l’aggravation du scénario économique, l’aggravation des inégalités sociales et la deuxième année du Le Covid-19 a rendu le tableau de cette deuxième enquête encore plus pervers », affirment les entités.

« La pandémie surgit dans ce contexte de pauvreté et de misère croissantes, et apporte encore plus d’impuissance et de souffrance. Les voies choisies pour la politique économique et la gestion téméraire de la pandémie ne pourraient que conduire à une augmentation encore plus scandaleuse des inégalités sociales et de la faim dans notre pays », estime Ana Maria Segall, médecin épidémiologiste et chercheuse au Réseau Penssan.

La minorité a un accès complet

Les résultats de l’enquête montrent que la sécurité alimentaire est un « privilège » d’une minorité de la population. Sur 10 ménages, seuls quatre parviennent à maintenir un accès complet à la nourriture. Ainsi, les six autres se répartissent entre ceux qui s’inquiètent en permanence de la possibilité de ne pas avoir à manger et ceux qui ont déjà faim. En chiffres absolus, 125,2 millions de Brésiliens ont connu un certain degré d’insécurité alimentaire. Augmentation de 7,2 % depuis 2020 et de 60 % par rapport à 2018.

« Les politiques publiques de lutte contre la pauvreté et la misère qui, entre 2004 et 2013, ont réduit la faim à seulement 4,2 % des foyers brésiliens ne font plus partie de la réalité brésilienne », déclare Renato Maluf, coordinateur de Penssan. « Les mesures prises par le gouvernement pour contenir la faim aujourd’hui sont isolées et insuffisantes, face à un scénario de forte inflation, notamment alimentaire, de chômage et de baisse des revenus de la population, avec une plus grande intensité dans les segments les plus vulnérables », a-t-il déclaré. ajoute.

Même ceux qui produisent ont faim

Les régions du Nord et du Nord-Est ont une situation pire : la faim est une routine pour 25,7 % et 21 % des familles, respectivement, contre une moyenne nationale de 15 %. En milieu rural, plus de 60% des ménages vivent en insécurité alimentaire dont 18,6% à un niveau sévère. « Et même ceux qui produisent de la nourriture paient le prix fort : la faim a touché 21,8 % des ménages d’agriculteurs familiaux et de petits producteurs. La pauvreté des populations rurales associée au démantèlement des politiques de soutien aux populations rurales, forestières et aquatiques continue d’imposer la rareté.

La situation empire quand on voit que la faim a doublé dans les familles avec enfants de moins de 10 ans – passant de 9,4% en 2020 à 18,1% cette année. L’enquête montre aussi que la faim a une couleur et un sexe : la sécurité alimentaire se retrouve dans plus de la moitié (53,2%) des ménages où la personne de référence se déclare blanche. Et il tombe à 35% chez ceux dont les parents sont noirs ou métis/couleur, une classification utilisée par l’IBGE. De 2020 à 2022, « la faim a bondi de 10,4% à 18,1% chez les ménages dirigés par des Noirs et des Bruns ». Dans les ménages avec des hommes responsables, elles sont 11,9% (contre 7% lors de l’enquête précédente). Dans les ménages avec femmes, 19,3% (11,2%).

travail et revenus

Les données confirment seulement que la faim est une question de revenu. Il disparaît presque dans les ménages dont le revenu est supérieur à un salaire minimum par personne. Un problème directement lié au travail : la faim augmente dans les ménages dont le responsable est au chômage (36,1%), travaille dans l’agriculture familiale (22,4%) ou a un emploi informel (21,1%). De plus, il y a un manque d’eau pour boire et cuisiner, ce qui contribue à l’insécurité alimentaire : « Là où il n’y a pas d’eau, il y a aussi un manque de nourriture ».

Lire la suite:

* Le démantèlement des politiques a accru la faim chez les enfants, « filles du coup d’État », déclare Tereza Campello

* Pourquoi les super-riches au Brésil et dans le monde devraient être taxés


Signaler l’insécurité alimentaire et le Covid-19 au Brésil

Vous pourriez également aimer...